Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Christophe Jakubyszyn lit des mensonges sur prompteur…

9 janvier 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Quand Christophe Jakubyszyn lit des mensonges sur prompteur…

Quand Christophe Jakubyszyn lit des mensonges sur prompteur…

Le chroniqueur politique vedette de TF1 s’est offert le luxe de contredire, sur le plateau du 20 heures hier soir, la teneur du reportage qui suivait immédiatement son intervention, en prétendant que Marine Le Pen avait refusé de participer à la manifestation d’Union nationale du dimanche 11 janvier.

Pour quiconque a enten­du le porte-parole du par­ti social­iste affirmer que le FN n’avait pas sa place au sein d’un tel rassem­ble­ment, pour quiconque a vu M. Philip­pot pro­test­er con­tre cet ostracisme, la ques­tion se pose : quelle mouche a piqué Christophe Jakubyszyn pour qu’il profère un men­songe au milieu de trois reportages qui attes­taient exacte­ment le con­traire de ce qu’ il avançait ?

On pour­rait pré­ten­dre que ses paroles ont dépassé son inten­tion mais ce n’est pas le cas puisqu’il lisait un promp­teur. En vérité deux inter­pré­ta­tions se dis­putent, à ce sujet, l’imag­i­na­tion de l’ob­ser­va­teur per­spi­cace : soit ce jour­nal­iste tra­vaille en élec­tron libre du com­men­taire et se prend pour une telle autorité dans la pro­fes­sion qu’il n’a pas pris soin de con­sul­ter le pilote du jour­nal avant de s’asseoir sur le plateau. Soit il avait expressé­ment pour mis­sion de flouter la vérité au béné­fice d’une thèse com­mode c’est-à-dire qui avait la faveur des social­istes (l’UMP, elle, a protesté con­tre l’os­tracisme anti FN).

Dans les deux cas le chroniqueur vedette de TF1 a per­du un peu du crédit qu’il pré­tendait ôter à ses adver­saires. Le téléspec­ta­teur pour­rait bien s’en sou­venir.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo BFMTV via Youtube

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.