Accueil | Actualités | Médias | Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet
Pub­lié le 10 mars 2016 | Éti­quettes : , , ,

Pour L’Express, le terrorisme n’existerait pas sans internet

Dans un article hallucinant publié sur le site de L'Express, la journaliste Christine Kerdellant s'est attiré les foudres des internautes... Il faut reconnaître qu’elle l’a bien cherché !

Pour la directrice de L'Expansion et adjointe de Christophe Barbier à L'Express, « les djihadistes de l’État islamique n'existeraient pas sans Internet ». « C'est le réseau informatique mondial qui leur a donné une telle force, c'est la maîtrise d'Internet qui a fait d'eux une telle menace », ajoute-t-elle sans trembler du menton.

Pour appuyer son affirmation, la journaliste avance que « les djihadistes utilisent aussi le bitcoin, la monnaie virtuelle, pour régler une partie de leurs dépenses. Et ils ont recours au crowdfunding, l'appel de fonds sur Internet, pour financer certaines de leurs activités ». Ce qui en fait, à ses yeux, une raison suffisante pour lier étroitement l'expansion de l'organisation terroriste avec la toile.

Les réactions n'ont pas manqué sur les réseaux sociaux, les internautes jugeant ce point de vue totalement grotesque et tiré par les cheveux. Malgré tout, comme cela se voit souvent dans la presse, plutôt que de rectifier sa pensée voire de faire son mea culpa, L'Express a préféré s'enfoncer dans l'erreur... en aggravant son cas.

Volant au secours de sa consœur, le journaliste Éric Mettout, s'en est pris directement, dans un éditorial, à ce « repaire de légions » qu'est l'internet. Ce dernier y dénonce les « mensonges et manipulations » proférés par ces hordes de « climatosceptiques, sectaires, conspirationnistes, dieudonnistes, religieuses, automobilistes (sic), antisémites, ultra-sionistes, islamistes, islamophobes, homophobes, veggies ou politiquement extrémistes, de gauche mais surtout de droite ». Ces légions honnies sont reconnaissables à leur capacité à « lever leurs troupes virtuelles en un clin d’œil au moindre papier critique ou contraire à leur prêt à penser, et à les faire converger en essaim obéissant vers la cible désignée ».

Et ce dernier d'estimer que sa collègue n'a fait que constater qu'avec internet, les terroristes ont simplement pu se renforcer d'avantage. Or ce n'est pas du tout le propos tenu par Christine Kerdellant, qui a affirmé catégoriquement à deux reprises que les jihadistes « n'existeraient pas sans internet ». Le problème ne se trouverait donc pas dans le Coran mais sur la toile, vecteur de tous les extrémismes… Aussi, le principal danger ne serait pas les attentats et les opérations militaires de l'État islamique, mais le « cyberterrorisme »... On rêve.

Préférant allier l'aveuglement à la bêtise, Éric Mettout, ancien de SOS Racisme, ajoute même que « les légions de l’Internet libre se servent des mêmes armes que leurs homologues moins recommandables et ont les mêmes travers ». Un propos qui fait écho à celui de Renaud Dély, qui avait estimé l'année dernière sur France Inter que Daech votait Front National...

Une pratique courante de dénigrement, saupoudrée de diabolisation, d'autant plus malvenue qu'elle s'accompagne d'un entêtement grotesque envers et contre tous. Comme le rappelle le site Reflets, pour ces dinosaures de la presse écrite, heureusement en voie de disparition, le « web » ne représente au mieux qu'un « supermarché » où il convient d'aller repêcher ses lecteurs en fuite, au pire qu'un repère de nazillons déchaînés prêts à se jeter sur les tenants de la pensée juste à la moindre occasion. Pathétique.

Voir notre portrait d'Éric Mettout

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This