Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Robert Ménard insulté mais grand prince…

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

15 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Robert Ménard insulté mais grand prince…

Robert Ménard insulté mais grand prince…

Temps de lecture : 2 minutes

Pour avoir détourné une image de l’AFP en couverture du journal municipal de Béziers, Robert Ménard s’est vu accorder la première place du « Flop Ten » de l’émission « On n’est pas couché » de samedi dernier sur France 2.

Après avoir rap­pelé les faits (exposés dans notre précé­dent arti­cle), Lau­rent Ruquier a jugé ce pho­tomon­tage aus­si « incroy­able » qu’« écœu­rant ». « Il devrait se méfi­er Ménard, parce qu’avec des méth­odes pareilles, on va être ten­tés nous aus­si de rajouter deux petites choses sur sa pho­to », a‑t-il prévenu avant de dif­fuser une pho­to retouchée elle aus­si, représen­tant le maire de Béziers avec les cheveux et la mous­tache d’Adolf Hitler.

Et Léa Salamé de réa­gir à son tour : « Quand on sait qu’il a été patron de Reporters sans fron­tières, quand on a con­nu le Robert Ménard d’il y a 15–20 ans, c’est ubuesque de voir ça. » Guy Bedos, présent égale­ment sur le plateau, a quant à lui déclaré : « Je l’ai con­nu à une époque, il est même venu chez moi. Je crois même que je l’ai nour­ri à un moment et puis ça s’est arrêté. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai moins envie de le voir ces temps-ci. » Et l’ex-humoriste de traiter Robert Ménard de « petit con »

Face à tant d’a­gres­sions gra­tu­ites et faciles, Robert Ménard, fidèle à ses principes, a déclaré sur Twit­ter qu’il ne souhaitait pas atta­quer qui que ce soit en jus­tice après cet épisode, rap­pelant son « com­bat incon­di­tion­nel pour la lib­erté d’ex­pres­sion ». Recon­nais­sons du reste qu’être com­paré à Hitler est devenu telle­ment banal que la méth­ode a per­du l’essentiel de sa force…

Crédit pho­to : DR