Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Ratier

7 octobre 2015

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Portraits | Emmanuel Ratier

Emmanuel Ratier

Toujours pillé, jamais cité

Personnalité discrète, mais travailleur acharné, Emmanuel Ratier s’évertuait, depuis la création de sa lettre bimensuelle Faits & Documents, à mettre en lumière les collusions de milieux et les conflits d’intérêt ayant cours dans les sphères politique, médiatique et financière. Un travail méticuleux de nomenclateur qu’il a effectué pendant près de vingt ans, dans des écrits dont l’objectivité factuelle n’était que très rarement discutée, même par ses opposants.

Issu de mou­ve­ments nation­al­istes et se récla­mant du néo-pagan­isme, il s’in­scrivait dans la fil­i­a­tion de deux autres grandes fig­ures du jour­nal­isme d’investigation, spé­cial­istes des milieux poli­tiques, financiers et com­mu­nau­taires : Hen­ry Cos­ton et Yann Mon­comble. Con­tin­u­a­teur de ces derniers, il fût lui-même clas­si­fié dans la caté­gorie infamante de « l’ex­trême-droite » par les instances médi­a­tiques dom­i­nantes, qui lui envi­aient sa rigueur tout en regret­tant de ne pou­voir l’af­fubler d’une autre éti­quette du prêt-à-penser : celle du « com­plo­tiste » qui a recours à la con­spir­a­tion comme expli­ca­tion sys­témique. Au con­traire, le tra­vail d’Em­manuel Rati­er se voulait épuré de tout par­ti-pris idéologique, préférant s’ap­puy­er sur une assise doc­u­men­taire extrême­ment pré­cise plutôt que sur des spécu­la­tions édi­to­ri­ales ou des sous-enten­dus malveil­lants.

Son tra­vail, à car­ac­tère avant tout ency­clopédique, était très con­sulté par les jour­nal­istes et les acteurs de la vie poli­tique française, ce qui ne l’empêchait évidem­ment pas d’être sys­té­ma­tique­ment passé sous silence. Son ouvrage biographique dédié à Manuel Valls (La Face cachée de Manuel Valls, Fac­ta) paru l’an dernier, dis­til­lait de nom­breuses infor­ma­tions sur les allégeances secrètes de l’actuel Pre­mier Min­istre, dépeint comme un oppor­tuniste com­mu­nau­taire. Pour autant, ce tra­vail biographique d’am­pleur inédite n’avait que très peu attiré l’at­ten­tion des médias nationaux, qui avaient préféré le bro­carder sur des critères rel­e­vant du procès d’in­ten­tion, sans jamais en décon­stru­ire l’ar­gu­men­taire, ni même le restituer sans malveil­lance intel­lectuelle.

Cette réal­i­sa­tion finale illus­tre de la meilleure manière ce qu’é­tait Emmanuel Rati­er : un homme d’in­ves­ti­ga­tion jamais cri­tiqué sur son tra­vail, pré­cisé­ment parce qu’avec patience et pro­fes­sion­nal­isme, il le met­tait au ser­vice de con­vic­tions hétéro­clites et incom­pat­i­bles avec celles con­stam­ment émis­es par ceux-là même dont il révélait les facettes inavouables.

Biographie & parcours professionnel

Emmanuel Rati­er est né en sep­tem­bre 1957 à Avi­gnon d’une mère chimiste et d’un père archi­tecte.

