Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

4 mai 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

4 mai 2022

Temps de lecture : 5 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

Le lectorat de Valeurs actuelles est-il si réac’ ? Pour qui le public d’Hanouna vote-t-il ? Une étude de l’IFOP pour Marianne, passée quasiment inaperçue, permet de classer les médias dont le public est le plus libéral-libertaire, et dogmatique. Quels sont les médias dont le public est le plus libéral-libertaire ? En compilant les données apportées par une étude IFOP pour Marianne analysant le vote du 9 avril « selon les pratiques médias », nous sommes en mesure d’établir un classement idéologique des publics médiatiques.

Le TOP du libéral-libertaire

Ce classe­ment con­firme l’entre-soi de plusieurs médias. Car sans sur­prise, ce sont bien des médias réputés libéraux-lib­er­taires qui attirent un pub­lic réguli­er identique :

  1. France Inter : +82 (87% des audi­teurs réguliers votent pour un can­di­dat du bloc libéral-lib­er­taire, seule­ment 5% pour un can­di­dat du bloc national) ;
  2. Arte Jour­nal : +74 (82% libéral-lib­er­taire, 8% national) ;
  3. L’Humanité : +67 (83% libéral-lib­er­taire, 16% national) ;
  4. Libéra­tion : +62 (79% libéral-lib­er­taire, 17% national) ;
  5. JT France 2 : +58 (75% libéral-lib­er­taire, 17% national) ;
  6. Le Monde et Quo­ti­di­en : +55 (75% libéral-lib­er­taire, 20% nation­al pour Le Monde ; 76% libéral-lib­er­taire, 21% nation­al pour Quo­ti­di­en).

Or, parce qu’un pub­lic est en mesure d’influencer le ton d’un média, l’entre-soi est un frein indé­ni­able à la neu­tral­ité d’un média et dès lors à sa qual­ité infor­ma­tion­nelle. Il est aus­si le fruit d’une ligne édi­to­ri­ale poten­tielle­ment dogmatique.

Pétri de con­tra­dic­tions, le libéral­isme-lib­er­taire n’est pas une idéolo­gie stricte­ment définie. Aucun philosophe n’a pré­ten­du avoir fondé une telle pen­sée. Il est plutôt l’accumulation des opin­ions dom­i­nantes des cinquante dernières années. Daniel Cohn-Ben­dit (ancien soix­ante-huitard devenu macro­niste) est peut-être la seule per­son­nal­ité publique à avoir revendiqué cette éti­quette. Il véhicule toute­fois l’émancipation de l’individu, con­tre les enracin­e­ments nationaux. En pra­tique, il prend forme quand les électeurs s’unissent pour « faire bar­rage » au can­di­dat nation­al, syn­onyme de mal absolu. Le suf­frage du 24 avril l’a reflété.

Inverse­ment, voici les publics médi­a­tiques qui sont le moins libéraux-libertaires :

  1. Valeurs Actuelles : -9 (41% libéral-lib­er­taire, 50% bloc national) ;
  2. CNews : +8 (50% libéral-lib­er­taire, 42% national) ;
  3. Hanouna : +15 (55% libéral-lib­er­taire, 40% national) ;
  4. RMC : +16 (53% libéral-lib­er­taire, 40% national) ;
  5. Le Figaro : +20 (53% libéral-lib­er­taire, 33% bloc national).

Les écarts sont donc beau­coup moins nets, et la diver­sité idéologique plus évi­dente par­mi les médias réputés plus droitiers.

Méthode

L’étude IFOP/Marianne rap­porte les votes au pre­mier des spec­ta­teurs et lecteurs des prin­ci­paux médias français. Ce sondage apporte des don­nées d’un grand intérêt. L’analyse de Mar­i­anne l’est tout autant. Toute­fois, l’hebdomadaire suit les lignes de frac­ture droite/gauche et élite/populistes. Bien sûr, celles-ci ne sont pas fauss­es. Ain­si la grille de lec­ture libéraux-lib­er­taires/­na­tionaux, com­plé­men­taire, per­met-elle de dévoil­er par exem­ple l’homogénéité idéologique des médias.

L’OJIM a donc relu l’étude de l’IFOP en sub­di­visant les médias selon un arc libéral-lib­er­taire qui s’étend de Mélen­chon à Macron et un bloc nation­al unis­sant Zem­mour, Dupont Aig­nan et Le Pen. Suiv­ant cette ligne de frac­ture, Las­salle et Pécresse sont donc les cen­tristes entre ces deux blocs (l’une en rai­son de son élec­torat mixte, l’autre du fait de son élec­torat enrac­iné). Cette frac­ture reflète d’ailleurs le choix poten­tiel du 2nd tour, qui ne pou­vait être évo­qué dans l’étude de l’IFOP pub­liée le 10 avril.

La France de Cyrille Hanouna

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

C’est chez « Touche pas à mon poste ! » que l’on trou­ve la « France fâchée », note Mar­i­anne. Mélen­chon et Le Pen s’y parta­gent en effet la part du lion : 30% cha­cun. Emmanuel Macron y tombe quant à lui à 19%, et Zem­mour à 9. Mais la frac­ture libéraux-lib­er­taires con­tre nationaux dévoile davan­tage le plu­ral­isme de cette émis­sion. C’est ironique­ment chez le juif sépha­rade Hanouna que l’on trou­ve un taux d’électeurs nationaux : 41%. Quoi de plus éton­nant ? Evidem­ment déma­go et vul­gaire, très cer­taine­ment libéral-lib­er­taire, Cyril Hanouna a pour­tant, dans le même mou­ve­ment, entretenu une cer­taine tolérance à l’égard des opin­ions un tan­ti­net dis­si­dentes. Ce n’est pas un hasard si les can­di­dats ont tous défilé sur son plateau, sans doute pour y trou­ver des voix manquantes.

C’est aus­si la France de RMC. Celle-ci vote à 34% pour Marine Le Pen, 29% pour Mélen­chon, 20% Macron et seule­ment 5% Zem­mour. On remar­quera par ailleurs qu’un audi­teur de NRJ a plus de chances de vot­er nation­al qu’un audi­teur de la radio du ser­vice pub­lic France Inter. Mal­heureuse­ment, le sondage n’apporte aucune indi­ca­tion pour Sud Radio, qui n’a pas man­qué de con­tribuer au plu­ral­isme des opin­ions en France ces dernières années.

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

Parmi les lecteurs des médias qualifiés « d’extrême-droite », un véritable pluralisme électoral

Valeurs actuelles est, au vu des chiffres com­pilés, la plus grande excep­tion au libéral­isme-lib­er­taire dom­i­nant. Son lec­torat se sub­di­vise en trois par­ties qua­si­ment égales. 25% vote Le Pen et 24% Zem­mour… et 26% vote Macron. Faisant ain­si dire à Mar­i­anne que VA réu­nit les trois droites du poli­to­logue René Rémond (respec­tive­ment : bona­partiste, légitimis­te/­con­tre-révo­lu­tion­naire, et enfin orléaniste).

Et quid de CNEWS, que la com­mis­sion d’enquête du Sénat voulait absol­u­ment éti­queter « d’extrême droite » ? Zem­mour, pour­tant « chez lui », ne recueille que 10% des suf­frages des spec­ta­teurs, et 14% des spec­ta­teurs réguliers. Soit le dou­ble de son résul­tat du 9 avril, ce qui reste der­rière Macron (26%), Marine Le Pen (26%) et Jean-Luc Mélen­chon (16%).

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

Désil­lu­sion pour les nationaux aus­si du côté du Figaro, ou du moins pour ceux qui croy­aient encore en la répu­ta­tion droitière de ce quo­ti­di­en. La réal­ité est bien plus bour­geoise : 34 % des lecteurs ont voté Macron au pre­mier tour. Ceux du Figaro Mag­a­zine ne font pas non plus excep­tion : le prési­dent sor­tant est aus­si arrivé en tête par­mi eux, avec 29%, con­tre 21% pour Marine Le Pen, 11% pour Eric Zem­mour… et un sur­prenant 18% pour Jean-Luc Mélen­chon. Mais soyons clairs : le seg­ment des heb­dos tape au cœur de l’électorat En Marche. 35,5% des lecteurs d’hebdomadaires votent ain­si pour le prési­dent sor­tant. Une ques­tion de ligne édi­to­ri­ale, « main­stream » bien sûr, mais aus­si soci­ologique, relève Mar­i­anne : « Les fameuses « CSP + » affec­tion­nent les mag­a­zines. »

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

Offre médiatique et demande du public : le bloc libéral-libertaire prend tout son sens

Avec 7 mil­lions d’auditeurs, France Inter est aujourd’hui la pre­mière radio de l’Hexagone. Selon les don­nées com­pilées, elle fédère donc la France libérale-lib­er­taire. Mar­i­anne iro­nise, la qual­i­fi­ant de « Bol­cho-macro­niste », ce qui revient peu ou prou au même : « Le « bol­cho-macro­nisme », un courant idéo­logi­co-com­mer­cial por­teur ? » ajoute l’hebdomadaire, soulig­nant la prox­im­ité avec Quo­ti­di­en de Yann Barthès.

Mais à eux faudrait-il ajouter les prin­ci­paux jour­naux télévisés, essen­tiels dans la fab­rique de l’information. Ceux de France 2 et Arte, et dans une moin­dre mesure celui de France 3, attirent à eux un pub­lic libéral-lib­er­taire déjà conquis.

Et puis, à vrai dire, ce seg­ment se retrou­verait aus­si sur le web : Brut, Kon­bi­ni et con­sorts ont par­faite­ment suivi ce dogme. Mais l’étude doit encore être faite.

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

Quoi de plus libéral libertaire que l’émission Quotidien de Yann Barthès ?Quoi de plus libéral-lib­er­taire que l’émission Quo­ti­di­en de Yann Barthès ? Une de nos brochures numériques lui est con­sacrée, réservée à nos dona­teurs dès 1€ ; les dons de plus de 50€ reçoivent une de nos brochures papi­er, dont la pre­mière est con­sacrée à Yann Barthès et les plus récentes au néo-fémin­isme sur inter­net et sur la Dil­crah, la délé­ga­tion inter­min­istérielle de lutte con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Le tout avec un reçu fis­cal de 66% de votre don. Pour nous soutenir, cliquez ici.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés