Accueil | Portraits | Olivier Siou

Olivier Siou

Contre « la vermine raciste »

Olivier Siou est un rouage important de la machine médiatique institutionnelle puisqu’il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au service politique de France 2.

Peu présent à l’antenne, il se rat­trape sur le réseau social Twit­ter où il n’hésite pas à sor­tir de sa réserve et à expos­er franche­ment ses ori­en­ta­tions poli­tiques, cul­turelles et sex­uelles. Toute­fois, Olivi­er Siou se défend d’enfreindre les règles de déon­tolo­gie jour­nal­is­tique et explique met­tre sa « sub­jec­tiv­ité dans ses tweets » et garder son objec­tiv­ité pour « son taf »… En tout cas, il donne un bel aperçu de la pen­sée très poli­tique­ment cor­recte qui règne dans les salles de rédac­tion de la chaîne publique.

Présen­ta­tion de son compte twit­ter : « Je mets ma sub­jec­tiv­ité dans mes tweets, je garde mon objec­tiv­ité pour mon taf. Mar­ié de l’an II »

« Mon légitime époux et moi n’avons pas d’enfants. » (Twit­ter, 13/10/2015)

« @JeremyCorbillar Encore le tutoiement ??? Il faut me rafraîchir la mémoire : où et quand, ce coït qui jus­ti­fie tant de famil­iar­ité ? » (Twit­ter, 12/10/2015)

Assez peu dis­ert sur sa vie privée, Olivi­er Siou serait né en 1967 et aurait gran­di en ban­lieue parisi­enne (Saint-Gra­tien à Pois­sy). Il est en revanche intariss­able sur ses pen­chants sex­uels : il est homo­sex­uel et « mar­ié ».

Au point de vue poli­tique, ses pris­es de posi­tion sont à l’image de la pen­sée « Je suis Char­lie ». Peu soucieux des con­tra­dic­tions, Olivi­er Siou est donc pour la lib­erté d’expression, mais restreinte par les hautes autorités morales et lég­isla­tives ; pour le droit au blas­phème, mais il ne se moque que des catholiques. Pour lui, les races n’existent pas, mais il faut plus de per­son­nes issues de la diver­sité (en clair, des afro-maghrébins) à la télévi­sion, etc. Les deux seuls sujets poli­tiques qui revi­en­nent con­stam­ment dans ses mes­sages sont la lutte con­tre le racisme (« la ver­mine raciste ») sans que cette notion soit claire­ment définie et la pro­mo­tion de l’homosexualité (mariage homo­sex­uel, allu­sions salaces, lutte con­tre l’homophobie).

Parcours professionnel

Olivi­er Siou arrive en juil­let 1994 au ser­vice Société de France 2, puis devient cor­re­spon­dant de la chaîne à Rennes, avant de réin­té­gr­er le ser­vice Infor­ma­tions générales en 2004. Depuis trois ans, Olivi­er Siou est rédac­teur en chef adjoint des édi­tions du week-end de France 2.

Il est mem­bre de l’équipe péd­a­gogique au départe­ment enseigne­ment audio­vi­suel au Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (CFJ).

Parcours militant

1997

Olivi­er Siou est l’un des sig­nataires de la péti­tion des jour­nal­istes con­tre une loi restreignant l’immigration (« loi Debré ») lancée par le quo­ti­di­en Libéra­tion et remise à l’Assemblée nationale.

2003

Sig­nataire de « l’appel d’acteurs de l’éducation et de mil­i­tants asso­ci­at­ifs laïques et fémin­istes con­tre toute loi d’exclusion des élèves voilées et pour une véri­ta­ble poli­tique éduca­tive » lancé par le site « Les mots sont impor­tants » : « Ce foulard recou­vre des réal­ités divers­es, et nous avons des appré­ci­a­tions divers­es […] mais nous sommes tous d’accord pour estimer que, dans tous les cas (que le foulard soit imposé aux jeunes filles ou qu’il résulte d’un choix), l’exclusion est la pire des solu­tions. […] Nous sommes plusieurs à côtoy­er ou à avoir côtoyé ces élèves voilées dans des étab­lisse­ments sco­laires, et nous témoignons qu’à aucun moment leur présence n’a empêché les enseignants d’enseigner, ni les élèves ou les étu­di­ants d’étudier. Nous n’oublions pas l’égalité des sex­es, bien au con­traire. Mais, que le foulard soit l’objet d’un choix ou qu’il soit imposé, on ne peut pas con­sid­ér­er la jeune fille voilée comme coupable, et ce n’est en aucun cas à elle de “pay­er”. Dans tous les cas, c’est en l’accueillant à l’école laïque qu’on peut l’aider à s’émanciper, en lui don­nant les moyens de son autonomie, et c’est en la ren­voy­ant qu’on la con­damne à l’oppression. » (source).

2008

Sig­nataire de l’appel « Pour Charles Ender­lin » lancé par Le Nou­v­el Obser­va­teur : « Sept ans. Voilà sept ans qu’une cam­pagne obstinée et haineuse s’efforce de salir la dig­nité pro­fes­sion­nelle de notre con­frère Charles Ender­lin, cor­re­spon­dant de France 2 à Jérusalem. Voilà sept ans que les mêmes indi­vidus ten­tent de présen­ter comme une “supercherie” et une “série de scènes jouées, son reportage mon­trant la mort de Mohammed al-Doura, 12 ans, tué par des tirs venus de la posi­tion israéli­enne, le 30 sep­tem­bre 2000, dans la bande de Gaza, lors d’un affron­te­ment entre l’armée israéli­enne et des élé­ments armés pales­tiniens. »

2015

Sig­nataire de la péti­tion lancée par Élise Lucet : « Ne lais­sons pas les entre­pris­es dicter l’info — Stop à la Direc­tive Secret des Affaires ! » : « Bien­tôt, les jour­nal­istes et leurs sources pour­raient être attaqués en jus­tice par les entre­pris­es s’ils révè­lent ce que ces mêmes entre­pris­es veu­lent garder secret. A moins que nous ne réagis­sions pour défendre le tra­vail d’enquête des jour­nal­istes et, par ric­o­chet, l’information éclairée du citoyen. »

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Publications

Non ren­seigné

Collaborations

Non ren­seigné

Il l’a dit

Olivi­er Siou est un habitué de la rubrique « cour­ri­er des lecteurs » du quo­ti­di­en Le Monde :

Encore étu­di­ant : « Votre analyse nég­lige que 50 % à gauche plus 50 % à droite ne fer­ont jamais 100 % au cen­tre. S’ils veu­lent par­venir à con­va­in­cre l’opinion de la justesse de leur louable entre­prise — dépass­er les cli­vages tra­di­tion­nels pour dégager des zones de con­sen­sus sur des ques­tions pri­or­i­taires, — nos gou­ver­nants devront con­va­in­cre une France qui reste, pour l’instant coupée en deux, même si aujourd’hui un électeur cen­triste, aus­si minori­taire soit-il, sem­ble compter davan­tage que trois autres réu­nis… », « Sub­til­ité », Le Monde, 24/06/1988

« Vous n’auriez jamais pub­lié une let­tre comme celle-ci, si elle s’en était pris aux Noirs, aux juifs, aux Maghrébins. Et vous auriez eu rai­son, évidem­ment. Est-ce à dire que, dans l’esprit du médi­a­teur, les homo­sex­uels, eux, peu­vent se faire injuri­er, en toute impunité ? », « Pas d’impunité pour les injures », dans la rubrique Cour­ri­er des lecteurs (Le Monde, dimanche 13 et lun­di 14 juil­let 1997.

« Le traite­ment médi­a­tique de la traque des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, des divers­es opéra­tions poli­cières et des pris­es d’otages ne cesse de faire débat. Les chaînes de télévi­sion sont-elles allées trop loin dans leur suivi ? Ven­dre­di, peu après le début de la prise d’otages à Vin­cennes, un reporter de France 2 n’hésite pas à pro­gress­er avec les forces spé­ciales vers le mag­a­sin avant de se faire refouler. La scène sus­cite l’indignation de nom­breux téléspec­ta­teurs qui esti­ment que la chaîne fran­chit la ligne rouge. “Il reste à une dis­tance raisonnable, hors de portée. Il fait son job avec pro­fes­sion­nal­isme et respon­s­abil­ité”, jus­ti­fie Olivi­er Siou, rédac­teur en chef adjoint de la rédac­tion de la chaîne, qui a gardé l’antenne pen­dant 12 heures d’affilée. “Les images dif­fusées en direct ne met­tent pas en péril l’intervention poli­cière” », « Atten­tats de Paris: BFMTV se défend d’avoir mis les otages en dan­ger (vidéo) », lesoir.be, 12/01/2015.

« Je mets ma sub­jec­tiv­ité dans mes tweets, je garde mon objec­tiv­ité pour mon taf. Mar­ié de l’an II » (Twit­ter)

Olivi­er Siou a réa­gi à plusieurs repris­es à la polémique qui a suivi la mise à pied du présen­ta­teur météo de France 2 Philippe Verdier, sans lui apporter claire­ment son sou­tien. Philippe Verdier a en effet pub­lié un livre, Cli­mat inves­ti­ga­tion, dans lequel il met en cause la pro­bité des sci­en­tifiques du GIEC (Groupe d’experts inter­gou­verne­men­tal sur l’évolution du cli­mat). Un sujet sen­si­ble dont le traite­ment n’a vis­i­ble­ment pas eu l’heur de plaire à la direc­tion de France 2 qui « m’a demandé de rester chez moi, en atten­dant un entre­tien la semaine prochaine, qui va sceller mon sort », car « dès que vous émet­tez un avis qui remet en cause la légitim­ité de la Con­férence sur le cli­mat — la Cop 21 — qui va se dérouler à Paris, cet avis con­traire est élim­iné » (source). Toute­fois pour Olivi­er Siou, Philippe Verdier a juste été prié de pren­dre des con­gés payés :

« Des con­gés (payés) pour assur­er une pro­mo (per­so), de la cen­sure ? Il est sup­posé par­ler de son livre dans les bul­letins météo ? » (Twit­ter, 17/10/2015)

« Bref, il n’est pas sus­pendu et sa patronne le défend. La polémique est donc arti­fi­cielle. Fer­mez le ban. » (Twit­ter, 17/10/2015)

« Des con­gés (payés) dans une entre­prise (publique) pour assur­er une pro­mo (per­so), ce n’est pas un licen­ciement. » (Twit­ter, 17/10/2015)

« Donc, pas un licen­ciement. Même pas une sanc­tion. Juste l’interdiction de faire le tour des médias sur le temps de tra­vail. Mer­ci » (Twit­ter, 16/10/2015)

Lors de cette polémique, il a attaqué violemment le président de la fondation Polémia, Jean-Yves Le Gallou

« Flat­té de voir que je vous obsède tant, même à minu­it. Dom­mage que j’aie déjà un mari (et que je ne sois pas géron­tophile)… » (Twit­ter, 15/10/2015)

« Une sur­dité due au grand âge, Le Gal­lou ? » (Twit­ter, 15/10/2015)

« On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change »

La prési­dente de France Télévi­sions, Del­phine Ernotte a détail­lé ses pri­or­ités, et notam­ment celle d’imposer plus de diver­sité sur les chaînes : «Hon­nête­ment, en arrivant, mon pre­mier con­stat, c’est que ce n’est pas le cas. On a une télévi­sion d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va fal­loir que ça change» pour qu’il y ait “des femmes, des jeunes, toutes les orig­ines”».

« Mais j’approuve et applaud­is des deux mains cette réflex­ion totale­ment factuelle. Et tant mieux si ça vous dérange. TANT MIEUX ! » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Et sur la diver­sité à la TV, je ne botte pas en touche. J’approuve ma patronne et je vom­is la ver­mine raciste et sex­iste. » (Twit­ter, 15/10/2015)

« Oui, je suis fémin­iste, favor­able à TOUTES les diver­sités, je m’en VANTE et si ça vous dérange, tant mieux. TANT MIEUX ! » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Eh bien oui, le ser­vice pub­lic va ampli­fi­er ses actions en faveur de toutes les diver­sités. Avec l’appui du @csaudiovisuel. Voilà » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Eh oui, je suis jour­nal­iste à FTV et je dénonce le racisme, l’antisémitisme, le sex­isme, l’homophobie, l’exclusion. Un prob­lème ? » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Le racisme étant la dis­crim­i­na­tion (réelle) entre des races (imag­i­naires), votre syl­lo­gisme est stu­pide et sans objet. Point. » (Twit­ter, 12/10/2015)

À l’attaque de la vermine raciste

Olivi­er Siou sem­ble véri­ta­ble­ment obsédé par le racisme. Il ne se gêne d’ailleurs pas pour insul­ter ses con­tra­dicteurs sur twit­ter, les trai­tant de « racistes » ou de « fas­cistes ». Flo­rilège :

« Parce que nous refu­sons les immon­des ver­mines racistes de votre espèce ? Soit. » (Twit­ter, 11/10/2015)

« Je ne lais­serai jamais le dernier mot à une ver­mine raciste. Jamais. » (Twit­ter, 13/10/2015)

« Ce qui vous a valu d’être traitée de ver­mine raciste, ce sont vos insin­u­a­tions envers une con­sœur qui vous avait cor­rigée. » (Twit­ter, 13/10/2012)

« @BassePolitique Je vous con­firme que je dénonce tou­jours les dél­its (et le racisme est un délit, pas une opin­ion). Ça s’appelle du civisme. » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Chers twit­tos racistes qui ce lun­di me gavez d’injures, vos rances éruc­ta­tions sont autant de Légions d’honneur. Bien à vous. » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Mal­gré leurs efforts de respectabil­ité, le ver­nis craque si vite. La bête immonde est encore plus bête qu’immonde.. » (Twit­ter, 13/10/2015)

« Vos pitoy­ables éruc­ta­tions sex­istes, racistes, para­noïaque et com­plo­tistes, des “analy­ses” ??? » (Twit­ter, 12/10/2015)

« J’ai répon­du : la ver­mine raciste est celle qui manie l’injure raciste. » (Twit­ter, 12/10/2015)

« J’ai eu tort, je le con­fesse, car c’est un pléonasme : un raciste est par déf­i­ni­tion une immonde ver­mine. Désolé… » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Mais j’en suis fier ! FIER que les jour­nal­istes de notre rédac­tion fer­ment leur clapet aux ver­mines racistes de votre genre !!! » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Excus­es du Parc pour une quenelle: “Astérix est apoli­tique”. Désolé, l’antisémitisme n’est PAS une opin­ion poli­tique » (Twit­ter, 25/12/2013)

Son homosexualité

Olivi­er Siou ne fait pas mys­tère de son homo­sex­u­al­ité et de son « mariage » avec un autre homme :

« Mon légitime époux et moi n’avons pas d’enfants. » (Twit­ter, 13/10/2015)

« Mais désolé, “doudou”, c’est réservé à mon légitime époux. Et que je sache… » (Twit­ter, 12/10/2015)

« @JeremyCorbillar Encore le tutoiement ??? Il faut me rafraîchir la mémoire : où et quand, ce coït qui jus­ti­fie tant de famil­iar­ité ? » (Twit­ter, 12/10/2015)

« @JeremyCorbillar Quoi ? Encore cette obses­sion de la sodomie ? Je sens une frus­tra­tion… pro­fonde : il faut franchir le pas, mon ami ! » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Ah ! La dénon­ci­a­tion de la pseu­do “idéolo­gie du genre”.… Ça nous man­quait ! What else ? » (Twit­ter, 12/10/2015)

« Lire “La Petite Femelle” de Ph. Jae­na­da, c’est con­stater l’incroyable asservisse­ment des femmes jusqu’aux années 60. » (Twit­ter, 18/10/2015)

Les abus de l’aide médicale d’État

L’aide médi­cale de l’État (AME) est un dis­posi­tif per­me­t­tant aux étrangers en sit­u­a­tion irrégulière de béné­fici­er d’un accès aux soins. Un reportage de France 2 en a dénon­cé les abus en mon­trant des Européens de l’Est. Olivi­er Siou jus­ti­fie ce choix.

Sa nébuleuse

Non ren­seigné

Ils l’ont dit

Hicham Hamza, jour­nal­iste d’investigation indépen­dant (2008–2015), fon­da­teur (2013) et directeur de pub­li­ca­tion du site Panamza (proche de la galax­ie “Égal­ité et Réc­on­cil­i­a­tion”) : « Décem­bre 2008. La scène se passe dans les locaux du Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes, rue du Lou­vre à Paris. L’un après l’autre, les étu­di­ants de la sec­tion audio­vi­suelle font vision­ner leur pre­mier reportage long for­mat à leurs col­lègues et leurs encad­rants. Les deux prin­ci­paux respon­s­ables de la for­ma­tion sont Gérard Bernard, respon­s­able à TF1, et Olivi­er Siou, rédac­teur en chef adjoint du jour­nal télévisé du week-end de France 2. Dev­inant la nature polémique du choix de mon sujet, j’attends la fin du cours pour dif­fuser ma vidéo. Celle-ci était con­sacrée à Richard Gage, fon­da­teur du groupe “Archi­tects and Engi­neers for 9/11 truth”. Cet archi­tecte améri­cain con­teste la ver­sion offi­cielle délivrée par l’Administration Bush à pro­pos des atten­tats […] Olivi­er Siou prit la parole pour déclar­er, sur un ton presque solen­nel, qu’il déplo­rait ce type de choix de sujet pour une rai­son sim­ple : d’après lui, les jeunes jour­nal­istes ne pou­vaient pas tra­vailler sur le 11-Sep­tem­bre car il fal­lait, “comme pour la Shoah”, pré­cisa-t-il, du recul et de l’expérience […] Un dirigeant de l’info du ser­vice pub­lic nous enjoignait à ne pas nous pencher sur un événe­ment majeur con­tem­po­rain sous le pré­texte fal­lac­i­eux de notre jeunesse et cela n’a pas sus­cité de sar­casmes ou de sim­ples réserves de la part des futurs jour­nal­istes, désor­mais en poste dans les grands médias hexag­o­naux », « Décou­vrez le sujet qui dérange France2, Medi­a­part, le CRIF et Reopen911 », hichamhamza.wordpress.com, 25/07/2008.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo INA (DR)

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

10% récolté
Nous avons récolté 200€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux