Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Candidate LREM voilée aux départementales dans l’Hérault : une partie du clergé médiatique aveugle

7 août 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Candidate LREM voilée aux départementales dans l’Hérault : une partie du clergé médiatique aveugle

Candidate LREM voilée aux départementales dans l’Hérault : une partie du clergé médiatique aveugle

Accueil | Veille médias | Candidate LREM voilée aux départementales dans l’Hérault : une partie du clergé médiatique aveugle

Candidate LREM voilée aux départementales dans l’Hérault : une partie du clergé médiatique aveugle

7 août 2021

Red­if­fu­sion esti­vale. Pre­mière dif­fu­sion le 17 mai 2021

L’affiche présentant les candidats en tête de la liste LREM aux élections départementales dans l’Hérault avait été savamment préparée. Elle était censée plaire à chacun des segments électoraux que le parti présidentiel convoite, en particulier l’électorat musulman. Mais la présence sur celle-ci d’une candidate voilée a rapidement suscité une polémique dont plusieurs médias de grand chemin ont minimisé les enjeux. Nous revenons sur cet épisode assez édifiant.

L’élément déclencheur

Les élec­tions départe­men­tales approchant, le par­ti prési­den­tiel LREM a présen­té courant mai 2021 ses can­di­dats dans l’Hérault. Ses respon­s­ables départe­men­taux ont pour l’occasion fait imprimer des affich­es sur lesquelles fig­urent les can­di­dats têtes de liste. Par­mi ceux-ci, une cer­taine Sara Zemmahi pose voilée pour la pho­to aux côtés de ses col­istiers. « Dif­férents, mais unis pour vous ! » est le slo­gan de la liste LREM cen­sé illus­tr­er la cohé­sion de ses can­di­dats et plus large­ment celle des habi­tants du départe­ment de l’Hérault. 

Une polémique autour du voile

Le jour­nal cana­di­en La Presse présente les orig­ines de la polémique à ce sujet :

« Le numéro deux du Rassem­ble­ment nation­al, Jor­dan Bardel­la, a allumé la mèche dès lun­di en twee­t­ant la pho­to de l’affiche où l’on voit Sara Zemmahi, can­di­date sup­pléante aux côtés de trois col­istiers dans un can­ton de Mont­pel­li­er. « C’est cela la lutte con­tre le séparatisme ? » demandait-il à la min­istre déléguée à la Citoyen­neté Mar­lène Schiappa.
Mar­di soir, il a enfon­cé le clou en accu­sant la can­di­date d’être « une mil­i­tante islamiste », à l’occasion d’une inter­view sur BFMTV ».

On apprend à la lec­ture de l’article que la réponse faite par le délégué général de LREM, Stanis­las Gueri­ni, à Jor­dan Bardel­la a fait tanguer le par­ti prési­den­tiel. Mais au-delà de l’aspect poli­tique, c’est le traite­ment par de nom­breux médias de grand chemin de cet événe­ment qui interpelle.

Aujourd’hui en France ignore l’islamisme

Le quo­ti­di­en Aujourd’hui en France et Le Parisien ont con­sacré quelques arti­cles à cette polémique.

Le 11 mai, c’est la réponse du « patron LREM Stanis­las Gueri­ni » à Jor­dan Bardel­la qui est le sujet cen­tral de l’article con­sacré à « l’affaire ». Le jour­nal titre l’article sur les excus­es de Stanis­las Gueri­ni : « C’était une erreur de répon­dre à Bardel­la ». L’article expose dif­férents points de vue à gauche et au sein du par­ti prési­den­tiel sur le bien-fondé de la présence d’une femme voilée par­mi des can­di­dats à une élec­tion en France. Il en ressort de pro­fondes dis­sen­sions au sein du par­ti prési­den­tiel sur la question.

Le lende­main, le 12 mai, on apprend dans le même jour­nal que « LREM s’écharpe (encore) sur le voile » et que « le délégué général, Stanis­las Gueri­ni, annonce que (la can­di­date voilée) ne sera pas soutenue par En Marche ».

L’article fait de nou­veau état de la « belle foire d’empoigne (à laque­lle) on a assisté hier entre mem­bres du gou­verne­ment et députés LREM, inca­pables de s’accorder sur la même ligne ». Le voile islamique n’est de nou­veau abor­dé que comme un morceau de tis­su autour duquel le par­ti prési­den­tiel s’écharpe.

RTL circonscrit le voile à une question juridique

La radio RTL a égale­ment pub­lié sur son site plusieurs arti­cles sur le sujet. Le 11 mai, c’est la divi­sion du par­ti LREM qui est en titre d’un arti­cle : « Le voile d’une can­di­date divise le par­ti ». Les points de vue opposés, avec d’un côté les ten­ants de la laïc­ité, et de l’autre, ceux du droit, y sont exposés.

Le droit tou­jours, avec un arti­cle paru le 12 mai : « que dit la loi ? » au sujet du port du voile par­mi les can­di­dats et élus de la République. Le même jour, la radio pub­lie sur son site un nou­v­el arti­cle en don­nant la parole à l’une des col­is­tières de la can­di­date voilée. Cette dernière est caté­gorique au sujet de sa col­lègue de liste : « Elle représente la République ».

L’Express s’intéresse à LREM, moins à la candidate voilée

Un vague espoir d’en savoir plus à ce sujet nous étreint quand notre atten­tion est attirée par le titre d’un arti­cle de L’Express : « Can­di­date voilée, l’histoire secrète de l’affaire qui plonge LREM dans la crise ». En fait d’histoire secrète, c’est la polémique interne au par­ti prési­den­tiel qui est décrite en détail.

Après la lec­ture de ces quelques arti­cles, on imag­ine déjà les jour­nal­istes du New York times faire des gorges chaudes sur l’islamophobie en France et les querelles fran­co-français­es autour d’un bout de tis­su qui reflè­tent le refus du droit à la dif­férence dans le pays des droits de l’homme.

D’autres médias font un véritable travail d’investigation

Les arti­cles cités d’Aujourd’hui en France, de RTL et de L’Express ont présen­té cette affaire sous un angle essen­tielle­ment poli­tique et juridique. On pour­rait presque à leur lec­ture se dire qu’il s’agit d’une nou­velle occa­sion man­quée de pro­mou­voir des can­di­dats de dif­férentes con­fes­sions engagés dans le proces­sus démocratique.

Pour­tant, à côté de la présen­ta­tion super­fi­cielle de cette affaire, quelques médias et inter­nautes ont mené un tra­vail d’investigation qui nous en apprend plus que nom­bre de médias de grand chemin.

Sur Twit­ter, le réseau 1905 a con­sacré un « thread » (fil de mes­sages) à la polémique autour de la can­di­date voilée. On y apprend notam­ment que la can­di­date « a fondé et dirigé une asso­ci­a­tion ouverte­ment prosé­lyte et qui dif­fuse la pen­sée des Frères musul­mans. (…) Tabas­sam et sa fon­da­trice aujourd’hui can­di­date LREM parta­gent régulière­ment les inter­ven­tions de prédi­ca­teurs et islamiques comme Tariq Ramadan (…) Cette asso­ci­a­tion, 《 Tabas­sam》, fait la pro­mo­tion du voile­ment des femmes et reprend pour ce faire mot à mot le dis­cours islamiste ».

Damien Rieu souligne égale­ment sur Twit­ter en s’appuyant sur des cap­tures d’écran que « son asso­ci­a­tion est anti-police nationale » et qu’en tout cas, l’association évoque les « vio­lences poli­cières et le racisme d’Etat ».

Le Midi libre nous informe que « l’association (à laque­lle appar­tient la can­di­date voilée LREM NDLR) est hébergée à la Caf, là où est venu Emmanuel Macron lors de son dernier déplace­ment à Mont­pel­li­er ». Le quo­ti­di­en région­al s’empresse de soulign­er que, « à ce moment de la com­mu­ni­ca­tion prési­den­tielle, dis­cuter avec une femme voilée n’avait pas posé de soucis ». La ques­tion de la mise à dis­po­si­tion de locaux de la Caisse d’allocation Famil­iale à une asso­ci­a­tion qui vis­i­ble­ment fait du prosé­lytisme islamiste n’est pas un sujet pour Le Midi libre.

Sur LCI, Hala Ouk­ili expose les dif­férentes révéla­tions faites dans un arti­cle paru le 11 mai dans Causeur sur la « sup­pléante voilée LREM aux élec­tions départe­men­tales à Mont­pel­li­er ».

L’auteur de l’article paru dans Causeur y décrit la pro­mo­tion faite par l’association du niqab et du hijab. Sa stratégie d’influence islamiste au tra­vers du sou­tien sco­laire et de la « val­ori­sa­tion de par­cours d’excellence » est égale­ment évoquée.

Des dif­férents arti­cles con­sacrés à cette affaire, ressort une vision du voile qui dif­fère totale­ment selon les médias. Pour cer­tains, il s’agit d’un attrib­ut ves­ti­men­taire presque banal. Pour d’autres, quand le voile n’est pas porté par sim­ple con­formisme com­mu­nau­tariste, cela peut être un véri­ta­ble out­il pub­lic­i­taire de l’islamisme et un instru­ment de con­quête comme le souligne une anci­enne jour­nal­iste de l’Obs qui y a con­sacré un livre paru récem­ment inti­t­ulé « Un voile sur le monde ». Après l’avoir lu, on ne regarde plus ce morceau de tis­su de façon anodine…Il y avait bien une affaire dans l’affaire. Mer­ci à cer­tains médias de nous avoir aidés à ne pas pass­er à côté.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés