Accueil | Actualités | Médias | Médias allemands : « le sujet des réfugiés est interdit »
Pub­lié le 5 février 2016 | Éti­quettes : , ,

Médias allemands : « le sujet des réfugiés est interdit »

Célèbre présentateur de la ZDF, qu'il a quittée en 2015, Wolfgang Herles a égratigné un peu plus l'image des médias allemands, déjà bien entamée.

Dans une émission en direct sur la radio Deutschlandfunk, il a en effet déclaré que les journalistes allemands manquaient totalement de liberté d'expression, les consignes étant dictées aux médias directement depuis Berlin. « On a vu la même situation lors de la réunification allemande quand on nous a interdit de parler des nouvelles régions fédérales », a-t-il commenté. Aujourd’hui, « le sujet des réfugiés est interdit, on ne peut pas en parler de manière négative ».

Et celui-ci d'assurer que les directeurs de chaînes recevaient carrément des lettres contenant les « souhaits » du gouvernement... « Pour cette raison, la population ne nous fait plus confiance », a-t-il ajouté.

Le lourd silence médiatique sur les viols de Cologne n'aura fait que renforcer ce sentiment. Il y a quelques mois, un autre journaliste faisait également des révélations fracassantes sur l'indépendance toute relative des médias d'outre-Rhin.

Dans son livre, Udo Ulfkotte, ancien rédacteur en chef du FAZ, racontait comment la CIA contrôlait la presse allemande pour manipuler l'opinion.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This