Accueil | Actualités | Médias | L’Opinion poursuit sa route dans un milieu sinistré
Pub­lié le 9 juin 2015 | Éti­quettes : ,

L’Opinion poursuit sa route dans un milieu sinistré

Dans un entretien à puremedias.com, Nicolas Beytout et Christophe Chenut reviennent sur les deux ans du quotidien L'Opinion. D'après son fondateur, « il se porte bien », mais au-delà de l'intérêt de ce journal qui se dit « libéral, pro-business et pro-européen » tout en se disant différent, ce qui importe ici est sa résistance au sein d'une presse écrite qu'on disait morte.

Or après deux ans d'existence dans ce milieu difficile, L'Opinion peut se vanter d'une diffusion à 35 000 exemplaires, « la même depuis le lancement », et d'une fréquentation web de 720 000 visiteurs uniques par mois, alors même que 25 % du site seulement est en accès libre. De bons résultats donc avec le papier pour « l'influence » et le web pour « l'audience ».

Une réussite à la Mediapart ? Non, assure Beytout. « Le modèle de "Mediapart" est très différent car ils ne suivent pas l'actualité. Ils créent leur actualité. C'est du moins leur ambition. Nous, on sort des scoops, pas aussi fracassants, mais on en sort. Le scoop, c'est le produit d'appel. La promesse faite à nos lecteurs sur le long terme, c'est qu'avec nous, ils auront un angle, une analyse, une vision orientée de l'actualité », explique-t-il.

Désormais, l'objectif est de se maintenir, tout en évitant le piège de la course au buzz. « La presse qui dit la même chose que les autres et qui prétend faire payer n'a aucune chance d'y arriver. Une presse qui dit ce qu'on ne trouve pas ailleurs car elle est technique ou très spécialisée a une chance de faire payer », croit savoir Nicolas Beytout, sûr de sa différence.

Enfin, concernant l'anonymat initial des investisseurs du journal, le fondateur affirme que « cela ne venait pas de nous ». Et d'expliquer que « certains investisseurs travaillant notamment avec des collectivités locales n'avaient pas envie d'assumer le côté engagé du journal et préféraient rester anonymes ».

Voir notre portrait de Nicolas Beytout

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux