Accueil | Actualités | Médias | Oui FM accusée de sexisme après une petite blague
Pub­lié le 20 septembre 2014 | Éti­quettes :

Oui FM accusée de sexisme après une petite blague

De nos jours, la moindre plaisanterie peut vite prendre des proportions démesurées.

Arnold, l'animateur matinal de la radio Oui FM, vient d'en faire l'expérience. Suite à une plaisanterie supposée misogyne, qui n'a pas été citée, une auditrice publie sur Twitter : « Si le présentateur de @ouifm pouvait arrêter de gâcher la qualité musicale de la radio par ses remarques misogynes ça serait cool. Merci. »

Ce à quoi l'animateur répond : « encore une remarque de gonzesse. » Et ce qui était censé n'être qu'une réponse provocante, à prendre sans doute au deuxième degré, est soudain devenu un gros sujet de tensions.

Aussitôt, des dizaines de bonnes âmes effarouchées y sont allées de leur tweet d'indignation contre l'animateur. Par la suite, les pro et les anti Oui FM se sont livrés une joute verbale digne d'un débat politique !

Mais le pire a été découvert par les employés de Oui FM le lendemain matin. La devanture de l'immeuble de la station était recouverte de messages accusant la radio d'être sexiste. Oui FM a d'ores et déjà déposé plainte pour dégradation.

Le président de la station, Emmanuel Rials, a réagi dans un entretien accordé à La Lettre Pro de la Radio, où il a assuré qu'il fallait comprendre le tweet de l'animateur au second degré, parce qu'au premier, il était « évidemment inapproprié ».

Et celui-ci d'ajouter que Oui FM faisant partie d'un groupe dirigé par une femme, la radio ne pouvait pas être taxée de misogyne.

Une petite blague qui va loin...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This