Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

1 décembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

Philippe Verdier rejoint RT France et se fait lyncher par ses confrères

Il avait été licencié par France 2 suite à la sortie de son livre, jugé « climatosceptique » et trop critique vis-à-vis du gouvernement à l’approche de la COP21 de Paris.

Aujour­d’hui, l’an­cien mon­sieur météo du ser­vice pub­lic a retrou­vé du tra­vail chez RT France, l’an­tenne parisi­enne de la chaîne d’in­for­ma­tion russe anci­en­nement appelée Rus­sia Today.

Sur RT, Philippe Verdier ani­mera quo­ti­di­en­nement une chronique sur la COP21 et ses couliss­es, sujet qu’il lui était impos­si­ble de traiter sur France 2. C’est ain­si qu’il s’est dit « très heureux » de pou­voir évo­quer ce sujet « en toute lib­erté » sur un média qui, comme d’autres, incar­ne aujour­d’hui une vision alter­na­tive des sujets internationaux.

Pour sa pre­mière à l’an­tenne, et à l’aide d’un impres­sion­nant micro venu tout droit des grands froids de l’Our­al, Verdier a donc pu abor­der les prévi­sions erronées d’Al Gore et du GIEC, les experts offi­ciels du change­ment cli­ma­tique. Et aus­si, au pas­sage, faire remar­quer que la COP21 arrive à point nom­mé : « Le cli­mat est une occa­sion rêvée de ter­min­er l’an­née en beauté en évi­tant de trop par­ler des sujets qui peu­vent fâch­er, dont le chô­mage dont les derniers résul­tats sont très mau­vais. » Le ton est donné.

Mais cette recon­ver­sion et cette lib­erté de ton ne sont vis­i­ble­ment pas du goût de ses anciens con­frères. Déjà très peu sol­idaires de son évic­tion en octo­bre dernier, trois présen­ta­teurs météo se sont con­frater­nelle­ment retrou­vés sur le plateau de « C à vous », sur France 5, pour dire tout le bien qu’ils pen­saient de Philippe Verdier.

Au micro d’Anne-Sophie Lapix, Cather­ine Labor­de (TF1), Louis Bod­in (TF1, RTL) et Lau­rent Rome­jko (France 3) ont ain­si été inter­rogés sur la COP21, organ­isée à Paris, et tout ce qui s’y rap­por­tait. À cette occa­sion, la dis­cus­sion s’est portée sur le rebond de Philippe Verdier sur RT France, et le lyn­chage en bande ne s’est pas fait attendre.

Pour Cather­ine Labor­de, les analy­ses de son con­frère sont « dépassées ». « Ce qui compte c’est ce qui se passe main­tenant avec tous ces gens qui sont venus et qui essayent, ensem­ble, de sauver la planète », a‑t-elle ajouté, esti­mant sans doute cette déc­la­ra­tion moins creuse que les analy­ses de Verdier. Pour cette dernière, l’an­cien mon­sieur météo de France 2 a tout sim­ple­ment « dix trains de retard ». Sur quoi ? Cela reste à déterminer.

Même con­stat du côté de Lau­rent Rome­jko, pour qui « il n’y a pas de con­tes­ta­tion pos­si­ble » car « les obser­va­tions sci­en­tifiques qui sont effec­tuées depuis de nom­breuses années sont incon­testa­bles ». La messe est dite. Quant à Pierre Les­cure, présent égale­ment sur le plateau, c’est lui qui s’est mon­tré le plus dur en revenant sur les pro­pos de Verdier, lequel notait que la COP21 était une belle occa­sion de par­ler d’autre chose que du chô­mage. Pour Les­cure, « le mec est un peu pathé­tique ». Tout sim­ple­ment. L’avantage d’être du bon côté du manche, c’est que cela dis­pense de s’épuiser à avancer des arguments.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.