Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Marion Maréchal enflamme les salles de rédaction

4 juillet 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Marion Maréchal enflamme les salles de rédaction

Quand Marion Maréchal enflamme les salles de rédaction

En France, le parti des médias politiquement corrects panique vite. Il suffit même parfois d’un dîner en ville ou d’une invitation à une table ronde du MEDEF pour qu’une épidémie d’accidents cardiovasculaires menace les salles de rédaction. C’est ce qui arrivé fin juin 2019.

Que les médias français soient peu indépen­dants, tant économique­ment qu’idéologiquement, la preuve n’est plus à pro­duire. C’est un fait dont par­lent nom­bre de jour­naux étrangers, ain­si le lon­donien The Spec­ta­tor dans son édi­tion du 27 mai 2019, au sujet des élec­tions Européennes :

« La flagorner­ie et la lâcheté de nom­breux médias français et des pro­pres cour­tisans de Macron sont bien con­nues, mais les con­tor­sions aux­quelles ils se sont livrés pour défendre le prési­dent sont vrai­ment excep­tion­nelles (…) Cette volon­té [de BFM] d’ignorer la défaite du prési­dent s’est rapi­de­ment propagée à d’autres médias parisiens proches de l’élite (…) Tout cela est ridicule. Le prési­dent a per­du les élec­tions (…) C’est seule­ment dans les médias français que sa défaite sur tous les fronts est passée inaperçue ».

Nor­mal, d’une cer­taine manière : ces médias sont entre les mains de peu de groupes ayant des intérêts com­muns à défendre, intérêts qui rejoignent l’idéologie au pou­voir dans les bureaux des prin­ci­paux médias : gloire à « la société ouverte » en tous les domaines, mais surtout entre potes. Tout cela peut par­fois attein­dre le ridicule.

Tu ne t’approcheras pas d’autrui !

Ce fut le cas au sujet d’un dîn­er en ville auquel par­tic­i­pait Mar­i­on Maréchal mar­di 25 juin 2019 et à pro­pos d’une invi­ta­tion, adressée à la jeune femme, à par­ticiper à une table ronde con­sacrée au pop­ulisme lors de la prochaine uni­ver­sité d’été du MEDEF, crime de lèse poli­tique­ment cor­rect révélé comme une bombe médi­a­tique le jeu­di 27 jan­vi­er. Il n’y a évidem­ment en tout cela pas de quoi fou­et­ter un chat, cha­cun devrait con­venir, à l’image de l’écrivain et philosophe Raphaël Enthoven, peu sus­pect de sym­pa­thie à l’égard des opin­ions poli­tiques et socié­tales de Mar­i­on Maréchal, qu’il a juste­ment l’intelligence de con­sid­ér­er pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des opin­ions par­faite­ment audi­bles dans le pays dit des droits de l’homme et du citoyen. L’ancien ani­ma­teur quo­ti­di­en des « Chemins de la philoso­phie » sur France Cul­ture con­tribue main­tenant au Point, mag­a­zine dans lequel il ne prend pas la défense des idées de Mar­i­on Maréchal mais en appelle à la plus élé­men­taire des raisons : que l’expression poli­tique soit libre dans une démoc­ra­tie.

Il écrit, au sujet de l’invitation, finale­ment annulée en rase cam­pagne par le MEDEF dès le 28 juin :

C’est « une opéra­tion qui sera portée au crédit de Mar­i­on Maréchal. Le RN prospère sur le sen­ti­ment que les « nan­tis », les « élites », les « puis­sants » s’entendent et se coalisent aux dépens des dému­nis dont les représen­tants du RN seraient, eux, les ambas­sadeurs. Aucune palin­odie ne donne davan­tage ce sen­ti­ment que ce que vient de faire le patron du Medef. (…) On accrédite et on ancre dans les con­sciences le sen­ti­ment que le RN dérange, que son analyse est per­ti­nente et que ceux qui ne veu­lent pas l’entendre ont peur de ce qu’il a à dire » (…) « les nos­tal­giques du front répub­li­cain sont sur un récif et regar­dent pass­er le courant. Cette stratégie moral­isatrice a fait la preuve de son inef­fi­cac­ité. » (…) « refuser d’entendre la parole de celles qui captent l’audience des mécon­tents, c’est aug­menter leur audi­ence ».

Il a rai­son, Raphaël, cette affaire mon­tre bel et bien la réal­ité de la col­lu­sion des élites auto­proclamées. Bien sûr, Enthoven se pose en opposant des con­cep­tions de Mar­i­on Maréchal, et c’est bien son droit, ce même droit que refusent les rédac­tions parisi­ennes à qui ne pense pas comme elles.

Tu ne dîneras pas en ville !

Le mar­di 25 juin 2019, Mar­i­on Maréchal dînait donc avec une quin­zaine d’élus LR, à l’instigation de Jacques de Guille­bon, rédac­teur en chef de L’Incorrect, et d’Erik Teg­n­er, jeune LR, prési­dent de Racines d’avenir. De quoi s’agit-il ?

  • « Faut-il dîn­er avec le dia­ble ? », France Cul­ture
  • « Pays de la Loire : la prési­dente de région va con­vo­quer Sébastien Pilard après sa ren­con­tre avec Mar­i­on Maréchal », France bleu.
  • « Un dîn­er autour de Mar­i­on Maréchal sème la zizanie chez LR », TV5Monde
  • « Quand Le Figaro racon­te le dîn­er de Mar­i­on Maréchal avec des sec­onds couteaux de la droite », Libéra­tion
  • « Le pre­mier faux pas de Roux de Bézieux » Le Monde
  • « Medef, l’invitée de trop ? », Lau­ra Berny, L’Opinion
  • « Gérard Larcher met en garde les LR ayant dîné avec Mar­i­on Maréchal », Paris Match

Cette dernière inter­ven­tion mérite d’être remar­quée : Gérard Larcher est le prési­dent du Sénat, l’homme qui rem­plac­erait le prési­dent de la république si ce dernier était empêché. Dans sa déc­la­ra­tion, il men­ace les con­vives d’exclusion. Que de tels per­son­nages poli­tiques soient à ce point éloignés des valeurs qu’ils sont cen­sés défendre, du fait de leur fonc­tion, en dit long.

Toute aus­si angois­sée est la réac­tion de LREM et des médias qui lui sont proches une fois con­nue l’invitation de Mar­i­on Maréchal, pour une table ronde con­sacrée au pop­ulisme. Pour les min­istres et députés LREM (Elis­a­beth Borne, François de Rugy, Roland Les­cure), ample­ment relayés par les médias, cette invi­ta­tion n’est pas admis­si­ble et l’annuler serait la « meilleure déci­sion » (François de Rugy sur Fran­ce­in­fo).

Ce sont donc les élus LREM, les min­istres du gou­verne­ment et quelques médias qui déci­dent de qui peut ou non être invité par un syn­di­cat indépen­dant. Con­trôler les dîn­ers en ville et les invi­ta­tions, cela ressem­ble à ce dont les démoc­ra­ties dites « illibérales » sont accusées (à tort) chaque jour par les grands médias. Cherchez l’erreur.

Crédit pho­to : Gage Skid­more via Flickr (cc)

Voir aussi

Mar­i­on Maréchal sur Le Monde par Lucie Souli­er, procès d’intention

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.