Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Écartée de Canal Sat, « Toute l’Histoire » fait du chantage à la mémoire

4 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Écartée de Canal Sat, « Toute l’Histoire » fait du chantage à la mémoire

Écartée de Canal Sat, « Toute l’Histoire » fait du chantage à la mémoire

Le 1er juillet prochain, la chaîne Toute l’Histoire (AB Groupe) sera retirée de CanalSat, le bouquet satellite de Canal+. En revanche, Histoire, la chaîne de TF1 dirigée par l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, y est maintenue, ce qui provoque la colère du numéro 2 d’AB Groupe.

Tout d’abord, à l’Obs, Richard Maroko note qu’il s’ag­it « d’une perte impor­tante puisque, sur nos 4 mil­lions de foy­ers abon­nés, 3 le sont par Canal­Sat, qui assure 50 % de nos revenus ». Mais surtout, assure-t-il, « la ques­tion finan­cière n’est pas l’essentiel ». Car d’après le directeur des pro­grammes du groupe, « ce n’est pas seule­ment une ques­tion d’argent, mais aus­si de morale et de poli­tique ».

En cause : le main­tien dans le bou­quet de la chaîne His­toire, con­cur­rente de Toute l’His­toire et dirigée par Patrick Buis­son. Aux yeux de l’in­tel­li­gentsia médi­a­tique, His­toire est une chaîne « sale » pilotée par un per­son­nage d’« extrême-droite ». D’après Le Monde, par exem­ple, sur His­toire, « rien n’est osten­si­ble­ment mil­i­tant, mais beau­coup de sujets sont revis­ités et cer­tains thèmes, sur­représen­tés ».

Cet état de dis­grâce était trop beau pour Richard Maroko, qui a donc choisi la carte de la morale pour défendre sa place. Il estime ain­si que la chaîne rivale « ne laisse pas la même place aux ques­tions de mémoire que nous ». Or c’est, selon lui, tout l’en­jeu, à l’heure où « cer­tains pro­pos ont ten­dance à être banal­isés et où il est plus cru­cial que jamais de rap­pel­er cer­tains faits ».

Car avant tout, Toute l’His­toire se définit comme une chaîne « con­tre tous les néga­tion­nismes ». Dans sa grille, de nom­breux pro­grammes sont en effet con­sacrés à des ques­tions mémorielles, en par­ti­c­uli­er con­cer­nant le géno­cide juif. D’ailleurs, Toute l’His­toire est parte­naire de la Fon­da­tion pour la mémoire de la Shoah et ne manque ain­si pas une occa­sion de com­mé­mor­er.

Fin jan­vi­er, celle-ci a con­sacré, pen­dant toute une semaine, ses soirées à la dif­fu­sion du film « Shoah », de Claude Lanz­mann, en qua­tre épisodes, ain­si que d’autres films du réal­isa­teur. En avril, elle a égale­ment con­sacré une autre semaine au géno­cide arménien, tou­jours en parte­nar­i­at avec le Mémo­r­i­al de la Shoah – pour­tant, à ce jour, aucun jour­nal­iste n’a encore remis en ques­tion, de la même manière qu’avec His­toire, une quel­conque « sur­représen­ta­tion » de cer­tains thèmes.

Selon Maroko, Canal+ aurait donc une sorte de devoir moral à main­tenir Toute l’His­toire sur ses canaux, d’au­tant plus qu’en par­al­lèle il per­met au grand méchant Buis­son de con­serv­er sa chaîne. Pour­tant, ce sont bien des raisons économiques qui ont motivé le choix du groupe privé.

« L’audience d’Histoire et celle de Toute l’Histoire sont iden­tiques, mais la notoriété de la pre­mière auprès de nos abon­nés est deux fois plus impor­tante que celle de la sec­onde », a ain­si com­men­té Canal­Sat. De plus, les « prospects » (clients poten­tiels visés) ont égale­ment plébisc­ité la chaîne du groupe TF1. Enfin, Canal­Sat assure avoir « prévenu ce groupe de (sa) déci­sion en juin 2014 et, à l’époque, il n’a pas fait part de la moin­dre réac­tion ».

Richard Maroko tente-t-il un coup de com’ de dernier recours pour faire pres­sion sur le groupe ? Pour ce faire, il est vrai, rien de tel qu’un bon chan­tage mémoriel…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.