Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Lügenpresse » : la confiance entre médias et citoyens allemands est rompue

31 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Lügenpresse » : la confiance entre médias et citoyens allemands est rompue

« Lügenpresse » : la confiance entre médias et citoyens allemands est rompue

[Pre­mière dif­fu­sion le 3 févri­er 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Dans un climat de défiance générale à son égard, la presse allemande n’a jamais été aussi mal en point.

Comme l’a rap­pelé Hilde­gard von Hes­sen am Rhein sur Boule­vard Voltaire, les Alle­mands « se détour­nent non seule­ment des édi­tions papi­er, mais aus­si des sites. Ce qui se passe en Alle­magne est énorme ». En effet, depuis 2014, la chute est douloureuse pour les grands titres d’outre-Rhin.

En sep­tem­bre 2015, six quo­ti­di­ens étaient dans le rouge, et le mois suiv­ant n’au­ra fait qu’ag­graver les choses. Chez nos voisins, on décrit cette ago­nie comme étant le résul­tat de « l’ef­fet Ulfkotte », du nom de cet ancien rédac­teur en chef du FAZ ayant révélé, dans son livre, com­ment la CIA con­trôlait toute la presse alle­mande pour manip­uler l’opin­ion.

Ajoutez à cela l’an­ti-pou­tin­isme déli­rant des prin­ci­paux quo­ti­di­ens, qui s’alig­nent out­rageuse­ment, cou­ver­tures après cou­ver­tures, sur la ligne atlantiste anti-russe, et surtout le silence de plomb entourant les vio­ls de masse de la nuit du Nou­v­el an, et le pub­lic se met à scan­der « Lügen­presse » (« presse menteuse ») à l’unisson.

Le 29 avril 2014 dans la revue Cicero, Alexan­der Kissler écrivait : « Les jour­naux meurent. La rai­son en est que l’on écrit totale­ment hors-sol. En par­ti­c­uli­er sur les sujets qui con­cer­nent la Russie ou sur Akif Pir­inç­ci (accusé de manière manip­ulée d’avoir tenu des pro­pos inci­tant à la haine raciale durant une man­i­fes­ta­tion PEGIDA à Dres­de). Ce n’est pas ain­si qu’il con­vient de traiter les lecteurs. »

Cette ten­dance à la dis­sim­u­la­tion des prob­lèmes « poli­tique­ment incor­rects » et à l’absence de tout esprit cri­tique vis-à-vis de la poli­tique améri­caine ont con­duit les lecteurs à la méfi­ance vis-à-vis des médias tra­di­tion­nels et à leur réin­for­ma­tion par leurs pro­pres moyens sur inter­net. En France, la presse tra­di­tion­nelle, ultra-sub­ven­tion­née (par l’É­tat comme par Google), ne peut se van­ter de meilleurs résul­tats et sem­ble suiv­re, irrémé­di­a­ble­ment, la même pente.

Dessin : © Mila­dy de Win­ter pour l’Ojim

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.