Accueil | Actualités | Médias | Médias allemands : « le sujet des réfugiés est interdit »
Pub­lié le 5 février 2016 | Éti­quettes : , ,

Médias allemands : « le sujet des réfugiés est interdit »

Célèbre présentateur de la ZDF, qu'il a quittée en 2015, Wolfgang Herles a égratigné un peu plus l'image des médias allemands, déjà bien entamée.

Dans une émission en direct sur la radio Deutschlandfunk, il a en effet déclaré que les journalistes allemands manquaient totalement de liberté d'expression, les consignes étant dictées aux médias directement depuis Berlin. « On a vu la même situation lors de la réunification allemande quand on nous a interdit de parler des nouvelles régions fédérales », a-t-il commenté. Aujourd’hui, « le sujet des réfugiés est interdit, on ne peut pas en parler de manière négative ».

Et celui-ci d'assurer que les directeurs de chaînes recevaient carrément des lettres contenant les « souhaits » du gouvernement... « Pour cette raison, la population ne nous fait plus confiance », a-t-il ajouté.

Le lourd silence médiatique sur les viols de Cologne n'aura fait que renforcer ce sentiment. Il y a quelques mois, un autre journaliste faisait également des révélations fracassantes sur l'indépendance toute relative des médias d'outre-Rhin.

Dans son livre, Udo Ulfkotte, ancien rédacteur en chef du FAZ, racontait comment la CIA contrôlait la presse allemande pour manipuler l'opinion.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This