Il com­mence ses études à l’U­ni­ver­sité de Rouen en 1973, et milite au sein du Front de la Jeunesse, mou­ve­ment anti­com­mu­niste de sen­si­bil­ité nation­al­iste. Emmanuel Rati­er est alors à la tête du men­su­el Balder de 1976 à 1979. Il est par ailleurs proche du GRECE (Groupe­ment de Recherche et d’Études pour la Civil­i­sa­tion Européenne), sous la houlette du philosophe Alain de Benoist. Il intè­gre l’IEP de Paris dès 1980, où il rejoint l’U­nion des Étu­di­ants de Droite, pour laque­lle il édit­era un péri­odique, Réplique. En 1982, il entre au Cen­tre de For­ma­tion des Jour­nal­istes (CFJ). Dans la foulée, il com­mence à sign­er des arti­cles pour Le Figaro Mag­a­zine et Valeurs Actuelles. En 1984, il intè­gre Minute. Il en sera licen­cié en 1986 par Patrick Buis­son, après la vente de l’hebdomadaire par Yves Mon­te­nay. Qu’il s’agisse de ses écrits mil­i­tants pour des pub­li­ca­tions étu­di­antes ou de ses réal­i­sa­tions jour­nal­is­tiques, Emmanuel Rati­er démon­trait alors une envie d’en découdre avec la gauche mais aus­si avec cer­tains opposants de droite. A ce moment de sa car­rière, la démarche doc­u­men­taire qui devien­dra la sienne n’est pas encore affir­mée, bien qu’il soit en charge des grandes enquêtes au sein de Minute.

C’est à par­tir de 1989 qu’il entame son tra­vail d’in­ves­ti­ga­teur, en devenant le rédac­teur de la Let­tre de Mag­a­zine-Heb­do, avant de devenir co-action­naire de la société d’édition Faits & Doc­u­ments, créée par Yann Mon­comble (1953–1990) en 1980. La revue bimen­su­elle Faits & Doc­u­ments con­tient à chaque numéro plusieurs rubriques, par­mi lesquelles, des por­traits con­sacrés à des per­son­nal­ités poli­tiques ou médi­a­tiques en vue et une rubrique poli­tique com­pi­lant des anec­dotes sur l’ac­tu­al­ité récente. La rubrique « lob­bies » a quant à elle don­né sa notoriété à la revue, en pro­posant des enquêtes sur les dif­férents groupes de pres­sion com­mu­nau­taires, cul­turels, poli­tiques, financiers, etc. Depuis plusieurs années, la revue était par­tielle­ment dif­fusée sur le site d’Alain Soral, « Égal­ité et Réc­on­cil­i­a­tion », per­me­t­tant de famil­iaris­er des inter­nautes plus nom­breux avec son tra­vail de biographe.

En marge de telles activ­ités édi­to­ri­ales, Emmanuel Rati­er a su déclin­er ses apti­tudes d’en­quê­teur dans des ouvrages dédiés à des ques­tions divers­es. Il s’est ain­si intéressé pêle-mêle aux mil­ices sion­istes en France (Les guer­ri­ers d’Is­raël, 1995), au club très influ­ent « Le Siè­cle » (Au cœur du pou­voir : Enquête sur le club le plus puis­sant de France, 1995) ou aux grou­pus­cules vio­lents d’ex­trême-gauche (Ras l’Front : Anatomie d’un mou­ve­ment antifas­ciste, 1995). Il est aus­si l’au­teur d’une colos­sale Ency­clopédie poli­tique française, dont la paru­tion a débuté dans les années 1990. Cette somme de biogra­phies poli­tiques, fût, à l’in­star de tout son tra­vail, une source appré­ciée des jour­nal­istes, qui ne créditèrent néan­moins jamais Emmanuel Rati­er dans leurs pro­pres réal­i­sa­tions.

Il est décédé le 19 août 2015, à l’âge de 57 ans, des suites d’un arrêt car­diaque. Un mois plus tard, le 19 sep­tem­bre, 900 per­son­nes lui rendaient un hom­mage pub­lic salle Équinoxe, dans le 15e arrondisse­ment parisien.

Parcours militant

Front de la Jeunesse, Union des Étu­di­ants de Droite.

Sa nébuleuse

Groupe­ment de Recherche et d’Études pour la Civil­i­sa­tion Européenne (GRECE), Égal­ité & Réc­on­cil­i­a­tion, Hen­ry Cos­ton, Yann Mon­comble…

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Bibliographie sélective

  • Ency­clopédie poli­tique française, Faits & Doc­u­ments, 1992.
  • Mys­tères et secrets du B’naï B’rith : la plus grande organ­i­sa­tion juive inter­na­tionale, Fac­ta, 1993.
  • Ency­clopédie des pseu­do­nymes, tomes 1 & 2, Faits & Doc­u­ments, 1993–1994.
  • Les guer­ri­ers d’Is­raël : enquête sur les mil­ices sion­istes, Fac­ta, 1995.
  • Le vrai vis­age de Jacques Chirac : les secrets d’un prési­dent, Fac­ta, 1995.
  • Ency­clopédie des change­ments de nom, tomes 1 & 2, Faits & Doc­u­ments, 1995–1998.
  • Au cœur du pou­voir : enquête sur le club le plus puis­sant de France, Fac­ta, 1996.
  • Ras l’front : anatomie du mou­ve­ment antifas­ciste, la nébuleuse trot­skyste Fac­ta, 1998.
  • Ency­clopédie poli­tique française, tome 2, Faits et Doc­u­ments, 2005.
  • Le vrai vis­age de Manuel Valls, Fac­ta, 2014.

Il l’a dit

« Je ne me con­sid­ère pas du tout comme com­plo­tiste, c’est-à-dire que, d’après les infor­ma­tions dont je dis­pose […] je n’ai jamais trou­vé aucun doc­u­ment récent, ou jamais eu d’en­tre­tien avec des per­son­nal­ités haut placées, qui me per­me­t­traient de démon­tr­er qu’il y ait une espèce d’or­gan­i­sa­tion pyra­mi­dale, qui serait dirigée par un mar­i­on­net­tiste puis­sant qui aurait fait du monde un théâtre où il manip­ulerait les gens à sa guise. Je pense plutôt qu’il y a un sys­tème de cer­cles con­cen­triques, avec des satel­lites autour, qui regroupent des gens puis­sants ou qui cherchent à avoir plus de pou­voir. Et bien sûr, et ça peut paraître une évi­dence, des groupes de pres­sion et des lob­bys », Le Choc du Mois, 4 sep­tem­bre 2006.

Ils l’ont dit

«Emmanuel Rati­er était sans doute un anti­sion­iste assez con­séquent, mais son dis­cours était dépourvu de la dimen­sion haineuse évi­dente chez d’autres auteurs. Il était per­suadé que l’essentiel de la poli­tique con­sis­tait en jeux d’influence et de lob­bies, mais sans désign­er lui-même un agent cen­tral du com­plot. Quant à la méth­ode, c’était un homme assez pru­dent avec une réelle capac­ité pro­fes­sion­nelle de jour­nal­iste, en dépit d’erreurs mineures », Jean-Yves Camus, Libéra­tion, 20 août 2015.

« Tra­vailleur acharné, très appré­cié des jour­nal­istes pour ses dossiers, Emmanuel Rati­er pré­parait un ouvrage his­torique sur Paris », David Doucet, 20 août 2015.

« Faits et Doc­u­ments com­prend por­traits, “indis­crets” poli­tiques ou encore une veille sur l’activité des “lob­bies”. Cette dernière rubrique accorde une atten­tion par­ti­c­ulière aux organ­i­sa­tions juives et franc-maçonnes. Si Faits et Doc­u­ments se car­ac­térise par un ton factuel et un niveau d’information assez remar­quable, elle lais­sait transparaître les con­vic­tions de son auteur », Libéra­tion, 20 août 2015.

« Le défunt entrete­nait enfin une très riche doc­u­men­ta­tion per­son­nelle sur de nom­breuses per­son­nal­ités, asso­ciées ou non à l’extrême droite. Des dossiers par­fois mis à dis­po­si­tion de ses amis poli­tiques ou de jour­nal­istes, même représen­tants de cette “presse du sys­tème” hon­nie. » Ibid.

Crédit pho­to : Faits & Doc­u­ments

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).