Olivier Siou contre « la vermine raciste »
L'indépendance des médias et journalistes bientôt débattue à l'Assemblée

L’indépendance des médias et journalistes bientôt débattue à l’Assemblée

Télécharger en PDF

Président socialiste de la commission de la Culture à l’Assemblée nationale, Patrick Bloche vient de dévoiler une proposition de loi qui va, sans doute, entraîner de vifs débats dans l’hémicycle.

Pour renforcer l’indépendance des médias, M. Bloche propose en effet plusieurs solutions concrètes. En premier lieu, il souhaite mieux protéger les journalistes des pressions de leur direction en ajoutant, dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse, un article qui stipule que « tout journaliste a le droit de refuser toute pression, de refuser de signer un article, une émission, partie d’émission ou une contribution dont la forme ou le contenu auraient été modifiés à son insu ou contre sa volonté ». Ainsi, un journaliste ne pourra plus « être contraint à accepter un acte contraire à son intime conviction professionnelle ».

Ensuite, alors que la reprise en main de Canal+ par Vincent Bolloré a fait beaucoup parler, Patrick Bloche souhaite généraliser les comités d’éthique au sein de toute chaîne de télévision et radio « diffusant des émissions d’information politique et générale ». Ces comités devront veiller à « l’honnêteté, l’indépendance, le pluralisme de l’information et des programmes ». S’ils constatent un manquement à ces garanties, ils pourront s’auto-saisir et faire part de leurs remarques au CSA.

Depuis peu, un comité d’éthique a été mis en place au sein de Canal++. Cependant, ce dernier a fait l’objet de nombreuses critiques quant à sa composition et à son indépendance. Pour éviter cela, le projet de loi propose que toute personne ayant eu, « pendant ses fonctions et dans un délai de trois ans avant sa nomination », un lien avec la chaîne, l’un de ses actionnaires, ou une société dans laquelle la chaîne ou un actionnaire détiennent une participation, ne pourra pas en être membre. « Soit on respectera ces dispositions et on sera dans la légalité. Soit on ne les respectera pas et on sera dans l’illégalité », a simplement fait savoir Patrick Bloche.

Enfin, le député socialiste souhaite s’attaquer à l’opacité de l’actionnariat des médias en forçant ces derniers à dévoiler publiquement, chaque année, l’identité de leurs actionnaires ainsi que la part qu’ils détiennent dans la société. S’il ce texte est adopté, ce volet nous réservera sans doute de nombreuses surprises… À ce propos, Canal++ et NextRadioTV (BFM, RMC…) ont déjà demandé à être entendus sur ce dossier.

Le texte devrait être déposé à l’Assemblée la semaine prochaine. S’il s’attend à de vifs débats, Patrick Bloche espère néanmoins conclure sa première lecture devant la chambre basse avant le printemps.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook