Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Michel Onfray s’en prend au journalisme orwellien de Libération

28 avril 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Michel Onfray s’en prend au journalisme orwellien de Libération

Michel Onfray s’en prend au journalisme orwellien de Libération

Accueil | Veille médias | Michel Onfray s’en prend au journalisme orwellien de Libération

Michel Onfray s’en prend au journalisme orwellien de Libération

28 avril 2021

Le 19 avril 2021, Michel Onfray reçoit un SMS d’un journaliste de Libération, au sujet de la journaliste Sonia Mabrouk. Le média semblait espérer faire naître un règlement de comptes entre le co-fondateur de la revue Front Populaire et la journaliste, mais le philosophe a préféré exposer aux yeux de tous les méthodes douteuses du journal plutôt que de tomber dans la polémique inutile.

Au commencement était un SMS

Tout a com­mencé par un mes­sage reçu par Michel Onfray et qu’il a relayé sur son blog :

Bon­jour, Jour­nal­iste à Libé, je pré­pare le por­trait de Sonia Mabrouk. C’est Johan­na Luyssen qui m’a don­né votre numéro. J’aurais aimé revenir quelques min­utes avec vous sur vos inter­ac­tions en plateau avec elle, et plus générale­ment vous don­ner l’occasion de lui répon­dre vu qu’elle vous cible ouverte­ment dans son dernier livre. Bien à vous, Guil­laume Gendron”

La fin est sans équiv­oque, le jour­nal­iste, tel un adepte de télé-réal­ité, ne recherche qu’une chose, provo­quer un énième clash. Mais c’était mal con­naître Michel Onfray, qui après avoir con­fié que Sonia Mabrouk “fait par­tie des rares jour­nal­istes que je respecte” dénonce ce tex­to “du jour­nal­iste qui en appelle au plus bas en l’homme, la réac­tiv­ité ressentimenteuse”.

Michel Onfay, “un médecin qui livre un diagnostic clinique de la situation”, “sans en faire un drame”

Michel Onfray, intrigué par une telle provo­ca­tion en duel, est tout de même allé chercher dans le dernier livre de Sonia Mabrouk, Insoumis­sion française, le fameux pas­sage où son nom est évo­qué et où on le “cible ouverte­ment”. Il en recopie l’extrait sur son blog :

Cette con­fronta­tion sur un même ter­ri­toire a été théorisée par le célèbre anthro­po­logue Claude Lévi-Strauss. Selon lui, de ce face-à-face résul­tera inévitable­ment une nou­velle civil­i­sa­tion. Mais laque­lle ? Depuis quelques années, le philosophe Michel Onfray annonce avec con­stance et sans en faire un drame la fin de la civil­i­sa­tion judéo-chré­ti­enne. Drapé dans un man­teau de noblesse tra­gi-roman­tique, il répète : « Le bateau coule, restez élé­gant. Mourez debout. » Lucid­ité supérieure ou défaitisme mor­bide ? Le philosophe se place dans la peau d’un médecin pour livr­er un diag­nos­tic clin­ique de la sit­u­a­tion. Sommes-nous alors con­damnés à la dis­pari­tion de la civil­i­sa­tion judéo-chré­ti­enne ? Sommes-nous con­damnés à une con­fronta­tion sans mer­ci entre deux civil­i­sa­tions dont il ne restera que des cen­dres ? Com­ment con­jur­er un tel risque ? Je milite pour ma part en faveur d’un rééquili­brage de la place des reli­gions dans le strict respect des principes de laïc­ité. Une chré­tien­té davan­tage affir­mée per­me­t­trait de con­tre­car­rer l’offensive d’un Islam poli­tique con­quérant. Il faut bien se ren­dre compte que le dan­ger n’est pas tant la force de l’Islam que la faib­lesse pathologique du chris­tian­isme. Si la civil­i­sa­tion judéo-chré­ti­enne se meurt, c’est avant tout faute de com­bat­tants au sens de défenseurs. Le salut de cette civil­i­sa­tion passera par une renais­sance décom­plexée de la chrétienté.”

L’arroseur arrosé

C’est donc offi­ciel, la polémique n’a pas lieu d’être pour Michel Onfray, face au désac­cord man­i­festé “avec cour­toisie et élé­gance” par la jour­nal­iste. C’est pour lui l’occasion d’exposer le “jour­nal­isme orwellien” de Libéra­tion, qui fait ici fig­ure d’arroseur arrosé. Michel Onfray rap­pelle d’ailleurs que dans les années 90, il avait con­nu une sit­u­a­tion sim­i­laire avec un jour­nal­iste qui avait ten­té de le faire s’en pren­dre à BHL, sur les ondes de France Cul­ture. Avec les médias de grand chemin, les façades dif­fèrent mais les méth­odes restent les mêmes.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés