Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] La radicalisation orwellienne des médias

2 août 2016

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] La radicalisation orwellienne des médias

[Dossier] La radicalisation orwellienne des médias

[Pre­mière dif­fu­sion le 4 décem­bre 2015] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

En France, à l’automne 2015, la radicalisation ne touche pas que certains musulmans ayant résumé leur religion au djihad, celle-ci concerne également un très grand nombre de journalistes qui n’hésitent plus à franchir un stade supplémentaire dans la pratique orwellienne de leur métier, passant de la propagande insidieuse au mensonge le plus décomplexé.

Nous avions évo­qué, en mai dernier (Lire > Dossier : Les médias face à l’Islam, soumis­sion ?) les rela­tions ambiguës, com­plaisantes, voire stratégique­ment dan­gereuses, qu’entretenaient cer­tains médias français avec l’islam ter­ror­iste. Après les ter­ri­bles atten­tats du 13 novem­bre à Paris, il eût été angélique d’imaginer la pos­si­bil­ité d’un mea cul­pa, mais le choc aurait pu, du moins, per­me­t­tre un min­i­mum de remise en ques­tion. Loin de là, de nom­breux médias se sont enfer­rés dans le déni, voire ont osé des manip­u­la­tions qu’ils ne se seraient jamais per­mis jusque là. Pour­tant, un ensem­ble de faits, de révéla­tions, d’études, d’interventions d’experts, de preuves – et de cadavres –, s’accumulait pour don­ner tort à la manière dont ils avaient choisi de traiter un cer­tain nom­bre d’informations depuis que le phénomène de l’islam ter­ror­iste est apparu, et en dépit du fait que celui-ci soit si sou­vent au cen­tre de l’actualité depuis bien­tôt quinze ans ; et en dépit du fait qu’il soit d’autant plus impérieux de traiter ces infor­ma­tions sous l’angle adéquat qu’il en va, in fine, de la sécu­rité des Français dans un con­texte de guerre.

Des « déséquilibrés » aux « assaillants »

Après le mas­sacre, devant le con­stat fla­grant d’un défaut d’analyse, il paraît urgent d’attribuer les respon­s­abil­ités et de juger les défail­lances. N’importe quel citoyen se trou­ve naturelle­ment en posi­tion de deman­der des comptes à ceux qui sont cen­sés l’informer alors que l’extraordinaire a eu lieu : la guerre en plein Paris. Le juge antiter­ror­iste Marc Tre­v­idic, dont les inter­ven­tions, après les atten­tats, ont récolté un écho notable, a exposé com­ment les attaques ter­ror­istes que l’EI livre con­tre la France depuis deux ans s’inscrivaient dans une stratégie par­faite­ment établie par l’ennemi. Il s’agissait de créer un mou­ve­ment de crescen­do dans l’horreur, dont les atten­tats du 13 novem­bre furent le pre­mier point d’orgue. Ain­si, ce furent d’abord des actes isolés et dis­séminés avant d’atteindre à cette pre­mière per­pé­tra­tion organ­isée d’un mas­sacre de masse. Cette dra­maturgie élaborée en amont dans le but de faire « mon­ter la pres­sion » et d’instiguer durable­ment un cli­mat de ter­reur en France relève d’une stratégie red­outable. Com­bat­tre l’ennemi, c’est con­naître l’ennemi. Or, la plu­part des médias français n’a guère per­mis à la pop­u­la­tion visée par cet enne­mi de le con­naître, donc de le com­bat­tre. En effet, les actes isolés qu’évoque le juge Tre­v­idic, ce sont ces nom­breux crimes ou ten­ta­tives com­mis dès décem­bre 2014 presque chaque mois par des indi­vidus qui furent sys­té­ma­tique­ment présen­tés comme des « déséquili­brés » par de nom­breux médias. Or, après les pro­pos du juge et bien qu’ils aient été par­ti­c­ulière­ment relayés, on n’a pas enten­du un seul jour­nal­iste remar­quer que l’interprétation qui avait été don­née de ces événe­ments avait été par con­séquent erronée, voire qu’elle rel­e­vait d’une pure fal­si­fi­ca­tion. Il s’agissait pour­tant d’un con­stat néces­saire.

Subitement en guerre

« Cette fois, c’est la guerre. » titrait Le Parisien, le 14 novem­bre ; « Notre guerre », en une du Point le 19 novem­bre ; « Com­ment vain­cre Daech ? » pour L’Obs, le même jour ; « Com­ment gag­n­er la guerre ? » pour L’Express, le 16… Cette pro­liféra­tion de titres mar­ti­aux, au lende­main des atten­tats, tran­chait avec le dis­cours implicite qui les avait précédés. « Cette fois, c’est la guerre », pourquoi : « cette fois » ? Aupar­a­vant, nous jouions à la marelle avec les dji­hadistes ? Il parais­sait pour­tant clair qu’une inter­na­tionale islamiste avait déclaré la guerre à l’Occident depuis le 11 sep­tem­bre 2001… Il n’y a vis­i­ble­ment que cer­tains jour­nal­istes français qui n’avaient pas été aver­tis. Eux aperce­vaient des « déséquili­brés » et notaient la mul­ti­pli­ca­tion d’ « actes isolés » sans rap­port avec l’islam, jusqu’à ce que, subite­ment, et comme si rien ne l’avait lais­sé présager, des islamistes amal­ga­ment des Français, de gauche ou de droite, de souche ou non, hon­teux ou pas, pour les mas­sacr­er selon une ligne de front qui, dans leur démarche, ne fai­sait pas le moin­dre doute. Ain­si, à la sidéra­tion naturelle qui suiv­it l’irruption de sem­blables atroc­ités en plein Paris, s’ajouta un autre genre de sidéra­tion, laque­lle prove­nait de l’invraisemblable impré­pa­ra­tion psy­chologique dans laque­lle se trou­vait le peu­ple français, impré­pa­ra­tion entretenue par ceux dont la mis­sion aurait été au con­traire de lui don­ner les élé­ments néces­saires à com­pren­dre ce qui lui arrivait.

Tous les degrés du déni

Quand, ain­si que les dirigeants de l’État Islamique l’avaient claire­ment annon­cé en févri­er dernier, notre enne­mi nous men­ace d’invasion migra­toire et de chaos en méditer­ranée pour désta­bilis­er l’Europe, les réac­tions du Monde et de Libéra­tion, deux mois plus tard, con­sis­tent à prôn­er l’ouverture totale des fron­tières, comme s’il s’agissait de col­la­bor­er à notre pro­pre destruc­tion ! Lorsque la crise dépasse même les men­aces proférées, il y a tou­jours des médias français qui con­tin­u­ent d’entretenir un déni quant à l’ampleur du phénomène, voire qui déguisent cette men­ace de Daech mise à exé­cu­tion en mer­veilleuse oppor­tu­nité ! Quant au fait qu’au-delà d’être un for­mi­da­ble instru­ment de désta­bil­i­sa­tion du con­ti­nent, cet afflux de pop­u­la­tion soit pour l’EI un moyen de répan­dre des sol­dats dans toute l’Europe, ces mêmes médias masquent le risque ou cul­pa­bilisent ceux qui l’évoquent en les sus­pec­tant de se muer en agi­ta­teurs d’extrême-droite (Ouest France, Libéra­tion, BFMTV), con­tribuant ain­si à ren­dre nos pays tou­jours plus vul­nérables. Lorsque l’enquête sur les atten­tats de Paris con­firme, cepen­dant, que deux kamikazes sont des migrants, le déni du réel atteint un degré sup­plé­men­taire puisque France Inter en vient à tout bon­nement réécrire le titre d’un de ses papiers, comme l’a relevé l’OJIM dernière­ment, changeant : « Le fan­tasme de l’infiltration ter­ror­iste » par « Des ter­ror­istes par­mi les migrants ? », toute honte bue, tout principe d’honnêteté passé à la trappe. D’abord on pra­tique le déni de réel pour des raisons idéologiques, ensuite, le déni du déni, pour ne pas entamer une remise en cause dont les con­séquences pour­raient s’avérer ver­tig­ineuses. Voici le cer­cle vicieux dans lequel se trou­vent entrainés tant de jour­nal­istes français au moment où les faits les démentent.

Du bon usage des cadavres

« J’ai appris la dif­fu­sion d’images de corps. J’appelle au respect de la dig­nité des per­son­nes décédées, de leurs familles. », twee­t­ait madame Taubi­ra, le 15 novem­bre, faisant référence à cette fameuse pho­to de l’intérieur du Bat­a­clan après le mas­sacre. Deux mois plus tôt, nulle­ment choquée par la dif­fu­sion du corps d’un enfant migrant illi­co icônisé par les médias, le min­istre de la Jus­tice twee­t­ait, avec son impayable lyrisme : « Son prénom avait des ailes, son petit cœur a dû bat­tre si fort que les étoiles de mer l’ont emporté sur les rivages de nos con­sciences. » Ces morts du Bat­a­clan, donc, ne doivent quant à eux ni cir­culer ni par­venir aux « rivages de nos con­sciences ». Étrange « deux poids, deux mesures » de la pudeur dont, à l’instar de Chris­tiane Taubi­ra, ont donc fait mon­tre les médias français dans leur ensem­ble à cette occa­sion. Enfin, étrange… On aura bien com­pris qu’il y a des pho­tos macabres dont le choc est idéologique­ment exploitable et d’autres, non. Il fal­lait donc martel­er les esprits de la pho­to du petit Aylan afin de pouss­er les Européens à ouvrir leurs fron­tières aux migrants, migrants dont cer­tains par­ticiperaient à des mas­sacres en France, mas­sacres dont les pho­tos, elles, ne devaient, en revanche, pas être dif­fusées. Dans cet exem­ple, les médias qui jouent à ce jeu ne réécrivent pas leurs pro­pos, mais ils con­tre­dis­ent leurs méth­odes, lais­sant soupçon­ner com­ment celles-ci ont moins à voir avec l’information qu’avec la manip­u­la­tion de masse.

Les témoignages comme caisse de résonance

Il y a, enfin, une tech­nique d’influence que l’on relève rarement tant elle est dis­simulée : celle des témoignages. Elle per­met en effet aux médias de don­ner l’impression d’une una­nim­ité fac­tice, en don­nant la parole à ceux dont les pro­pos illus­trent l’idéologie qu’ils défend­ent. Fac­teur aggra­vant : celui qui ne com­mu­nie pas au poli­tique­ment cor­rect de mise n’osera pas s’exprimer libre­ment à vis­age décou­vert, sachant qu’il deviendrait immé­di­ate­ment une cible poten­tielle de mépris exhibée à la vin­dicte publique. Après les atten­tats, l’un des témoignages les plus célèbres se trou­va être celui d’un petit garçon filmé place de la République, en com­pag­nie de son père. Ravis, de nom­breux médias en remirent même une couche, puisque ce père et son fils furent ensuite invités sur le plateau de Yann Barthès. Pourquoi ce témoignage fut-il autant val­orisé ? L’enfant est char­mant, certes, et son père est égale­ment émou­vant dans la manière qui est la sienne de ras­sur­er son fils. Mais au-delà, ils représen­tent tous deux un tract en faveur du mul­ti­cul­tur­al­isme : d’origine asi­a­tique, le père, un « Français de cœur » qui a prénom­mé son enfant d’un nom de héros de feuil­leton améri­cain – Bran­don –, affirme que sa mai­son, c’est la France. Insi­dieuse­ment, cela per­met de dif­fuser l’idée que le mul­ti­cul­tur­al­isme ne doit pas être remis en cause au moment où la coex­is­tence de cul­tures con­flictuelles sur les mêmes ter­ri­toires vient d’aboutir à 130 morts… Surtout, l’enfant, dans son lan­gage, explique aux téléspec­ta­teurs que « les méchants, c’est pas très gen­til », le père le ras­sure en lui expli­quant qu’il y en a partout, des « méchants », et qu’on va les com­bat­tre avec des ros­es – riposte flo­rale qui sem­ble d’abord laiss­er l’enfant un rien dubi­tatif, et on le com­prend… Bref, un dis­cours qui explique, en sub­stance, qu’il n’y a rien à com­pren­dre, qu’il n’y a rien à déduire, qu’il n’y a rien à chang­er. Le dis­cours qui, plus cer­taine­ment qu’un enfant de six ans, ras­sure avant tout les jour­nal­istes… N’y avait-il pas quelque part d’autres gen­res de témoignages à recueil­lir, comme, par exem­ple, un citoyen excédé récla­mant des comptes aux élites médi­ati­co-poli­tiques pour ne l’avoir pas ren­seigné cor­recte­ment sur les drames que leur incom­pé­tence organ­i­sait ?

Le leurre fasciste

Au lien suiv­ant, qui indique : « Man­i­fes­ta­tion anti-étrangers, Pon­tivy, « Ils se sont défoulés sur un pas­sant d’origine maghrébine », sur le site de France Bleu, aujourd’hui, on tombe sur l’information : « La page est introu­vable », suiv­ie d’un « smi­ley triste » : L Il eut été plus hon­nête de rédi­ger un démen­ti, mais non ! On s’est con­tenté d’effacer à demi les traces du crime, du men­songe fab­riqué de toutes pièces d’une man­i­fes­ta­tion anti-migrants ayant pré­ten­du­ment dégénérée en raton­nade, men­songe depuis démen­ti très offi­cielle­ment. Tou­jours obsédés par un enne­mi his­torique­ment mort depuis 70 ans, de nom­breux médias, alors que 130 vic­times de l’Islamisme rad­i­cal gisent au sol, traque­nt immé­di­ate­ment… le skin­head de ser­vice. Cet enne­mi qui leur va bien, qui leur tient chaud, qui les ras­sure, qui les con­forte intel­lectuelle­ment, même s’il est tout à fait obsolète. Encore une fois, ne voulant se con­fron­ter au prob­lème, ils ne le pensent pas, ne nous y pré­par­ent pas, pire : ils nous désar­ment intel­lectuelle­ment et morale­ment face à lui. Et au-delà de toute ques­tion idéologique, c’est pour des raisons stratégiques de cet ordre que devrait être impi­toy­able­ment délégitimée une grande par­tie de cette classe médi­a­tique, alors que la panique qui est aujourd’hui la sienne devant ses défauts d’analyse prend la tour­nure de con­tor­sions, de manip­u­la­tions et de men­songes les plus éhon­tés. Autant d’aveux indi­rects.

Crédit pho­to : Vuics — “Angry Pinoc­chio” via DeviantArt

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.