Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
BeIN Sports et Canal+ : guerre totale

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

22 août 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | BeIN Sports et Canal+ : guerre totale

BeIN Sports et Canal+ : guerre totale

Temps de lecture : 2 minutes

Suite à l’arrivée, les 1er juin et 28 juillet 2012, des deux chaînes qataris BeInSport dans le paysage médiatique français, une lutte sans merci se joue entre ces dernières et Canal+.

Le sujet de la dis­corde ? Le sport. Les chaînes qataries, qui sont exclu­sive­ment sportives, dis­posent de moyens con­sid­érables (ceux d’un fond sou­verain) pour acquérir des événe­ments et men­er la vie dure à sa con­cur­rente. Avec un chiffre d’af­faires estimé à moins de 100 mil­lions d’eu­ros et des coûts éval­ués à 430 mil­lions d’eu­ros, BeIn Sport n’est pas encore rentable mais vise l’équilibre d’ici 2017 et se lance à la con­quête des abon­nés avec une offre moins chères que Canal, qui pro­pose un bou­quet généraliste.

Son mono­pole dans le sport étant per­du, la chaîne cryp­tée a récem­ment attaqué sa rivale qatarie en jus­tice pour « con­cur­rence déloyale ». Au cœur de leur lutte : la Ligue 1, la For­mule 1, la NBA, la Ligue des Cham­pi­ons… toutes ces com­pé­tions qui ten­dent à gliss­er du pub­lic vers le payant.

Un appel d’offre vient d’être lancé pour la dif­fu­sion du prochain Top 14 de Rug­by. En 2011, Canal + l’avait décroché pour 31,7 mil­lions d’euros. Cette année, nul doute que la com­péti­tion sera rude…