Accueil | Actualités | Médias | Censure à l’hebdomadaire satirique espagnol El Jueves ?
Pub­lié le 13 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Censure à l’hebdomadaire satirique espagnol El Jueves ?

Reporters sans frontières a demandé ce samedi des explications au groupe espagnol RBA suite à une potentielle censure d'un quotidien satirique.

Censure à l'hebdomadaire satirique espagnol El Jueves ?

Censure à l'hebdomadaire satirique espagnol El Jueves ?

Cette revue, nommée El Jueves, avait dû changer in extremis sa couverture représentant le roi Juan Carlos remettant une couronne couverte d'excréments à son fils, le prince Felipe. Un changement intervenu sur le fil, à la demande du groupe, alors même que des milliers d'exemplaires avaient été imprimés.

Suite à ce qui a été considéré comme un acte de censure, sept caricaturistes du journal ont présenté leur démission. RSF a demandé au groupe RBA de « s'expliquer rapidement ».

Pourtant, la caricature n'a pas été totalement supprimée. Celle-ci figure toujours en page intérieure, et a simplement été retirée de la Une, ce qui est plus assimilable à un choix éditorial qu'à un acte de censure.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux