Accueil | Actualités | Médias | Écartée de Canal Sat, « Toute l’Histoire » fait du chantage à la mémoire
Pub­lié le 4 mai 2015 | Éti­quettes : ,

Écartée de Canal Sat, « Toute l’Histoire » fait du chantage à la mémoire

Le 1er juillet prochain, la chaîne Toute l'Histoire (AB Groupe) sera retirée de CanalSat, le bouquet satellite de Canal+. En revanche, Histoire, la chaîne de TF1 dirigée par l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, y est maintenue, ce qui provoque la colère du numéro 2 d'AB Groupe.

Tout d'abord, à l'Obs, Richard Maroko note qu'il s'agit « d'une perte importante puisque, sur nos 4 millions de foyers abonnés, 3 le sont par CanalSat, qui assure 50 % de nos revenus ». Mais surtout, assure-t-il, « la question financière n’est pas l’essentiel ». Car d'après le directeur des programmes du groupe, « ce n’est pas seulement une question d’argent, mais aussi de morale et de politique ».

En cause : le maintien dans le bouquet de la chaîne Histoire, concurrente de Toute l'Histoire et dirigée par Patrick Buisson. Aux yeux de l'intelligentsia médiatique, Histoire est une chaîne « sale » pilotée par un personnage d'« extrême-droite ». D'après Le Monde, par exemple, sur Histoire, « rien n’est ostensiblement militant, mais beaucoup de sujets sont revisités et certains thèmes, surreprésentés ».

Cet état de disgrâce était trop beau pour Richard Maroko, qui a donc choisi la carte de la morale pour défendre sa place. Il estime ainsi que la chaîne rivale « ne laisse pas la même place aux questions de mémoire que nous ». Or c'est, selon lui, tout l'enjeu, à l'heure où « certains propos ont tendance à être banalisés et où il est plus crucial que jamais de rappeler certains faits ».

Car avant tout, Toute l'Histoire se définit comme une chaîne « contre tous les négationnismes ». Dans sa grille, de nombreux programmes sont en effet consacrés à des questions mémorielles, en particulier concernant le génocide juif. D'ailleurs, Toute l'Histoire est partenaire de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et ne manque ainsi pas une occasion de commémorer.

Fin janvier, celle-ci a consacré, pendant toute une semaine, ses soirées à la diffusion du film « Shoah », de Claude Lanzmann, en quatre épisodes, ainsi que d'autres films du réalisateur. En avril, elle a également consacré une autre semaine au génocide arménien, toujours en partenariat avec le Mémorial de la Shoah – pourtant, à ce jour, aucun journaliste n'a encore remis en question, de la même manière qu'avec Histoire, une quelconque « surreprésentation » de certains thèmes.

Selon Maroko, Canal+ aurait donc une sorte de devoir moral à maintenir Toute l'Histoire sur ses canaux, d'autant plus qu'en parallèle il permet au grand méchant Buisson de conserver sa chaîne. Pourtant, ce sont bien des raisons économiques qui ont motivé le choix du groupe privé.

« L’audience d’Histoire et celle de Toute l’Histoire sont identiques, mais la notoriété de la première auprès de nos abonnés est deux fois plus importante que celle de la seconde », a ainsi commenté CanalSat. De plus, les « prospects » (clients potentiels visés) ont également plébiscité la chaîne du groupe TF1. Enfin, CanalSat assure avoir « prévenu ce groupe de (sa) décision en juin 2014 et, à l’époque, il n’a pas fait part de la moindre réaction ».

Richard Maroko tente-t-il un coup de com' de dernier recours pour faire pression sur le groupe ? Pour ce faire, il est vrai, rien de tel qu'un bon chantage mémoriel...

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.