Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Brice Couturier fustige le « Parti des médias »
Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

25 août 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

Dans un long entretien au FigaroVox, l’ancien chroniqueur de la matinale de France Culture (et ancien tôlier de la station) est revenu sur ses expériences mais aussi sur l’état actuel de la profession de journaliste.

Et autant dire que celui qui est entré à France Cul­ture en 2002 n’a pas gardé sa langue dans sa poche. Certes ce dernier jouis­sait d’une cer­taine lib­erté de ton à l’an­tenne, mais il fal­lait alors ensuite que l’in­vité ait le dernier mot. « J’ap­pa­rais­sais ain­si comme un trublion qu’on sort de sa boîte, afin de provo­quer un peu, mais qu’on s’empresse de faire taire lorsqu’il a joué son rôle afin que tout ren­tre dans l’or­dre », a‑t-il commenté.

Con­cer­nant ce qu’il nomme, à la suite de Mar­cel Gauchet, le « Par­ti des médias », il le juge « aveuglé par ses bons sen­ti­ments, préfère nous abreuver de petites nou­velles insignifi­antes, d’une part, de ses grandes indig­na­tions » alors même que « l’is­lamisme poli­tique » est « entré en phase de con­quête du monde ». Aus­si, « chaque fois que le dis­cours lénifi­ant sur le “vivre-ensem­ble” est con­tred­it par des faits, (les médias) font l’ob­jet d’un remon­tage. Com­bi­en d’at­ten­tats islamistes ont été requal­i­fiés en “actes com­mis par un déséquili­bré”? », interroge-t-il.

Se revendi­quant de Ray­mond Aron, un homme qui « savait dis­cern­er, en his­to­rien, les ten­dances pro­fondes, celles qui allaient mod­i­fi­er les rap­ports de force, redessin­er la carte, décider du mou­ve­ment de l’his­toire », Brice Cou­turi­er fustige ses con­frères qui « passent leur temps à guet­ter le fil de l’AFP » et à traiter l’in­for­ma­tion sans aucun recul ni aucune pro­fondeur. Une manière de tra­vailler, très répan­due aujour­d’hui dans les grands médias en quête d’au­di­ence sur le web, qui ne con­tribue qu’à « figer le débat ».

Enfin, le chroniqueur déplore les ten­ta­tives de diver­sion effec­tuées par les médias, comme lorsque l’on braque tous les pro­jecteurs sur « Nuit Debout », un mou­ve­ment de « bobos » qui n’a finale­ment débouché sur rien. Cela s’ex­plique, selon lui, par le fait que le Par­ti des médias « rêve de l’ar­rivée au pou­voir d’une “vraie gauche de gauche” ». Ou com­ment les utopies per­son­nelles et l’idéolo­gie l’emportent sur la réalité.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.