Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Allemagne : la Lima/Académie des médias de gauche
Allemagne : la Lima/Académie des médias de gauche

24 mars 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Allemagne : la Lima/Académie des médias de gauche

Allemagne : la Lima/Académie des médias de gauche

Allemagne : la Lima/Académie des médias de gauche

D’où viennent tous ces plus ou moins faiseurs de médias de gauche qui balancent quotidiennement sur internet leurs grenades idéologiques et qui voteraient à plus de 90% « extrême gauche-vert-rouge » ? Par exemple, de Lima. Pas la capitale péruvienne, mais la Linke Medienakademie, LiMA., pour faire court — l’« Académie des médias de gauche », où les gauchistes agitent les esprits dans des séminaires en ligne, des cours de formation et des conférences.

Ciao, objec­tiv­ité” :  le pre­mier cours donne très claire­ment le ton. Le reportage factuel, c’est du passé ; l’idéolo­gie se laisse beau­coup mieux véhiculer par des « his­toires personnelles ».

Travail de presse pour les militant(e)s de gauche”

Vous voulez écrire sur vos expéri­ences de la vie ? On vous apprend com­ment. « Trans*phobie », « sous-vête­ments men­stru­els » ou prêts étu­di­ants injustes : « Tout le monde a une his­toire à raconter ».

En voici une, par exem­ple : com­ment, mil­lion­naire et épouse de l’un des reje­tons du palais de Buck­ing­ham, on est poussée à des pen­sées sui­cidaires par le racisme omniprésent dans ce même palais — mais lais­sons cela. Il y a telle­ment plus à appren­dre : com­ment éviter les dis­crim­i­na­tions qui ne peu­vent être recon­nues comme telles ou révo­lu­tion­ner la radio, lancer un tweet “ten­dance”. Ou bien encore com­ment faire de YouTube un “ter­rain de jeu pour la poli­tique de gauche”, ce qui est d’au­tant plus attrayant que les réseaux soci­aux con­tribuent active­ment à la sup­pres­sion des con­tenus « de droite ».

On peut même appren­dre à per­dre sa « peur des réseaux soci­aux » ; ils ne sont à crain­dre que si l’on est pas du même bord. Il existe égale­ment un mod­ule pour «appren­dre à être fort» pour les  « jour­nal­istes de couleur ». Bien enten­du, les Blancs n’y sont pas admis.

Et ce n’est pas tout. On peut aus­si pra­ti­quer « l’art d’ar­gu­menter en pub­lic » — évide­ment entre per­son­nes du même bord exclu­sive­ment  et non avec quiconque pense dif­férem­ment, voire avec des gens «de droite» dia­boliques. On y trou­ve aus­si des for­ma­tions à la «guéril­la de la com­mu­ni­ca­tion», au «tra­vail de presse pour des mil­i­tants de gauche» ou«formation aux cam­pagnes poli­tiques» avec une «activiste du réchauf­fe­ment cli­ma­tique», mem­bre des jeunes Verts, qui a par ailleurs trou­vé un moyen de sub­sis­tance sûr et financé par les impôts à  la Fon­da­tion Hein­rich Böll, de gauche, comme il se doit, elle aus­si. Arrê­tons-nous là.

À nous les subventions !

Des extrémistes de gauche avérés n’ayant aucun prob­lème avec l’u­til­i­sa­tion de la vio­lence en tant que con­férenciers ? Ne dérange per­son­ne dans cette académie. On y est en bonne com­pag­nie : le quo­ti­di­en taz d’ex­trême gauche, le jour­nal SED Neues Deutsch­land  (idem) et la Fon­da­tion «Rosa Lux­em­burg» du par­ti d’ex­trême gauche «la Gauche» par­rainent la semaine de for­ma­tion. Les syn­di­cats, l’As­so­ci­a­tion des jour­nal­istes alle­mands, le groupe de pres­sion agres­sif des migrants «Neue Deutsche Medienmacher/les nou­veaux acteurs des médias alle­mands», entre autres, sou­ti­en­nent  «l’as­so­ci­a­tion éduca­tive à but non lucratif» qui la sous-tend.

Notre arti­cle sur les nou­veaux acteurs des médias alle­mands ICI https://ojim.net/allemagne-des-journalistes-issus-de-limmigration-accusent-de-racisme-les-medias/

Les fonds publics sont redis­tribués, pas­sant par de nom­breuses mains. Soit dit en pas­sant, l’a­cadémie enseigne aus­si com­ment grat­ter quelques sub­ven­tions ; ces gens savent sans aucun doute de quoi ils parlent.

Rien de tout cela n’a grand-chose en com­mun avec le «jour­nal­isme indépen­dant» que l’as­so­ci­a­tion pré­tend soutenir. Même si l’on peut pren­dre un «con­gé édu­catif» pour par­ticiper à une semaine de sémi­naire à Berlin, ville dont les couleurs poli­tiques sont… le rouge et le vert…

Ciao, jour­nal­isme — salut, généra­tion agitprop !

Source : Junge Frei­heit 11/03/2021
Tra­duc­tion : AC

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.