Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Philippe Randa

7 octobre 2018

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Portraits | Philippe Randa

Philippe Randa

Inclassable polyvalent de la liberté d’expression

Auteur prolifique de plus d’une centaine de livres (romans, essais, livres historiques, etc.), Philippe Randa a très tôt quitté le monde du militantisme pour privilégier l’engagement métapolitique à travers le journalisme, l’édition, la radio et la télévision. Il est le fils du célèbre auteur de romans populaires, pilier du Fleuve noir, Peter Randa.

Philippe-André Duquesne, alias Philippe Ran­da, est né à Mon­tar­gis, le 23 décem­bre 1960, de l’union d’André Duquesne, plus con­nu sous son pseu­do­nyme de Peter Ran­da (né le 4 mars 1911 à Marcinelle près de Charleroi, dans le Hain­aut belge, en Wal­lonie) et de de Colette Albert, né le 7 jan­vi­er 1930 à Paris 7e (auteur elle-même du livre Ces plantes qui nous soignent selon les tra­di­tions pop­u­laires).

Au décès acci­den­tel de son père, le 10 décem­bre 1979, Philippe Ran­da se retrou­ve sou­tien de famille et décide de pren­dre la relève lit­téraire de celui-là, sous divers pseu­do­nymes (Paul Vence, Alexan­dre Scor­cia et Urbain Sar­rel, notam­ment). Il pub­liera son pre­mier roman de sci­ence-fic­tion à 19 ans (Les Fusils d’Ékaïs­tos, paru en 1980 au Fleuve noir).

Formation

Bache­li­er sec­tion lit­téraire, auto­di­dacte, Philippe Ran­da est ancien audi­teur de l’In­sti­tut des Hautes Etudes de Défense Nationale et intè­gre, en 2014, l’In­sti­tut de géopoli­tique des pop­u­la­tions fondé par Yves-Marie Laulan, Pierre Mess­mer et Jacques Dupaquier.

Parcours professionnel

Philippe Ran­da a d’abord été romanci­er (1980–1992) et jour­nal­iste-pigiste aux col­lab­o­ra­tions régulières ou ponctuelles dans des médias aus­si dif­férents que Femmes d’aujourd’hui, Maxi, GI Mag­a­zine, Nos­tra, Le Cour­ri­er picard, Bre­tons d’ailleurs, Raid, La Gazette des armes, Hommes de guerre, L’Autre his­toire… avant de bifur­quer totale­ment vers la presse poli­tique dans les colonnes de Minute et de Nation­al Heb­do (dont il assura la direc­tion de la rédac­tion des « Dossiers ») jusqu’au début des années 90…

S’il appa­raît ensuite comme directeur lit­téraire (édi­tions Didro), dirigeant les revues Vis­ages de l’Histoire, Le Jour­nal de l’insolite et Boule­vard du crime, il est prin­ci­pale­ment édi­teur et chroniqueur poli­tique sur inter­net à par­tir de 1995…

Après l’échec de son men­su­el satirique Pas d’Panique à bord (Philippe Ran­da créera aus­si la let­tre bimen­su­elle d’informations Secrets et sociétés et le men­su­el Le Flam­beau lit­téraire), ce touche-à-tout du monde des Let­tres fonde les édi­tions de L’Æncre en 1995, ouvrant une librairie au même nom rue de la Sour­dière (Paris 1er) qu’il cèdera en 1997 à un autre pro­prié­taire, tout en y restant salarié quelques mois (seule péri­ode de salari­at de sa vie) ; il fondera alors la revue Dual­pha, d’abord édi­tion papi­er, puis sur inter­net au début des années 2000, devenant ain­si un des pre­miers sites inter­net de ce qui allait bien­tôt être appelé la « Réin­fos­phère » ; elle cessera sa paru­tion lorsque Roland Hélie fondera la revue (et le site) Syn­thèse nationale dont Philippe Ran­da devien­dra un col­lab­o­ra­teur régulier.

Vingt ans après, il dirige tou­jours les édi­tions Dual­pha, de même que les Édi­tions Déter­na (créées en 1998) et à nou­veau les édi­tions de L’Æncre après en avoir repris l’enseigne en 2006. La même année il crée la librairie Pri­mat­ice de Paris, puis à Liège en 2007 qui toutes deux ont cessé leurs activ­ités depuis.

Dual­pha pub­lie prin­ci­pale­ment des livres sur l’histoire, le ciné­ma, l’ésotérisme, alors que L’Æncre est spé­cial­isé dans les livres religieux et poli­tiques et Déter­na con­sacré prin­ci­pale­ment aux réédi­tions de livres aux sujets ou aux auteurs jugés en général sul­fureux, et présen­tés dans la col­lec­tion « Doc­u­ments pour l’Histoire », sans volon­té d’apologie. Cela explique sans doute que Philippe Ran­da n’a jamais été inquiété par des asso­ci­a­tions antiracistes ou con­fes­sion­nelles qu’il ne ménage pour­tant guère dans ses pro­pres écrits. Ces édi­tions pub­lient une moyenne annuelle d’une soix­an­taine d’ouvrages.

En 1998, il a créé le cat­a­logue men­su­el de vente par cor­re­spon­dance, « Fran­cephi dif­fu­sion », devenant rapi­de­ment incon­tourn­able dans la vente par cor­re­spon­dance de livres non-con­formistes. Un site inter­net existe depuis jan­vi­er 2012 (www.francephi.com).

En tant que rédac­teur en chef adjoint, il par­ticipera à l’aventure du jour­nal « alter­mon­di­al­iste » Flash, fondé en octo­bre 2008 et dirigée par Jean-Émile Néaumet, directeur de pub­li­ca­tion sous son vrai nom, et rédac­teur en chef sous son pseu­do­nyme de Nico­las Gau­thi­er. Con­traire­ment à ce qui est indiqué sur Wikipedia, Flash n’a pas été « déclaré en fail­lite » (ce qui aurait sup­posé une déci­sion judi­ci­aire préal­able), mais a sim­ple­ment déposé le bilan en sep­tem­bre 2011.

Après avoir col­laboré régulière­ment, par­fois quo­ti­di­en­nement (en 2013 et 2014) au site de réin­for­ma­tion Boule­vard Voltaire fondé par Robert Ménard (2012), Philippe Ran­da pub­lie, depuis 2014, des bil­lets (« Le coup d’œil de Philippe Ran­da ») dans le quo­ti­di­en Présent et devient socié­taire, la même année, de l’émission Bistrot Lib­ertés ani­mée par Mar­tial Bild et dif­fusée sur Inter­net par le groupe TV Lib­ertés.

En mars 2016, il prend la direc­tion du site de réin­for­ma­tion européenne Eurolib­ertés (dépen­dant du groupe Lib­ertés), entouré d’une équipe de col­lab­o­ra­teurs réguliers (Nico­las Bon­nal, Nico­las Gau­thi­er, Thier­ry Bouzard, Bernard Plou­vi­er, Lionel Baland, Aris­tide Leu­cate, Richard Dessens, etc.) et co-ani­me avec Roland Hélie, depuis sep­tem­bre 2016, l’émission radio­phonique heb­do­madaire, Syn­thèse assisté de deux chroniqueurs, Pierre de Laubier et Aris­tide Leu­cate (Boule­vard Voltaire).

Parcours militant

À dix-sept ans, il adhère au Par­ti des Forces Nou­velles ; s’il cesse dès 1980 défini­tive­ment tout engage­ment poli­tique, il n’en con­serve pas moins des ami­tiés qui le rap­procheront en 1986 du Front Nation­al où il sera proche du secré­taire général d’alors Jean-Pierre Stir­bois, du directeur de Nation­al Heb­do Roland Gauch­er (avec lequel il co-sign­era deux livres : Les  « Anti­sémites » de gauche, Rescapés de l’épuration : Mar­cel Déat et Georges Alber­ti­ni) et du co-fon­da­teur de Radio Cour­toisie Serge de Beketch… On peut ajouter les noms de Jean Bour­dier (ancien co-directeur de Minute), et de Fran­cis Berg­eron (pili­er du quo­ti­di­en Présent qui fera appel à lui en 2004 lorsqu’une nou­velle équipe se met­tra en place à la tête ce titre).

Il appa­raî­tra, furtive­ment, en 1989 sur une liste du Front Nation­al pour les élec­tions munic­i­pales en Seine-Saint-Denis, « mais il s’agissait alors, très sim­ple­ment, de par­er à une pénurie de can­di­dats », selon ses propos.

Il fait par­tie, dès 1980, de la mou­vance du GRECE (Groupe­ment de Recherch­es pour la Civil­i­sa­tion Européenne) où il noue des ami­tiés durables avec plusieurs de ses fon­da­teurs et ani­ma­teurs (Jean Mabire, Alain de Benoist, Michel Marmin, Pierre Vial, etc.), devenus, tout naturelle­ment, auteurs de ses éditions…

Il a régulière­ment par­ticipé comme auteur ou con­férenci­er aux réu­nions de la mou­vance nation­al­iste ou iden­ti­taire, notam­ment aux Journées de la revue Syn­thèse nationale (dirigée par Roland Hélie) ou à celles de l’association Terre & Peu­ple (dirigée par Pierre Vial).

En 2002, il est invité par le Maire Jacques Bom­pard (dont il a pub­lié le livre Les chemins de la vic­toire) à tenir une con­férence à Orange sur la lit­téra­ture pop­u­laire. La même année, il a col­laboré au cahi­er de Chiré n°17 (50e anniver­saire de la mort de Charles Mau­r­ras) pub­lié par la mai­son d’édition catholique (tra­di­tion­al­iste) du même nom.

Bien que col­lab­o­ra­teur du quo­ti­di­en catholique Présent, Philippe Ran­da est notoire­ment con­nu pour être de « philoso­phie païenne », pro-européen et affich­er une grande tolérance sur la sex­u­al­ité (son livre sur La Maf­fia rose con­sacré à l’homosexualité n’est aucune­ment homo­phobe ; la pré­face est de l’écrivain homo­sex­uel Pierre Gri­pari) ; par ailleurs, pub­liant nom­bre de livres  – favor­ables ou pas – sur la Franc-Maçon­ner­ie, il a lui-même pré­facé une nou­velle édi­tion du Livre des Con­sti­tu­tions maçon­niques, con­sid­éré par les Francs-Maçons du monde entier comme le texte fon­da­teur de la Franc-Maçon­ner­ie mod­erne. La mai­son d’éditions Chiré pré­cise, en se jus­ti­fi­ant de ne présen­ter qu’une par­tie de ses ouvrages : « les écrits de cet auteur, ou les livres qu’il édite, sont pour une part loin de ce que nous con­seil­lons sur ce site, c’est pour cela qu’ils ne sont pas tous présen­tés ».

Il a égale­ment été l’éditeur de plusieurs livres de l’acteur et auteur Dominique Zar­di, défenseur de la mil­ice d’auto-défense juive des com­merçants de la rue des Rosiers, après l’attentat sanglant con­tre le restau­rant Gold­en­berg en 1982 (livre pré­facé par l’ancienne min­istre Simone Veil).

Publications

La bib­li­ogra­phie de Philippe Ran­da s’étale sur près de 36 ans, tous gen­res con­fon­dus et compte env­i­ron 112 livres dif­férents. On en trou­vera la liste exhaus­tive sur le site Fran­cephi, rubrique « Livres de Philippe Randa ».

Notons seule­ment que beau­coup de ses livres ont fait l’objet de plusieurs réédi­tions chez des édi­teurs dif­férents. En 2017, sa biogra­phie con­sacrée à Eugène Wei­d­mann « le dernier con­damné guil­lot­iné en place publique » est reparue (4e édi­tion) chez French Pulp Éditions.

On men­tion­nera, néan­moins, par­mi les œuvres les plus remarquées :
Poitiers demain, roman, 3e édi­tion, 2012
Trilo­gie noire en Picardie, roman, 2e édi­tion, 2012
Alaïs, la dame blanche de Montségur, roman, 4e édition,2012
Apoc­a­lypse yan­kee, roman, 4e édi­tion, 2013
Front de l’Est, le Rêve éclaté, roman, 4e édi­tion, 2013
Maf­fia rose. Des fan­tasmes dénon­cés à l’ex­as­péra­tion actuelle, (pré­face de Pierre Gri­pari), 4e édi­tion, 2013
Wei­d­mann — Le tueur aux yeux de velours, biogra­phie, 4e édi­tion, 2016

Ce qu’il gagne

Philippe Ran­da n’a jamais été tit­u­laire d’une carte de presse, ses revenus provenant tou­jours majori­taire­ment de ses droits d’auteurs, de piges dans la presse, puis de sa société Ekaistos – créée en 2004, mais qui a repris son activ­ité en nom pro­pre datant de 1997 – dont il est l’unique action­naire. Le cap­i­tal d’Ekaïstos est de 1 euro.

Il l’a dit

Je croy­ais naïve­ment qu’il suff­i­sait que l’on me con­naisse per­son­nelle­ment… ou qu’on lise ce que j’écris pour que l’on se fasse une idée de mes opin­ions… Mais non, sem­ble-t-il. Quoiqu’on fasse, quoiqu’on dise, la pré­somp­tion d’innocence, recon­nue dans la loi française pour le pire crim­inel ne s’applique pas en poli­tique. La France est bel et bien le pays des droits de l’homme… poli­tique­ment cor­rect !”, Pré­sumé coupable poli­tique – Chroniques bar­bares IV, Dual­pha, 2007, p.95

Je fail­lis adhér­er à nou­veau à un par­ti poli­tique, non pour son pro­gramme, mais pour son leader. Jean-Marie Le Pen ? Bruno Mégret ? Non, François Bay­rou dont les con­cep­tions européennes sont en adéqua­tion avec les miennes et dont la résis­tance, voire la guerre, qu’il mène à l’UMP, est sur­prenante. C’aurait été un coup de cœur, mais enfin, il y a aus­si le reste de son pro­gramme et il faut tout de même rester sérieux !”, Ibid.

J’ai effec­tive­ment édité des ouvrages écrits par des fig­ures du fas­cisme, des com­bat­tants du Front de l’Est (et j’ai même par­ticipé à la rédac­tion des sou­venirs de l’un d’eux), des livres d’anciens col­lab­o­ra­teurs… Et alors ? J’ai aus­si édité les sou­venirs des rescapés des camps de con­cen­tra­tion alle­mands, un ouvrage réha­bil­i­tant la mémoire d’Henry Fre­nay, fon­da­teur du réseau de résis­tance Com­bat ou encore des livres sur le judaïsme, mais ceux-là, on ne les prend pas en compte, allez savoir pourquoi…”, Ibid.

Je ne suis pas un « mil­i­tant », étant libre de tout engage­ment par­ti­san, mais je suis poli­tique­ment, his­torique­ment, cul­turelle­ment et défini­tive­ment je-ne-sais-quoi­ment incor­rect… Je préfèr­erais le terme « anti­con­formiste » qui serait plus juste, mais dans notre époque con­tem­po­raine de dia­boli­sa­tion hys­térique, je conçois que je peux appa­raître comme très incor­rect à beau­coup. Ce n’est évidem­ment pas fait pour me con­trari­er plus que cela”, Entre­tien à VoxNr, 30 sep­tem­bre 2009.

« Depuis longtemps déjà, les respon­s­ables de TVLib­ertés, comme moi-même, son­gions à la néces­sité et à l’urgence d’une réin­for­ma­tion européenne… Alors, au cours d’une de nos ren­con­tres – et elles sont fréquentes ! – l’évidence s’est imposée : si nous n’étions pas sat­is­faits de ce qui exis­tait, d’autres ne l’étaient sans doute pas non plus. La con­clu­sion s’imposait : s’y attel­er… et le plus vite pos­si­ble », Eurolib­ertés, 2016.

Sa nébuleuse

Jean Mabire – Alain de Benoist — Philippe Mil­li­au – Nico­las Gau­thi­er – Roland Hélie.

Tous les col­lab­o­ra­teurs d’Eurolib­ertés, la qua­si-total­ité d’entre eux ont déjà pub­lié aux édi­tions Dualpha.

Ils ont dit

« J’ai fini par réalis­er que le prin­ci­pal reproche qu’on fait à Philippe, c’est d’être ce qu’il est. Il est jeune, il est beau gosse, il est grand et baraqué, il est souri­ant, il est aimable, il est même car­ré­ment gen­til (ce que l’on ne par­donne pas). Il est plutôt plus intel­li­gent que la moyenne haute, il est tra­vailleur, il n’emmerde per­son­ne, il ne demande rien à per­son­ne, il ne dit jamais de mal de per­son­ne, il ne se plaint pas quand ça va mal et quand ça va bien, il ne se vante pas. (…) Ran­da, c’est un prime­sauti­er. Un peu trop, peut-être. Ça con­fère à cer­tains de ses papiers un petit côté saut du lit, mal peigné, ébou­rif­fé. Un ton, « Je vous dis ça en pas­sant, mais on ne va pas en faire des pen­d­ules » qui n’est pas dénué de charme, certes, mais qui donne aux vieux mani­aques dans mon genre, l’envie de pren­dre un cray­on et de redress­er une mèche par ci, de couper un épi par-là, de lui faire la raie bien droite et de met­tre un peu de gom­i­na pour que ça tienne ». Serge de Beketch, Pré­face à Pré­sumé coupable poli­tique – Chroniques bar­bares IV, Dual­pha, 2007

« Philippe Ran­da est un esprit libre. C’est devenu rare. Qu’est-ce qu’un esprit libre ? C’est un esprit inclass­able, qui n’est d’aucun camp, sauf du sien. Véri­ta­ble acte de résis­tance que celui-ci, dans un monde mod­erne qui nous force à ren­tr­er dans des cas­es, qui nous colle des éti­quettes, sou­vent infamantes (…) Il ne s’agit pas d’être d’accord avec lui, c’est pra­tique­ment impos­si­ble tant les posi­tions qu’il tient sont divers­es et sou­vent icon­o­clastes. », Jean Robin, Pré­face à La France d’en haut les urnes – Chroniques bar­bares V, Dual­pha, 2008

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.