Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet
Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet

10 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet

Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet

Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet

Dans un article hallucinant publié sur le site de L’Express, la journaliste Christine Kerdellant s’est attiré les foudres des internautes… Il faut reconnaître qu’elle l’a bien cherché !

Pour la direc­trice de L’Ex­pan­sion et adjointe de Christophe Bar­bi­er à L’Ex­press, « les dji­hadistes de l’État islamique n’ex­is­teraient pas sans Inter­net ». « C’est le réseau infor­ma­tique mon­di­al qui leur a don­né une telle force, c’est la maîtrise d’In­ter­net qui a fait d’eux une telle men­ace », ajoute-t-elle sans trem­bler du menton.

Pour appuy­er son affir­ma­tion, la jour­nal­iste avance que « les dji­hadistes utilisent aus­si le bit­coin, la mon­naie virtuelle, pour régler une par­tie de leurs dépens­es. Et ils ont recours au crowd­fund­ing, l’ap­pel de fonds sur Inter­net, pour financer cer­taines de leurs activ­ités ». Ce qui en fait, à ses yeux, une rai­son suff­isante pour lier étroite­ment l’ex­pan­sion de l’or­gan­i­sa­tion ter­ror­iste avec la toile.

Les réac­tions n’ont pas man­qué sur les réseaux soci­aux, les inter­nautes jugeant ce point de vue totale­ment grotesque et tiré par les cheveux. Mal­gré tout, comme cela se voit sou­vent dans la presse, plutôt que de rec­ti­fi­er sa pen­sée voire de faire son mea cul­pa, L’Ex­press a préféré s’en­fon­cer dans l’er­reur… en aggra­vant son cas.

Volant au sec­ours de sa con­sœur, le jour­nal­iste Éric Met­tout, s’en est pris directe­ment, dans un édi­to­r­i­al, à ce « repaire de légions » qu’est l’in­ter­net. Ce dernier y dénonce les « men­songes et manip­u­la­tions » proférés par ces hordes de « cli­matoscep­tiques, sec­taires, con­spir­a­tionnistes, dieudon­nistes, religieuses, auto­mo­bilistes (sic), anti­sémites, ultra-sion­istes, islamistes, islam­o­phobes, homo­phobes, veg­gies ou poli­tique­ment extrémistes, de gauche mais surtout de droite ». Ces légions hon­nies sont recon­naiss­ables à leur capac­ité à « lever leurs troupes virtuelles en un clin d’œil au moin­dre papi­er cri­tique ou con­traire à leur prêt à penser, et à les faire con­verg­er en essaim obéis­sant vers la cible désignée ».

Et ce dernier d’es­timer que sa col­lègue n’a fait que con­stater qu’avec inter­net, les ter­ror­istes ont sim­ple­ment pu se ren­forcer d’a­van­tage. Or ce n’est pas du tout le pro­pos tenu par Chris­tine Kerdel­lant, qui a affir­mé caté­gorique­ment à deux repris­es que les jihadistes « n’ex­is­teraient pas sans inter­net ». Le prob­lème ne se trou­verait donc pas dans le Coran mais sur la toile, vecteur de tous les extrémismes… Aus­si, le prin­ci­pal dan­ger ne serait pas les atten­tats et les opéra­tions mil­i­taires de l’É­tat islamique, mais le « cybert­er­ror­isme »… On rêve.

Préférant alli­er l’aveu­gle­ment à la bêtise, Éric Met­tout, ancien de SOS Racisme, ajoute même que « les légions de l’Internet libre se ser­vent des mêmes armes que leurs homo­logues moins recom­mand­ables et ont les mêmes tra­vers ». Un pro­pos qui fait écho à celui de Renaud Dély, qui avait estimé l’an­née dernière sur France Inter que Daech votait Front National…

Une pra­tique courante de dén­i­gre­ment, saupoudrée de dia­boli­sa­tion, d’au­tant plus mal­v­enue qu’elle s’ac­com­pa­gne d’un entête­ment grotesque envers et con­tre tous. Comme le rap­pelle le site Reflets, pour ces dinosaures de la presse écrite, heureuse­ment en voie de dis­pari­tion, le « web » ne représente au mieux qu’un « super­marché » où il con­vient d’aller repêch­er ses lecteurs en fuite, au pire qu’un repère de nazil­lons déchaînés prêts à se jeter sur les ten­ants de la pen­sée juste à la moin­dre occa­sion. Pathétique.

Voir notre portrait d’Éric Mettout

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).