Accueil | Actualités | Médias | Médias : PPDA et « le grand plouf » de TF1
Pub­lié le 8 février 2013 | Éti­quettes : , ,

Médias : PPDA et « le grand plouf » de TF1

Bien qu’il ait déjà été condamné en appel à 400 000 euros d’amende pour non-respect de sa clause de discrétion à l’égard de son ancien employeur TF1, en octobre dernier, Patrick Poivre d’Arvor ne garde pas sa langue dans sa poche pour autant.

Invité de Marc-Olivier Fogiel sur RTL ce lundi 4 février, PPDA a réagi aux émissions de télé-réalité qui sont actuellement proposées sur la première chaîne d’Europe. Autant dire que « The Voice », « Star Académy », ou encore, la toute dernière, « Splash » ne trouvent pas grâce à ses yeux. « Quand je pense qu'on était il y a encore quelques années avec Ushuaïa, on est maintenant dans Splash, là, vraiment, on a fait un grand plouf, une grande dégringolade et encore plus si c'était possible », a ainsi déploré l’ancien présentateur du JT.

PPDA a également tenu à montrer du doigt le grotesque de la concurrence que se livrent les chaînes : « Dès qu'il y en a un qui dégaine, y a tout de suite la chaîne d'en face. Là, M6 s'est fait avoir sur le plouf. Finalement, ça va être TF1. Sur The Voice, même chose, ils se bouffaient le nez. Y en a un qui dit 'On va faire un truc sur la cuisine', ils se mettent à deux sur le même rôti ! » « Ça ne nous apprend rien, ni sur la condition humaine, ni sur l'homme. Rien de rien. C'est le degré zéro de la télévision, de la culture, de l'information », a-t-il ajouté. La retraite rendrait-elle lucide ?

Crédit photo : Provence Plus via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux