Accueil | Actualités | Médias | Radio France, des économies et du numérique
Pub­lié le 9 juin 2019 | Éti­quettes : ,

Radio France, des économies et du numérique

Nommée depuis un an à la tête de Radio France, Sibyle Veil, de la même promotion de l’ENA qu’Emmanuel Macron et réputée proche du président, doit à la fois réaliser les économies demandées par les autorités (60M€ sur trois ans) et développer le digital.

Moins de monde et mieux de monde

Radio France, par la voix de sa présidente envisage de supprimer 220 postes sur trois ans avec l’embauche de profils plus ciblés sur le digital. Ces mouvements seraient accompagnés d’ une négociation avec les organisations représentatives des salariés pour diminuer certains jours de congés, pour les journalistes comme pour les autres catégories. En même temps 20 millions seraient débloqués pour le numérique.

Les syndicats vent debout

Dans une institution très protégée et où les avantages salariaux et sociaux sont considérables, les syndicats ont été prévenus : sans accord, ce ne sera pas 220 emplois qui devront être supprimés mais près de 400. La direction veut faire vite, en discutant d’un accord (et en l’obtenant) courant juin 2019. D’autant que se profile à l’horizon 2020 une fusion entre Radio France et France Télévisions et/ou leur mise sous tutelle dans une holding de tête. Avancer sur la difficile problématique des économies budgétaires permettrait à Sibyle Veil de conforter sa position dans la nouvelle organisation des médias publics.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This