Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

1 décembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

Il avait été licencié par France 2 suite à la sortie de son livre, jugé « climatosceptique » et trop critique vis-à-vis du gouvernement à l’approche de la COP21 de Paris.

Aujour­d’hui, l’an­cien mon­sieur météo du ser­vice pub­lic a retrou­vé du tra­vail chez RT France, l’an­tenne parisi­enne de la chaîne d’in­for­ma­tion russe anci­en­nement appelée Rus­sia Today.

Sur RT, Philippe Verdier ani­mera quo­ti­di­en­nement une chronique sur la COP21 et ses couliss­es, sujet qu’il lui était impos­si­ble de traiter sur France 2. C’est ain­si qu’il s’est dit « très heureux » de pou­voir évo­quer ce sujet « en toute lib­erté » sur un média qui, comme d’autres, incar­ne aujour­d’hui une vision alter­na­tive des sujets inter­na­tionaux.

Pour sa pre­mière à l’an­tenne, et à l’aide d’un impres­sion­nant micro venu tout droit des grands froids de l’Our­al, Verdier a donc pu abor­der les prévi­sions erronées d’Al Gore et du GIEC, les experts offi­ciels du change­ment cli­ma­tique. Et aus­si, au pas­sage, faire remar­quer que la COP21 arrive à point nom­mé : « Le cli­mat est une occa­sion rêvée de ter­min­er l’an­née en beauté en évi­tant de trop par­ler des sujets qui peu­vent fâch­er, dont le chô­mage dont les derniers résul­tats sont très mau­vais. » Le ton est don­né.

Mais cette recon­ver­sion et cette lib­erté de ton ne sont vis­i­ble­ment pas du goût de ses anciens con­frères. Déjà très peu sol­idaires de son évic­tion en octo­bre dernier, trois présen­ta­teurs météo se sont con­frater­nelle­ment retrou­vés sur le plateau de « C à vous », sur France 5, pour dire tout le bien qu’ils pen­saient de Philippe Verdier.

Au micro d’Anne-Sophie Lapix, Cather­ine Labor­de (TF1), Louis Bod­in (TF1, RTL) et Lau­rent Rome­jko (France 3) ont ain­si été inter­rogés sur la COP21, organ­isée à Paris, et tout ce qui s’y rap­por­tait. À cette occa­sion, la dis­cus­sion s’est portée sur le rebond de Philippe Verdier sur RT France, et le lyn­chage en bande ne s’est pas fait atten­dre.

Pour Cather­ine Labor­de, les analy­ses de son con­frère sont « dépassées ». « Ce qui compte c’est ce qui se passe main­tenant avec tous ces gens qui sont venus et qui essayent, ensem­ble, de sauver la planète », a‑t-elle ajouté, esti­mant sans doute cette déc­la­ra­tion moins creuse que les analy­ses de Verdier. Pour cette dernière, l’an­cien mon­sieur météo de France 2 a tout sim­ple­ment « dix trains de retard ». Sur quoi ? Cela reste à déter­min­er.

Même con­stat du côté de Lau­rent Rome­jko, pour qui « il n’y a pas de con­tes­ta­tion pos­si­ble » car « les obser­va­tions sci­en­tifiques qui sont effec­tuées depuis de nom­breuses années sont incon­testa­bles ». La messe est dite. Quant à Pierre Les­cure, présent égale­ment sur le plateau, c’est lui qui s’est mon­tré le plus dur en revenant sur les pro­pos de Verdier, lequel notait que la COP21 était une belle occa­sion de par­ler d’autre chose que du chô­mage. Pour Les­cure, « le mec est un peu pathé­tique ». Tout sim­ple­ment. L’avantage d’être du bon côté du manche, c’est que cela dis­pense de s’épuiser à avancer des argu­ments.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision