Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présidentielle : les réseaux sociaux sont-ils en train de détrôner les médias ?

20 janvier 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Présidentielle : les réseaux sociaux sont-ils en train de détrôner les médias ?

Présidentielle : les réseaux sociaux sont-ils en train de détrôner les médias ?

Auteur du livre La Langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement (éd de l’Artilleur/Toucan, 2016), Ingrid Riocreux, que l’Ojim a été l’un des premiers médias à interroger sur son livre passionnant, donnait récemment un entretien au Figaro/Vox.

Dans celui-ci, l’a­grégée de Let­tres mod­ernes analy­sait le lan­gage des prin­ci­paux can­di­dats à la prési­den­tielle et leurs rap­ports aux médias. Mais avant tout, au regard des ini­tia­tives de Jean-Luc Mélen­chon et Flo­ri­an Philip­pot, qui ont tous deux créé leur chaîne Youtube, un con­stat s’im­pose selon elle : inter­net, les réseaux soci­aux et les médias alter­nat­ifs ont pris une place impor­tante dans le grand con­cert de l’in­for­ma­tion.

Ain­si désor­mais, « la hiérar­chie de l’in­for­ma­tion échappe en grande par­tie aux médias offi­ciels », explique-t-elle. En témoignent les récentes agres­sions de Cologne, com­mise par des clan­des­tins, et que les médias offi­ciels ont, dans un pre­mier temps, ten­té d’étouffer. Or aujour­d’hui, « toute ten­ta­tive d’é­touf­fer des faits avérés est con­tre-pro­duc­tive. Les faits en ques­tion finis­sent par être con­nus parce que les réseaux soci­aux propa­gent les images et les témoignages ».

En par­al­lèle, « les médias alter­nat­ifs gag­nent en crédi­bil­ité: ils appa­rais­sent comme ceux qui dis­ent ce que les autres nous cachent », note Ingrid Riocre­ux. Pour con­tr­er cette men­ace, les médias tra­di­tion­nels ont donc choisi, de plus en plus, de nous met­tre con­stam­ment en garde con­tre inter­net et les réseaux soci­aux. Certes, cet appel à la pru­dence peut paraître légitime, mais pour l’es­say­iste, « ces mêmes médias ne sem­blent pas se l’ap­pli­quer à eux-mêmes », et com­met­tent sou­vent des bour­des. La faute à la volon­té d’être le pre­mier à sor­tir une infor­ma­tion, et donc à ne pas vrai­ment la véri­fi­er, entre autres…

Con­cer­nant le monde poli­tique, force est de con­stater que la majorité du per­son­nel poli­tique « se soumet au mag­istère moral des médias et accepte ce sys­tème dans lequel il faut utilis­er cer­tains mots et pas d’autres ». Et quand bien même beau­coup dénon­cent ce mag­istère et se pré­ten­dent « hors sys­tème », ils ne le sont pas totale­ment. Car on ne peut tout sim­ple­ment pas l’être, « cela reviendrait à ne pas exis­ter du tout », nous dit Ingrid Riocre­ux. Et d’a­jouter : « Si on laisse de côté ceux qui se pré­ten­dent hors sys­tème sans l’être en rien, les can­di­dats “hors sys­tème” sont, en réal­ité, ceux qui arrivent à utilis­er le sys­tème con­tre lui-même. »

Don­ald Trump en est un par­fait exem­ple, lui qui a volon­taire­ment accu­mulé les « bour­des » pour voir les médias se jeter dessus, et donc par­ler de lui. Autre solu­tion : les con­tourn­er. Soit com­plète­ment, comme tend à le faire Jean-Luc Mélen­chon, soit par­tielle­ment, comme s’y essaie Flo­ri­an Philip­pot, assez mal­adroite­ment par ailleurs.

Il n’en reste pas moins que cette cam­pagne prési­den­tielle à venir bra­que­ra une bonne par­tie des pro­jecteurs sur le web, étant désor­mais pos­si­ble que le gros de la bataille s’y déroule. Et sur inter­net, tous les coups (ou presque) sont per­mis.

Notre entretien avec Ingrid Riocreux

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.