Accueil | Actualités | Médias | Noyales : Un maire contre la liberté de la presse ?
Pub­lié le 20 décembre 2013 | Éti­quettes :

Noyales : Un maire contre la liberté de la presse ?

Le maire de Noyales, une petite commune de l’Aisne, veut-il empêcher les journalistes de faire leur travail ?

C’est en tout cas ce qu’il affirme clairement dans un communiqué alors que la mairie déplace le cimetière du village. « Les photos et reportages sur les travaux d'inhumations et de réhinumations sont totalement interdits », écrit Didier Colpin. Il est également interdit de « rester près des entrées ou des murs d’enceinte ».

Que cherche-t-on à cacher ? Les travaux d’inhumations se passent-ils dans les normes ? « Monsieur le maire décide du contenu de nos parutions. Parce que, évidemment, il n'était pas sans savoir que nous préparions un reportage sur le sujet. Alors, je veux rappeler cordialement à M. le maire de Noyales que, dans une démocratie qui fonctionne normalement, un élu n'a pas à valider ou interdire un reportage », écrit Samir Heddar, rédacteur en chef du journal L’Aisne Nouvelle. « On ne sait pas trop si on doit en rire, tellement l'arrêté municipal paru ce lundi est ridicule, ou si l'on doit s'indigner », ajoute-t-il.

Mardi, le journal a finalement publié son reportage – dans l’attente de poursuites ? Ce jeudi, il ajoute que le maire, mécontent de la présence de manifestants et journalistes, s’en est également pris à la gendarmerie

Crédit photo : capture d'écran site aisnenouvelle.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This