Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Portrait : Arianna Huffington [rediffusion]
Publié le 

16 août 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Portrait : Arianna Huffington [rediffusion]

Portrait : Arianna Huffington [rediffusion]

Arianna Huffington,
figure de proue de l’hyper-classe médiatique mondiale.

« Nous vivons un âge d’or du jour­nal­isme »

Ari­an­na Huff­in­g­ton, la fon­da­trice du site inter­na­tion­al The Huff­in­g­ton Post compte par­mi les per­son­nal­ités médi­a­tiques et jour­nal­is­tiques les plus influ­entes du monde. Son site, fort d’une influ­ence cer­taine out­re-Atlan­tique, a su s’importer dans pas moins de 15 pays et con­naît un véri­ta­ble ray­on­nement.

Formation

Ari­an­na Stassinopou­los, fille d’un jour­nal­iste grec, est née à Athènes en 1950. Elle pos­sède tou­jours la dou­ble nation­al­ité États-uni­enne et grecque. À 16 ans, elle décroche une bourse et s’installe en Angleterre où elle pour­suit des études d’économie à l’université de Cam­bridge. Elle y obtient une maîtrise. Elle sera égale­ment la 3ème femme élue prési­dente de la « Cam­bridge Union Soci­ety », la plus anci­enne société de débat dans le monde. En 1973 elle pub­lie son pre­mier ouvrage : The Female Woman dans lequel elle cri­tique le mou­ve­ment fémin­iste Women’s Lib. C’est au Roy­aume-Uni qu’elle con­naî­tra ses pre­miers émois jour­nal­is­tiques avec Bernard Levin (de 22 ans son aîné), un célèbre jour­nal­iste anglais proche du par­ti tra­vail­liste (presse écrite et radio) avec qui elle entre­tient une rela­tion amoureuse. Ce dernier est décrit par le Times comme le jour­nal­iste le plus célèbre de son époque. Elle le quit­tera en 1980 suite au refus de ce dernier de se mari­er et d’avoir des enfants. Elle s’envole alors pour les États-Unis et ren­con­tre, en 1986, l’homme poli­tique (répub­li­cain) et homme d’affaires (riche héri­ti­er de l’industrie du pét­role tex­an) Michel Huff­in­g­ton avec qui elle se marie. Le cou­ple aura 2 enfants (2 filles aujourd’hui étu­di­antes dans la pres­tigieuse uni­ver­sité de Yale). Son mari devient secré­taire adjoint de la défense pen­dant le man­dat de Ronald Rea­gan. Le cou­ple s’installe alors en Cal­i­fornie pour que Michel puisse accéder à un siège à la cham­bre des représen­tants. En 1997 le cou­ple se sépare, son mari annonce publique­ment sa bisex­u­al­ité et s’engage dans le mil­i­tan­tisme LGBT.

Parcours professionnel

Par­tie aux États-Unis (à New York) en 1980, elle tra­vaille pour le Nation­al Review (un mag­a­zine d’opinion améri­cain à large dif­fu­sion) et pub­lie un livre sur Maria Callas : La femme der­rière la légende et un autre sur Pablo Picas­so : Picas­so créa­teur et destruc­teur. En 1994, elle pub­lie un livre qua­si-mys­tique sur la poli­tique con­ser­va­trice et sur la reli­gion dans lequel elle entend aider le lecteur à dévelop­per son « 4ème instinct », à s’ouvrir à la « con­nais­sance de soi » et à la « décou­verte de la spir­i­tu­al­ité ». En 1998 après l’affaire « Mon­i­ca Lewin­sky » impli­quant le prési­dent Bill Clin­ton dans une affaire d’adultère avec une sta­giaire, Ari­an­na demande sa démis­sion.

En 2000, elle pub­lie Com­ment ren­vers­er le gou­verne­ment ? Un ouvrage dans lequel elle entend dénon­cer la cor­rup­tion sous le man­dat de Clin­ton.

En 2003 elle pub­lie Fanat­ics and fools (Des fana­tiques et des imbé­ciles), un livre sans con­ces­sion pour l’aile droite du Par­ti Répub­li­cain, notam­ment Dick Cheney ou Georges Bush.

L’année suiv­ante, dans Pigs at the Trough (lit­térale­ment « Les cochons aux auges »), elle dénonce le man­age­ment dans les entre­pris­es con­tem­po­raines, leur esprit insen­si­ble et avare en con­tra­dic­tion avec les valeurs fon­da­men­tales de l’américain moyen. Par­mi les entre­pris­es pointées du doigt se trou­ve AOL, présen­tée avec d’autres géants améri­cains (Tyco, Mer­rill Lynch, World­Com) comme des mod­èles de cor­rup­tion.

C’est en 2005 qu’elle fonde le site The Huff­in­g­ton Post, avec l’homme d’affaire Ken­neth Lerer, un site d’information inter­net basé très large­ment sur l’interactivité entre les inter­nautes et les jour­nal­istes. Le site con­naît un suc­cès immé­di­at. Il est alors mar­qué très à gauche.

En 2011 elle décide de ven­dre le HP… au même géant AOL qu’elle esti­mait cor­rompu 7 ans aupar­a­vant… Une trans­ac­tion estimée entre 300 et 315 mil­lions de dol­lars.

Depuis l’émergence du Huff­in­g­ton Post, Ari­an­na est devenu une véri­ta­ble vedette des média, elle est présente en temps qu’invitée ou chroniqueuse dans de nom­breuses émis­sions radio et télé. Une célébrité qui la pousse même à prêter sa voix pour un dessin ani­mé (The cleave­land Show). Ari­an­na fait aujourd’hui par­tie du con­seil d’administration de la « Archer School for Girls », une école éli­tiste pour fille de 12 à 18 ans.

Ari­an­na Huff­in­g­ton estime que son jour­nal en ligne est à la fois une entre­prise de presse et une plate-forme col­lab­o­ra­tive. Une manière d’utiliser des col­lab­o­ra­teurs gra­tu­ite­ment tout en récoltant des béné­fices. Ce qui lui per­met d’estimer que « nous vivons un âge d’or du jour­nal­isme ». Depuis 2011 elle a réus­si à exporter le mod­èle Huff­in­g­ton Post dans 15 pays où il a à chaque fois ren­con­tré le suc­cès. Ari­an­na Huff­in­g­ton explique le change­ment de ligne du site par la demande : les arti­cles poli­tiques attirent en effet moins de 15% du lec­torat con­tre 50% à ses débuts. En France, elle jette son dévolu sur Anne Sin­clair pour ani­mer le HP France (lance­ment début 2012), con­fi­ant avoir appré­cié son tra­vail de bloggeuse lors de son pas­sage à Wash­ing­ton.

Son dernier ouvrage paru en 2014 « Thrive » porte sur le « bien être », sa nou­velle lubie.

Lire la suite : ojim.fr/portraits/arianna-huffington/

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision