Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nathalie Bensahel

10 mai 2013

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Portraits | Nathalie Bensahel

Nathalie Bensahel

Journaliste économique et femme de ministre

Nathalie Bensahel, simple journaliste économique, est passée de l’ombre à la lumière lors de la nomination de son mari, Vincent Peillon, qui a été ministre de l’Éducation nationale sous les gouvernements Ayrault 1 et 2. Elle est née en septembre 1960 à Casablanca (Maroc).

Mar­iée avec l’ancien min­istre de l’Éducation nationale, Vin­cent Peil­lon, le cou­ple a deux enfants (Elie et Iza­ak). En mai 2012, le site inter­net israélien JSS News notait que « Vin­cent Peil­lon, lui-même non juif (une de ses grand-mère était juive), mar­ié avec Nathalie Ben­sa­hel (jour­nal­iste au Nou­v­el Obs), a célébré la bar-mitz­va d’un de ses enfants il y a peu. Avec un pareil héritage, on peut être cer­tain que l’apprentissage de la Shoah demeur­era impor­tant pour ce gou­verne­ment », « Le gou­verne­ment “Ayrault 1” a de quoi sat­is­faire les Français d’Israël », jssnews.com, 16 mai 2012.

Formation

Insti­tut d’Études Poli­tiques de Paris, sec­tion poli­tique économique et sociale (1983).

Parcours professionnel

Nathalie Ben­sa­hel com­mence sa car­rière de jour­nal­iste à La Vie Française de 1985 à 1989. Cet heb­do­madaire économique était dirigé à l’époque par Bruno Bertez et avait comme direc­trice de rédac­tion, Mireille Rusi­nak.

En 1989, à la suite du rachat le La Vie Française par le Groupe Expan­sion, elle rejoint comme de nom­breux autres jour­nal­istes de ce titre, la Tri­bune. Ce jour­nal économique et financier français a été créé en jan­vi­er 1985 par Bruno Bertez.

Elle intè­gre en 1991 le quo­ti­di­en Libéra­tion jusqu’en 2007. Pen­dant 16 ans, Nathalie Ben­sa­hel occupe dif­férentes postes : jour­nal­iste aux rubriques BTP, immo­bili­er, trans­port aérien et tourisme (1991–1994) ; puis au ser­vice économique (1994–1999) ; à la rubrique finance-entre­pris­es (1999–2000) ; avant de ter­min­er sa car­rière à Libéra­tion comme chef adjointe du ser­vice économie (2000–2007).

Jour­nal­iste au ser­vice économie du Nou­v­el Obser­va­teur (2007 à 2008), et depuis 2008, chef de ser­vice à la rubrique « Air du temps » du Nou­v­el Obser­va­teur. Depuis la nom­i­na­tion de son mari, Vin­cent Peil­lon, comme min­istre en mai 2012, elle ne s’oc­cupe plus des ques­tions d’é­d­u­ca­tion et de poli­tique publique.

Parcours militant

Non ren­seigné.

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné.

Publications

Aucune.

Collaborations

Non ren­seigné.

Elle l’a dit

Jour­nal­iste spé­cial­iste de l’économie, Nathalie Ben­sa­hel a glis­sé avec les années vers des sujets plus légers comme la mode. Elle a pub­lié le plus sou­vent, au Nou­v­el Obser­va­teur, des arti­cles liés à la mode : « Mode été 2012 : “pret­ty” à tout prix », « Défilés à Milan : une mode façon Cinecit­ta », « A Milan, une vraie mode de print­emps » ou « Les robes de la princesse Cather­ine ».

Il est dif­fi­cile de trou­ver, même dans les arti­cles pub­liés dans le quo­ti­di­en Libéra­tion, des pris­es de posi­tion per­son­nelles ou des sujets polémiques.

Seul un arti­cle sur la décen­tral­i­sa­tion nous donne une idée de sa sen­si­bil­ité libérale.

« Des chargés de mis­sion en pagaille, des assis­tants infor­ma­tiques, des respon­s­ables au développe­ment touris­tique, au sport.., les élus locaux ne lési­nent pas sur les embauch­es. Chaque année, les maires, les prési­dents de con­seils généraux ou régionaux, les respon­s­ables de com­mu­nautés de com­munes font gon­fler les effec­tifs de leurs admin­is­tra­tions. En dix ans, de 1994 à 2005, les effec­tifs des com­munes ont aug­men­té de 160 000 per­son­nes, ceux des départe­ments de 40 000 agents, et le nom­bre de fonc­tion­naires des con­seils régionaux a dou­blé… (…)Les admin­is­tra­tions locales enflent à vue d’œil alors que celles de l’E­tat ne dégon­flent pas », « Les impass­es de la décen­tral­i­sa­tion », Le Nou­v­el Obser­va­teur, 13/09/09.

Sa nébuleuse

Vin­cent Peil­lon : L’actuel min­istre de l’Enseignement du gou­verne­ment Ayrault est issu, selon Le Jour­nal du Dimanche d’une « famille pro­gres­siste de gauche, meur­trie par le nazisme et le stal­in­isme. Côté mater­nel : une grand-mère juive et répub­li­caine ; un culte pour les études ; une mère chercheuse, sœur du médecin Eti­enne-Emile Baulieu et de l’économiste Suzanne de Brun­hoff. Côté pater­nel: un père ban­quier et com­mu­niste ». Son père Gilles Peil­lon (1928–2007) fut directeur général de la pre­mière banque sovié­tique hors d’URSS, la Banque Com­mer­ciale pour l’Eu­rope du Nord – Eurobank, puis de la banque fran­co-algéri­enne Union méditer­ranéenne de banque. Selon Jacques Benil­louche du site Temps et Con­tretemps. Infor­ma­tions israéli­ennes, « Vin­cent Peil­lon a fait son “com­ing out” juif il n’y a pas longtemps, à l’occasion de « l’appel à la rai­son» Jcall, qu’il avait signé avec Daniel Cohn-Ben­dit, Elie Bar­navi, Bernard Hen­ri-Levy, Zeev Stern­hell et Avi Pri­mor. (…) En 2009, il avait célébré la Bar-Mits­va de son fils Elie à la syn­a­gogue de la Place des Vos­ges à Paris. Pour la cir­con­stance, Vin­cent Peil­lon, qui a épousé en sec­onde noces la jour­nal­iste Nathalie Ben­sa­hel, avait mis les tefill­ins et était mon­té à la Torah. Agrégé de philoso­phie, il serait nom­mé min­istre de l’Éducation Nationale » (Source). Mem­bre des Comités com­mu­nistes pour l’autogestion (un grou­pus­cule d’extrême gauche) durant sa jeunesse, désor­mais proche du Grand Ori­ent de France (« Peil­lon partage nos valeurs, c’est un maçon sans tabli­er » selon un témoignage rap­porté par Le Figaro. Il prône une « république spir­ituelle », con­sid­érant « la franc-maçon­ner­ie et la laïc­ité » comme « reli­gions de la République ». Par ailleurs, Vin­cent Peilleon est mem­bre du club Le Siè­cle.

Ils ont dit

«“La sit­u­a­tion de Nathalie Ben­sa­hel, qui est aus­si l’épouse de Vin­cent Peil­lon, a bien évidem­ment été évo­quée au sein de la direc­tion de la rédac­tion du Nou­v­el Obser­va­teur”, affirme le mag­a­zine. “Il a été con­venu que Nathalie Ben­sa­hel s’oc­cu­perait exclu­sive­ment de la par­tie “modes de vie” de la rubrique, à l’ex­clu­sion totale des ques­tions d’é­d­u­ca­tion ain­si que des ques­tions de poli­tique insti­tu­tion­nelle ou publique”, pré­cise l’heb­do­madaire. », Le Nou­v­el Obs redéfinit le rôle de Madame Peil­lon, lefigaro.fr, 24/05/2012.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran LeNou­velOb­ser­va­teur via Dai­ly­mo­tion (DR)

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).