Accueil | Actualités | Médias | Quand Christophe Jakubyszyn lit des mensonges sur prompteur…
Pub­lié le 9 janvier 2015 | Éti­quettes : ,

Quand Christophe Jakubyszyn lit des mensonges sur prompteur…

Le chroniqueur politique vedette de TF1 s'est offert le luxe de contredire, sur le plateau du 20 heures hier soir, la teneur du reportage qui suivait immédiatement son intervention, en prétendant que Marine Le Pen avait refusé de participer à la manifestation d'Union nationale du dimanche 11 janvier.

Pour quiconque a entendu le porte-parole du parti socialiste affirmer que le FN n'avait pas sa place au sein d'un tel rassemblement, pour quiconque a vu M. Philippot protester contre cet ostracisme, la question se pose : quelle mouche a piqué Christophe Jakubyszyn pour qu'il profère un mensonge au milieu de trois reportages qui attestaient exactement le contraire de ce qu' il avançait ?

On pourrait prétendre que ses paroles ont dépassé son intention mais ce n'est pas le cas puisqu'il lisait un prompteur. En vérité deux interprétations se disputent, à ce sujet, l'imagination de l'observateur perspicace : soit ce journaliste travaille en électron libre du commentaire et se prend pour une telle autorité dans la profession qu'il n'a pas pris soin de consulter le pilote du journal avant de s'asseoir sur le plateau. Soit il avait expressément pour mission de flouter la vérité au bénéfice d'une thèse commode c'est-à-dire qui avait la faveur des socialistes (l'UMP, elle, a protesté contre l'ostracisme anti FN).

Dans les deux cas le chroniqueur vedette de TF1 a perdu un peu du crédit qu'il prétendait ôter à ses adversaires. Le téléspectateur pourrait bien s’en souvenir.

Crédit photo : capture d’écran vidéo BFMTV via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux