Accueil | Actualités | Médias | Bolloré rachète le second éditeur français Éditis
Pub­lié le 3 février 2019 | Éti­quettes : , , , , , ,

Bolloré rachète le second éditeur français Éditis

Vingt ans après un premier rachat d’Éditis par le Vivendi de l’époque Messier, c’est Vivendi encore, mais aux mains de Bolloré, qui reprend Éditis. Le second éditeur français, qui possède 44 marques et 13 maisons d’édition, a en effet été repris au groupe espagnol Planeta pour 900 millions d’euros.

Allers et retours

A l’époque où Messier, patron de Vivendi, avait racheté Éditis, il avait fini par être rattrapé par la patrouille et avait dû vendre en catastrophe l’éditeur à son concurrent historique Hachette-Lagardère. Ce dernier avait été forcé par Bruxelles d’en céder 60% en 2004 au baron Seillère via son fonds d’investissement Wendel. Ce dernier avait gelé les affaires et coupé dans les effectifs, avant de faire une forte plus-value en le revendant à Planeta un milliard d’euros.

Après toutes ces cessions Éditis était fort amaigri avec un résultat opérationnel de 60 millions d’euros en 2017. L’autorité de la concurrence a donné son feu vert au rachat. Éditis publie 4000 nouveautés par an, dispose d’un fond de 16.000 auteurs et distribue 100 millions de livres par an – une force de frappe culturelle non négligeable.

Planeta endetté

Selon Le Monde, Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi, cherchait à remettre un pied dans l’édition depuis 2016. Mais c’est la situation particulière de Planeta, en proie à des dissensions internes et un fort problème d’endettement, qui aurait permis à Bolloré de racheter Éditis.

Une myriade de maisons d’édition et de marques

À ce jour, Éditis regroupe ainsi First et First Interactive dont la collection Pour les nuls, Gründ, Les livres du Dragon d'or, Plon, Presses de la Renaissance, Éditions Perrin,Tana, 404 éditions, Les Escales, Acropole, Belfond, En Voyage, Éditions, Omnibus, Hors Collection, Le Pré aux clercs, Lonely Planet France, Hemma, Langue au chat, Éditions Solar, Presses de la Cité, les Éditions Robert Laffont, Éditions Julliard, NiL Éditions, Éditions Seghers, 10/18, Fleuve éditions, Kurokawa, Pocket et Pocket Jeunesse, 12-21, l'éditeur numérique, Le Cherche midi, La Découverte, XO éditions (Oh ! Éditions) ainsi que les éditeurs de manuels scolaires Bordas, CLE international, Paraschool et Retz. Récemment, la maison Héloïse d’Ormesson a aussi été rachetée.

Autres activités : CNews renfloué

Pour la musique Vivendi cherche aussi à trouver un partenaire jusqu’à hauteur de 50% dans Universal Music (UMG), officiellement pour se développer en Chine, en Inde et en Amérique Latine.

En dehors de Vivendi mais dans les médias, Bolloré renforce son quotidien gratuit CNews en lui allouant 34M€ (source Lettre A du 30 janvier 2019). CNews est un des deux quotidiens gratuits survivants avec 20 Minutes (Sipa-Ouest-France associé avec Rossel). L’éditeur de CNews a perdu 7M€ en 2017, cette injection d’argent frais permettra d’apurer les pertes antérieures et de relancer le titre.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This