Accueil | Actualités | Médias | Mark Zuckerberg, Facebook va bien merci
Pub­lié le 10 février 2019 | Éti­quettes : , ,

Mark Zuckerberg, Facebook va bien merci

Nous vous présentions il y a peu l’excellente biographie de Daniel Ichbiah (La Martinière édit.) consacrée au fondateur de Facebook. Après quinze ans d’existence, le réseau social se porte à merveille comme son rival Google. Et se prépare à un grand exercice de censure en grandeur réelle à l’occasion des élections européennes de mai 2019.

Tout va (presque) très bien Madame la Marquise

Oubliées les remontrances (sévères) devant le Congrès américain ou (lénifiantes) devant le Parlement européen, oublié Cambridge Analytica, oubliés les comptes piratés, oubliées les censures politiques et les procès qui s’ensuivent, les affaires marchent et marchent bien.

C’est en milliards que l’on compte le nombre d’utilisateurs (2,3 milliards) du réseau social, de ses filiales WhatsApp (1,5 milliards) ou bien Instagram (1 milliard). Même si un grand nombre de clients utilisent les trois systèmes, le nombre total de « clients » doit dépasser les trois milliards d’individus ou de sociétés et associations diverses.

Le chiffre d’affaires total du groupe frôle les 56 milliards de dollars (+37%, mazette) et le bénéfice grimpe à un peu plus de 22 milliards de dollars. Peu de sociétés sortent un bénéfice quasi égal à 40% de leur activité. Et quand on paye peu ou pas d’impôts…

Sur le marché français, Facebook et Google raflent tout

Le Syndicat des Régies Internet (SRI) publie régulièrement des statistiques sur le marché publicitaire en ligne. En 2018 ce marché en France est tout proche de 5 milliards d’euros en croissance de 717 millions d’euros soit 17%. Sur ces 717 millions de croissance Facebook et Google en ont raflé 674 millions. Si on ajoute Amazon, il reste quelques bricoles pour les autres.

En cumulant Amazon, Facebook (et ses filiales) et Google ces trois dragons du numérique raflent 80% du marché. Les médias historiques, presse, radio, télévision ne récoltent que 6% du marché de la publicité numérique, une misère. Autrement dit les GAFA affament les autres moyens d’information tout en feignant de les soutenir.

Élections européennes en ligne de mire

Ah les fake news/infox, comme elles ont bon dos ! Elles permettent aux élites libérales libertaires de se déculpabiliser devant leurs défaites. Trump, le Brexit, le duo Salvini-Di Maio vainqueur en Italie, ils n’y sont pour rien, le bon peuple a été trompé.

Mais plus jamais, les garde-fous se mettent en place. Une loi est déjà en place en Allemagne, la loi française anti infox votée en décembre 2018 va rentrer pour la première fois en application au mois de mars quand la période pré-électorale va commencer. Facebook s’y prépare, va ouvrir un centre régional d’opération à Dublin pour suivre l’élection. Il va contrôler la publicité politique et bien entendu les « discours de haine ». La définition d’un discours de haine étant proche de tout ce qui peut s’opposer à l’idéologie ou à la pratique libérale libertaire, vous êtes prévenu de ce qui peut vous attendre.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux