Accueil | Actualités | Médias | Google Alphabet, des soucis et des profits records
Pub­lié le 8 février 2019 | Éti­quettes : ,

Google Alphabet, des soucis et des profits records

Le monstre Google, le G des redoutées GAFAM est devenu tentaculaire, actif par son moteur de recherche et de référencement mais aussi dans la médecine, le téléphone, le véhicule autonome, l’informatique en nuage (cloud), l’intelligence artificielle et bien d’autres domaines. Si 2018 a vu quelques incidents de parcours, les résultats sont époustouflants voire inquiétants pour certains qui y voient un abus de position dominante.

2018, quelques embûches, Google qui pleure

En octobre 2018 nous analysions l’échec de Google+, lancé en 2011 pour concurrencer Facebook. De nombreuses failles techniques ont permis à des hackers d’aspirer les données de 500.000 utilisateurs sans que l’on sache exactement qui était concerné et jusqu’à quel point. Ces difficultés ont entrainé la disparition de Google+, programmée à l’été 2019.

En parallèle Google (qui a financé le Decodex du Monde pour un montant qui reste inconnu), renforce sa politique de censure, tout en finançant L’Humanité via son fonds d’aide à la presse et se trouve derrière Cross Check, nouvel instrument de pré-censure à ambition mondiale.

Convoqué au Congrès américain plusieurs fois pour s’expliquer à la fois sur de possibles intrusions russes et le respect de la vie privée de ses utilisateurs, la société a aussi écopé d’une amende de plus de 4 milliards d’euros par l’Europe pour entrave à la concurrence. L’affaire suit son cours et nul ne peut dire quand et dans quelle proportion cette amende sera payée, ni si elle sera jamais réglée.

2018 côté finances, Google qui rit

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, 137 milliards de dollars de chiffre d’affaires (plus de 110 milliards d’euros) en progression de 23%. Et un peu plus de 30 milliards de dollars de bénéfices, beaucoup plus que doublés. Au même moment la firme de Moutain View investit massivement. Plus de 19000 personnes ont été recrutées en un an. La société a créé ou est en train de créer de nouveaux « campus » à New-York et à Nashville, construit de nombreux centres de données, attaque les positions d’Amazon dans l’informatique décentralisée.

Même si la marge opérationnelle a un peu baissé de 24% à 21% (entraînant un léger retrait du cours de bourse), les ambitions d’Alphabet demeurent intactes. Comme ses menaces sur la vie privée et contre la liberté d’expression.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux