Accueil | Actualités | Médias | Christine Ockrent réclame 650.000 euros
Pub­lié le 18 octobre 2012 | Éti­quettes :

Christine Ockrent réclame 650.000 euros

Déjà sévèrement épinglée par Airy Routier le 14 février 2011 dans le défunt France-Soir pour un salaire de numéro deux de l'Audiovisuel extérieur français (AEF) s’élevant à 750.000 € annuels, Christine Ockrent refait parler d'elle en réclamant à cette société, financée sur fonds publics, des indemnités de départ à hauteur de 650.000 €.

« Ce départ négocié, s'il avait finalement lieu, serait d'autant plus étonnant que Christine Ockrent, au titre de mandataire sociale, est révocable sans indemnités. A moins que son contrat ait prévu un parachute doré », écrivait à l'époque Airy Routier.

Camille Pascal, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, confirme dans son livre Scènes de la vie quotidienne à l'Élysée, que Christine Ockrent n'a perçu aucune indemnité de départ, l’ancien locataire de l’Elysée ne souhaitant pas que l’on puisse dire que cette éviction coûterait au contribuable.

La somme de 650.000 € serait pourtant provisionnée par l'AEF, au cas où le tribunal de commerce donnerait raison à l'ancienne journaliste. Dans ce cas, c'est donc bien le contribuable qui mettrait la main à la poche.

Photo : Olivier Ezratty via Wikimédia (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This