Accueil | Portraits | Patrick Le Hyaric

Patrick Le Hyaric

Un terrien à la tête de l’Huma

Patrick Le Hyaric est né en février 1957 à Orléans, alors que ses parents sont employés agricoles dans la grande Beauce. Ce fils d’agriculteurs bretons du Morbihan commence dans les années 1980 une carrière de journaliste et d’apparatchik communiste au sein des instances du parti et des organes de presse qui en dépendent. Élu au comité central depuis 1990, directeur du journal L’Humanité, ex-organe officiel du parti, depuis 2000, il a été touché de plein fouet par le déclin du communisme français et de son ancrage social.

Perte du mail­lage ter­ri­to­r­i­al et social, autonomi­sa­tion des syn­di­cats qui en dépendaient – la CGT est aujourd’hui en de maints endroits plus proche de l’extrême-gauche révo­lu­tion­naire ou trot­skiste que du PCF – déclin du poids de ses thé­ma­tiques dans la société, dis­pari­tion du pro­jet idéologique que de mul­ti­ples engage­ments soci­aux et asso­ci­at­ifs n’ont pas réus­si à rem­plac­er, toutes ces évo­lu­tions ont été plus subies par les dirigeants du PCF qu’anticipées par eux. Homme poli­tique notable – il fait par­tie des per­son­nal­ités fortes du PCF – et notable poli­tique par­mi tant d’autres – il est député européen et directeur de jour­nal, donc aux antipodes de l’électeur moyen du PCF, voici le por­trait d’un homme qui gère la très longue ago­nie de L’Humanité, sans avoir réus­si à la guérir ou du moins à abréger ses souf­frances.

Aujourd’hui, tout comme en 2000 lorsqu’il a pris la direc­tion du jour­nal, L’Humanité est lour­de­ment défici­taire, plom­bée par une masse salar­i­ale pléthorique et une organ­i­sa­tion obsolète, et tou­jours très forte­ment dépen­dante du PCF, ce qui nuit à son objec­tiv­ité. Faute d’avoir envis­agé, voire provo­qué un avenir qu’il n’a jamais pu ou su com­pren­dre, il n’a pu que, de son pro­pre aveu en 2014 au micro de France Info « main­tenir en vie le jour­nal ». Il oublie de pré­cis­er qu’il le doit à la générosité des con­tribuables et à la com­plai­sance des gou­verne­ments de droite ou de gauche que L’Humanité incendie pour­tant à longueur de colonnes.

Formation

Né de par­ents agricul­teurs à Lig­nol (56), après avoir étudié au col­lège de Gué­mené-sur-Scorff, Patrick Le Hyaric est for­mé au méti­er de tech­ni­cien agri­cole dans un lycée agri­cole à Pon­tivy ; il aide ses par­ents à la ferme de 1977 à 1979, tout en étant maître d’internat au lycée de Carhaix (Fin­istère), puis à Pon­tivy (Mor­bi­han). Son frère fini­ra par repren­dre la ferme de ses par­ents alors qu’il embrasse la poli­tique. Ses racines sont ain­si au cœur de cette Bre­tagne intérieure libérée par les maquis com­mu­nistes, non sans divers­es bavures qui ont été passées sous silence pen­dant plus d’un demi-siè­cle, le PCF ayant pris de nom­breuses mairies à la Libéra­tion. La bour­gade de Lig­nol, où son père était déjà mil­i­tant au PC, rassem­blait en 1971, l’année où il s’est encar­té au Par­ti, pas moins de trois sec­tions.

Parcours professionnel

Après avoir suivi des cours par cor­re­spon­dance pour devenir jour­nal­iste spé­cial­isé dans les ques­tions agri­coles, Patrick Le Hyaric entre dans les années 1980 à la Terre, jour­nal com­mu­niste cen­tré sur des thé­ma­tiques agraires et des­tiné à l’électorat paysan et rur­al du PCF. Il en devient directeur adjoint puis général en 1989.

En 2000, il suc­cède à Pierre Zar­ka comme directeur général de L’Humanité. La déci­sion est prise au con­seil nation­al de l’automne 2000, où Michel Lau­rent rend un rap­port sur la sit­u­a­tion désas­treuse de L’Humanité, qui affiche un déficit de 30 mil­lions de francs. Patrick Le Hyaric com­mence par met­tre en œuvre le plan social pré­con­isé par le rap­port – il est annon­cé le 22 décem­bre 2000 et touche un tiers des postes, puis assure une recap­i­tal­i­sa­tion et l’ouverture, le 19 mai 2001, du cap­i­tal de L’Humanité aux grands cap­i­tal­istes de Bouygues et de Lagardère Hachette.

Mal­gré un large sou­tien éta­tique – L’Humanité est large­ment sous per­fu­sion des impôts, à rai­son de 6,8 mil­lions d’€ reçus entre 2009 et 2011, 6 mil­lions d’euros en 2014, encore trois mil­lions d’euros en 2015, le jour­nal reste défici­taire. Et ce, même si l’État lui a effacé en 2013 une dette de 4 mil­lions d’euros cor­re­spon­dant à un prêt accordé en 2002. Un cadeau qui ne serait sans doute pas fait à tous les jour­naux. L’apport des impôts et des souscrip­tions auprès des lecteurs – 1 mil­lion d’euros récupérés en 2010, deux en 2015, ne suf­fit tou­jours pas à bouch­er le trou : en 2015, selon Patrick Le Hyaric lui-même, le jour­nal a per­du 50 cen­times d’euros par numéro ! La faute à deux fac­teurs. Pre­mière­ment, un lec­torat qui dimin­ue – 37 000 exem­plaires dif­fusés seule­ment – et qui est âgé ; sur son site, Patrick Le Hyaric en fait l’aveu involon­taire en pub­liant de nom­breux mots accom­pa­g­nant des dons aux jour­naux, et qui éma­nent pour l’essentiel de retraités âgés voire très âgés. Ensuite, une masse salar­i­ale pléthorique : 175 per­son­nes début 2016 dont 82 jour­nal­istes, soit trois à qua­tre fois plus que le quo­ti­di­en libéral L’Opinion (35 000 exem­plaires en 2015, lui aus­si défici­taire, et ce jusqu’en 2017 au moins) ou le pure play­er Medi­a­part qui a atteint 100 000 abon­nés en 2014. L’érosion des abon­nements est aus­si réelle : de 34 700 en 2011 à 27 000 en 2015.

Patrick Le Hyaric est aus­si vice-prési­dent du syn­di­cat de la presse parisi­enne, devenu syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne nationale en 2006 (SPQN), et fait par­tie des instances dirigeantes de l’association Presse et Plu­ral­isme. Créée en 2009 dans le sil­lage des états généraux de la presse voulus par Nico­las Sarkozy, elle est présidée par François d’Orcival (Valeurs Actuelles), accueille des représen­tants de tous les syn­di­cats patronaux de la presse et est hébergée dans les locaux du Syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne nationale. L’association est adossée à la Caisse des dépôts et consigna­tions, et per­met aux lecteurs de défis­calis­er 66% de leur don. Un statut déroga­toire qui fait grin­cer des dents mais qui est bien pra­tique pour de nom­breux jour­naux que cette asso­ci­a­tion a aidé, du Monde Diplo­ma­tique à Char­lie Heb­do, qui avant les atten­tats était dans une sit­u­a­tion finan­cière peu reluisante, en pas­sant par… L’Humanité.

Parcours militant

Con­seiller munic­i­pal à Lori­ent de 1983 à 1989, inté­gré à la com­mis­sion nationale Agri­cul­ture du PCF en 1985 puis col­lab­o­ra­teur d’André Lajoinie, prési­dent du groupe com­mu­niste à l’Assemblée Nationale de 1985 à 1997, Patrick Le Hyaric est propul­sé vers une car­rière nationale. A l’origine, il souhaitait rester en Bre­tagne et le Par­ti lui avait promis que sa col­lab­o­ra­tion auprès d’André Lajoinie ne dur­erait que 18 mois. Il par­ticipe notam­ment à la cam­pagne prési­den­tielle d’André Lajoinie en 1988 et l’assiste sur les thé­ma­tiques agri­coles, notam­ment liées à la poli­tique agri­cole com­mune (PAC) de l’UE. Il a été dans les années 1980 secré­taire de la sec­tion com­mu­niste de Lori­ent puis secré­taire fédéral du PCF en Mor­bi­han.

Élu au con­seil nation­al depuis 1990, il représente, avec Dominique Grador, une nou­velle généra­tion dirigeante postérieure à l’ère Mar­chais et à l’alignement du PCF sur l’URSS.  Mem­bre du Comité Cen­tral du PCF, puis du con­seil nation­al du PCF, il est respon­s­able-adjoint du départe­ment Etudes, pro­jet, développe­ment (1996–1997), puis Vie du Par­ti (1997), mon­di­al­i­sa­tion (2000), et dirige le col­lec­tif agri­cul­ture et rural­ité.

La san­té du PCF se dégrade en même temps que L’Humanité : selon des chercheurs uni­ver­si­taires, si le par­ti avait encore 520 000 adhérents en 1978 (hors CGT), il n’en a plus que 250 000 au mieux en 1990, 150 000 en 1999 et 140 000 en 2001.

Il est con­seiller munic­i­pal de la Courneuve de 1989 à 2001. Il dirige la liste du PCF aux Européennes dans la cir­con­scrip­tion Grand Ouest en 2004 et réalise un score – his­torique­ment bas – de 4,10%. Après avoir raté son implan­ta­tion près de ses orig­ines bre­tonnes, il se dirige vers l’Ile de France où il est tête de liste Front de Gauche aux Européennes de 2009, réalise un score de 6,5% et est élu député européen. Il est réélu en 2014.

En 2012 Patrick Le Hyaric est can­di­dat pour le PCF dans la 6e cir­con­scrip­tion de Seine-Saint-Denis (Pan­tin-Aubervil­liers), où il fait 17,33% et peut se main­tenir au sec­ond tour ; il se désiste par « dis­ci­pline répub­li­caine » au prof­it du PS, qui fait de même là où les com­mu­nistes sont les mieux placés pour vain­cre face à la droite. Pen­dant cette cam­pagne lég­isla­tive il n’hésite pas, comme de nom­breux com­mu­nistes dans les départe­ments de la ban­lieue parisi­enne, à jouer la carte du com­mu­nau­tarisme en envoy­ant une let­tre aux musul­mans d’Aubervilliers et de Pan­tin. Dans celle-ci il rap­pelle son refus d’une Europe dont les valeurs seraient seule­ment celles de son his­toire, c’est à dire chré­ti­ennes, son engage­ment pour un Etat pales­tinien, le droit de vote des étrangers et le refus de la stig­ma­ti­sa­tion de l’islam. En 2014, il est élu con­seiller munic­i­pal PCF à Aubervil­liers où il habite ; il est délégué à la com­mu­ni­ca­tion. Il a deux enfants ; en 2000 son épouse tra­vail­lait au ser­vice Jeunesse de la mairie (PCF) de la Courneuve.

Il est vice-prési­dent du groupe « la gauche uni­taire européenne / la gauche verte nordique ». Assez act­if puisque présent à 84,35% des votes, il est l’auteur depuis 2014 de 112 inter­ven­tions orales, 76 ques­tions par­lemen­taires et a signé ou cosigné 114 motions. Mem­bre des com­mis­sions « emploi / affaires sociales » et « lutte con­tre le blanchi­ment », il est sup­pléant à la com­mis­sion « Com­merce inter­na­tion­al », qui s’occupe notam­ment de négoci­er le traité de libre-échange transat­lan­tique avec les Etats-Unis (GMT ou TAFTA). Il fait aus­si par­tie des délé­ga­tions pour les rela­tions avec la Pales­tine et l’Union Méditer­ranéenne.

Ses inter­ven­tions embrassent un large éven­tail de sujets, de la sit­u­a­tion des albi­nos au Malawi (7/7/2016) à la sit­u­a­tion au Bahreïn, en pas­sant par le Traité transat­lan­tique, le vote sur des tax­es divers­es, l’intégration sociale et économique des réfugiés ou encore l’efficience énergé­tique. Cepen­dant il inter­vient régulière­ment sur des sujets liés à l’agriculture, par exem­ple quand, avec d’autres députés de son groupe, il inter­pelle en sep­tem­bre 2014 le Con­seil et la Com­mis­sion Européenne sur la volatil­ité des prix dans le secteur de la viande bovine, et la néces­sité de pro­téger les petits pro­duc­teurs, nom­breux sur son ter­roir d’origine, en Bre­tagne.

Collaborations

  • La Terre, jour­nal com­mu­niste dédié aux thé­ma­tiques rurales et paysannes, de 1980 à 1989
  • L’Humanité et L’Humanité dimanche, après 1990, pour des édi­to­ri­aux essen­tielle­ment
  • son blog où il pub­lie ses com­mu­niqués poli­tiques, mais aus­si sou­vent ses édi­to­ri­aux dans L’Humanité

Publications

  • Le pacte des rapaces, essai, Édi­tions de L’Humanité, mai 2011
  • L’Europe des peu­ples nous appelle, essai, Édi­tions de L’Humanité, sep­tem­bre 2012
  • Grand marché transat­lan­tique : Drac­u­la con­tre les peu­ples, essai, Édi­tions de L’Humanité, sep­tem­bre 2013

Ce qu’il gagne

Comme député européen : au moins 6 400 euros net d’impôts, sans compter l’indemnité de frais généraux (4 320 € par mois), le rem­bourse­ment des frais de voy­age en pre­mière classe (train) ou classe affaires (avion), et l’indemnité jour­nal­ière de 306 € par jour pen­dant les ses­sions.

Comme con­seiller munic­i­pal d’Aubervilliers, il ne touche rien car il a renon­cé à son indem­nité de con­seiller munic­i­pal délégué en 2016 ; celle-ci était fixée à 330,73 € bruts en 2014.

Comme directeur général de L’Humanité, son salaire est incon­nu. Cepen­dant les statuts du PCF oblig­ent les élus PCF à revers­er l’intégralité de leurs indem­nités élec­tives au par­ti (arti­cle 15.2 des statuts) : « Indépen­dam­ment de leur coti­sa­tion d’adhérent-e, elles et ils pren­nent l’engagement de vers­er leurs indem­nités au par­ti ; à l’association nationale de finance­ment pour les par­lemen­taires, aux asso­ci­a­tions départe­men­tales de finance­ment pour les élus ter­ri­to­ri­aux ou locaux. Le Par­ti con­tribue à leur assur­er les moyens néces­saires à l’exercice de leur man­dat, après débat avec les intéressé-e-s. Si elles ou ils doivent réduire ou sus­pendre leur activ­ité pro­fes­sion­nelle, elles et ils con­ser­vent une indem­nité com­pen­satrice – établie en toute clarté avec les instances con­cernées. »

Sa nébuleuse

Le Par­ti Com­mu­niste, le Front de Gauche, L’Humanité, le syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne nationale (SPQN).

Il l’a dit

« Je souhait­erais qu’il y ait un vrai débat pub­lic et con­tra­dic­toire sur les enjeux et les con­séquences de l’Europe sur la vie des gens. Mais il n’y en a pas. La droite ne veut pas dis­cuter du vrai bilan de l’Europe. Alors que l’on est en train d’organiser une véri­ta­ble machine de guerre con­tre les gens et les droits soci­aux », Le Télé­gramme, 3 juin 2004.

« Nous ne nous plain­drons pas que beau­coup de choses soient dites à pro­pos du 20ème anniver­saire de la destruc­tion du mur de Berlin. […] Son effon­drement est aus­si le résul­tat d’une his­toire tout aus­si dra­ma­tique que préoc­cu­pante : celle de la per­ver­sion d’un bel idéal bap­tisé “com­mu­nisme” ou “social­isme”. La chute du mur qui n’était que l’une des phas­es ter­mi­nales d’un proces­sus entamé des années aupar­a­vant, a accéléré la fin de ce sys­tème nom­mé du mot de “com­mu­nisme” alors qu’il s’agissait de sa car­i­ca­ture le “soviétisme”. Qu’il ait apporté un cer­tain nom­bre de pro­grès soci­aux, des avancées, dans l’accès à la san­té, à l’éducation, au loge­ment, à la cul­ture, à la garantie de l’emploi, est indé­ni­able. […] Une tare pro­fonde, indélé­bile le con­dui­sait inex­orable­ment à sa perte : son refus de recon­naître la démoc­ra­tie et la lib­erté, comme des don­nées humaines, uni­verselles pour tout pro­grès humain, social, cul­turel, a for­tiori lorsqu’on pré­tend con­stru­ire une société faite pour l’émancipation humaine », sur son blog le 6 novem­bre 2009.

« Il est un fait que la dés­in­té­gra­tion du soviétisme n’a pas ren­du le monde meilleur. Au con­traire, il a per­mis un déchaîne­ment sans précé­dent des forces du cap­i­tal dev­enues encore plus agres­sives, anti sociales, anti démoc­ra­tiques, anti humaines. Vingt ans après, la planète n’a jamais été héris­sée d’autant de murs infran­chiss­ables. Mis bout à bout, ils par­courent 18 000 kilo­mètres. Le monde est glob­al­isé. La lib­erté de cir­cu­la­tion des biens et des hommes ne vaut que pour les besoins du grand cap­i­tal. Le mur de l’argent n’a jamais été si haut », ibid.

« C’est parce que je suis très attaché aux valeurs de la République, à la lib­erté et à la laïc­ité, sources de partage, d’épanouissement indi­vidu­el, d’égalité entre les êtres humains, que je lutte con­tre la stig­ma­ti­sa­tion de votre reli­gion et de toute instru­men­tal­i­sa­tion poli­tique autour d’elle. Comme pour toute autre reli­gion recon­nue, vous devez pou­voir pra­ti­quer votre culte dans des lieux décents et dédiés à cette fonc­tion. De même, j’ai refusé les textes européens qui veu­lent absol­u­ment impos­er une con­struc­tion européenne où est unique­ment fait référence aux valeurs chré­ti­ennes. […] Dans la péri­ode nou­velle qui s’ouvre, de grands chantiers de réformes doivent être ouverts pour créer les con­di­tions d’une vie meilleure ensem­ble, pour toutes et tous. Cela appelle de met­tre fin aux scan­daleuses dis­crim­i­na­tions dans le tra­vail et dans la société. De même, rien ne jus­ti­fie de faire une loi sur les vête­ments des assis­tantes mater­nelles qui tra­vail­lent à leur domi­cile.
L’un des actes indis­pens­ables pour une nou­velle majorité devra être d’accorder enfin le droit de vote aux rési­dentes et rési­dents étrangers
», Let­tre de Patrick Le Hyaric aux musul­mans d’Aubervilliers et de Pan­tin dans le cadre de sa cam­pagne lég­isla­tive en 2012.

« Je n’étais pas un intel­lo au sens de mes prédécesseurs ! Je n’étais pas un man­ag­er non plus. Mais L’Huma était en sit­u­a­tion de fail­lite économique, et avait per­du son image et son lec­torat, alors…voilà. Et c’est pas­sion­nant, la créa­tiv­ité d’un jour­nal ! J’ai du batailler pour remet­tre le jour­nal à l’équilibre. Avec une souscrip­tion, avec les sup­plé­ments et les aides à la presse, on y est.  Mais c’est pas facile de faire bouger les choses, les gens. Des fois les représen­tants syn­di­caux me dis­ent” tu es le Medef”…mais je ne suis pas le Medef ! ». Eurac­tiv, 5 mai 2014

« Nous pou­vons négoci­er un pro­gramme d’actions com­munes. Au Par­lement européen, ca marche, on peut faire des alliances pro­gres­sistes. Je suis un jau­r­ressien, ce qu’il dit c’est qu’il faut aller chercher le bon chemin, tou­jours, et s’y engager. Mais main­tenant l’Europe a adop­té celui de la régres­sion. Ce n’est claire­ment pas la bonne voie », ibid.

Selon Patrick Le Hyaric, la crise que tra­verse actuelle­ment l’Europe pousse à « l’arrivée de pop­ulistes de tous bor­ds et d’europhobes au Par­lement européen qui n’auront pas de majorité mais qui risquent de con­forter au sein de l’hémicycle un bloc cen­tral qui déplac­erait le cen­tre de grav­ité vers des poli­tiques de moin­dre mal. La frac­ture est ter­ri­ble entre les poli­tiques et les citoyens qui sont ten­tés par ce vote con­tes­tataire sur la base d’une argu­men­ta­tion totale­ment folle: sor­tir de l’Europe pour régler les prob­lèmes, ce qui est un men­songe mon­strueux », Bureau d’information du Par­lement Européen, petit-déje­uner de presse avec le député, 16/5/2014.

« Si j’avais été têtu, je n’aurai pas pu faire ce que je fais depuis 14 ans, c’est à dire main­tenir en vie le jour­nal [L’Humanité] », France Info, 12 sep­tem­bre 2014.

« Là, est la rai­son de la crise, l’argent qui s’accumule dans les mains de quelques uns  quand le tra­vail est de moins en moins rémunéré, le tra­vail est détru­it, jetant chaque mois des dizaines des mil­liers de tra­vailleurs au chô­mage ou dans la pré­car­ité et qu’un mil­lions de nos conci­toyens n’ont plus que les restos du cœur pour sur­vivre. Tant qu’il en sera ain­si l’égalité ne restera qu’un vain mot », sur son blog, le 9 févri­er 2015

« Cette même France qu’on dit patrie des droits humains devrait porter haut le débat et les actions sol­idaires et human­i­taires pour les réfugiés, au lieu de ne leur laiss­er comme seul choix d’être  pour­chas­sé ou mourir. On ne peut plus sup­port­er cette Europe égoïste flat­tant des pop­ulismes diviseurs et xéno­phobes. Cette Europe qui, peu à peu, va se cou­vrir de murs et de bar­belés alors qu’elle pré­tend incar­n­er la lib­erté et la sol­i­dar­ité ! », ibid, 5 févri­er 2015

« La [Con­sti­tu­tion Européenne] a plusieurs gros défauts. Elle s’est faite en dehors des gens. Son arti­cle 1–10 prévoit sa pri­mauté sur les lois et con­sti­tu­tions nationales. Elle ne con­stru­it pas une Europe des peu­ples. Elle met en place un sys­tème économique où les salariés, les paysans, etc. seront en con­cur­rence. Les entre­pris­es pour­ront prof­iter des dif­férences de niveau social pour aug­menter leurs prof­its. Elle met en place un sys­tème ultra-libéral qui s’impose à tous », L’Humanité, 12 juin 2015.

« On est en train de nous pré­par­er un autre monde, une civil­i­sa­tion de la jun­gle, une civil­i­sa­tion de brutes. […]  Le traité transat­lan­tique c’est le droit des affaires con­tre ceux de la per­son­ne humaine », ibid.

« La com­bi­nai­son de l’abaissement des normes et de la créa­tion d’une jus­tice des affaires va avoir des con­séquences sur nos vies quo­ti­di­ennes, sur notre san­té, sur nos ser­vices publics qui seront mis en con­cur­rence […] et qui risquent d’être pri­vatisés. Vous allez avoir un hôpi­tal pub­lic, vous allez être rem­boursés à 100%, vous ne pour­rez empêch­er qu’une clin­ique privée nord-améri­caine ou japon­aise de s’installer, qui vous fera une con­cur­rence pour tuer l’hôpital pub­lic, avec des con­séquences dans cinq ou dix ans sur la qual­ité des soins et sur les prix que vous paierez », ibid.

On a dit à son sujet

« On le dit ” pète-sec “. Sa manière à lui de cacher une timid­ité dépassée ? Son entourage le dit d’une grande gen­til­lesse. Ambiguïté ? Assuré­ment Patrick Le Hyaric est un homme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds lorsqu’il est cer­tain d’avoir rai­son. Une cer­ti­tude qu’il n’a pas la pré­ten­tion de barder à la légère : c’est un bosseur. Le nou­veau directeur de L’Humanité est un Fran­cilien d’adoption : il est bre­ton. Et donc par déf­i­ni­tion, for­cé­ment têtu […] il dit que son plus gros défaut est d’être un pas­sion­né en toute chose », L’Humanité, dans un arti­cle qui le présente au lende­main de sa nom­i­na­tion comme directeur général du jour­nal, 23 novem­bre 2000.

« L’URSS, le PC sovié­tique, il n’y a jamais vrai­ment cru. Quand il adhère, c’est en réac­tion à la guerre du Viet Nam, alors que la mil­i­tante pour les droits de l’homme Angela Davis est empris­on­née aux États-Unis. Mais ce qu’il aime, c’est la terre. Il opte pour le lycée agri­cole, et tente de rester au plus près de ses par­ents, même si le mil­i­tan­tisme prend rapi­de­ment le dessus, que ce soit à l’armée ou au lycée, et que c’est finale­ment son frère qui repren­dra la ferme de ses par­ents », Eurac­tiv, 5 mai 2014, op. cit.

« À plus court terme, il opte pour le prag­ma­tisme dans son tra­vail de par­lemen­taire, loin des posi­tions rad­i­cales de son allié Jean-Luc Mélen­chon au sein du Front de Gauche, qui rassem­ble Par­ti com­mu­niste et Par­ti de gauche pour les élec­tions européennes », ibid.

« Son directeur actuel, Patrick Le Hyaric, un mil­i­tant de longue date con­tre Israël qui l’a annon­cé dans un arti­cle paru le 10 mars inti­t­ulé ‘L’alerte’ : « Nous vous devons la vérité, l’Humanité est en dan­ger! […] L’Humanité ne tient que grâce à votre sou­tien. Et aujourd’hui, avouons-le, elle ne tient qu’à un fil. » Le jour­nal est actuelle­ment au bord du gouf­fre. Il n’y a aujourd’hui plus d’actionnaires extérieurs dans le cap­i­tal du jour­nal. Par le passé, la caisse d’Epargne et même Bouygues se sont retrou­vés à met­tre de l’argent dans le quo­ti­di­en. Con­traire­ment à d’autres titres de la presse quo­ti­di­enne nationale comme Le Monde, le jour­nal ne peut donc pas compter sur des action­naires puis­sants qui peu­vent met­tre la main à la poche. Le quo­ti­di­en est l’un des plus vio­lents con­tre Israël, Pro Pales­tiniens ne man­quant pas un instant des qu’ils le peu­vent de faire de la dés­in­for­ma­tion grotesque pour  faire plaisir  à leur élec­torat, dans un paysage médi­a­tique pour­tant déjà encom­bré par les jour­naux hos­tiles à l’État juif », Israël-Actu­al­ités, 26 avril 2016.

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux