Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Libération version papier en passe de disparaître
Libération version papier en passe de disparaître

8 septembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Libération version papier en passe de disparaître

Libération version papier en passe de disparaître

Libération version papier en passe de disparaître

Le changement s’accélère à Libération. Devant la chute irrémédiable des ventes du quotidien, celui-ci devrait bientôt céder sa place à une version purement numérique.

Pierre Fraiden­raich, le nou­veau patron depuis mars 2014, entend bien créer un « big bang » à l’is­sue duquel la ver­sion papi­er « dis­paraî­tra pure­ment et sim­ple­ment de la presse française ». Reste à savoir si la portée numérique de Libé est assez forte. Au vu des 4 mil­lions de vis­i­teurs uniques sur liberation.fr, cela sem­ble le cas. « Encore faut-il don­ner à de nou­veaux lecteurs le désir de la ral­li­er », explique M. Fraidenraich.

Un change­ment rad­i­cal par rap­port à l’ère Demor­and, où le papi­er avait encore, pen­sait-on, un poten­tiel et où le chic était au pro­gramme. Mais le risque était trop grand.

Désor­mais, les 18 mil­lions d’eu­ros injec­tés par Patrick Drahi et Bruno Ledoux vont servir à la muta­tion de Libéra­tion. Très bien­tôt, les équipes web et papi­er vont être fon­dues en une seule et unique rédac­tion avec, pour les diriger, un tan­dem Jof­frin-Huf­nagel dont l’un con­naît bien le jour­nal, pour l’avoir dirigé par le passé, et l’autre le numérique (fon­da­teur de Slate.fr).

« Libéra­tion n’a pas d’autre choix que d’in­vers­er l’or­dre des fac­teurs. Et si nous réus­sis­sons à main­tenir la dif­fu­sion papi­er, tout en dévelop­pant un mod­èle lucratif sur Inter­net, il n’y a aucune rai­son que ce quo­ti­di­en ne réus­sisse pas à retrou­ver son équili­bre économique. Ce que j’é­tais par­venu à obtenir en dix-huit mois, il y a cinq ans de cela », explique Lau­rent Jof­frin.

Du côté de Johan Huf­nagel, le dis­cours est plus direct et assumé : « Libéra­tion est à l’aube d’une révo­lu­tion presque coper­ni­ci­enne. Et si ce titre doit totale­ment se réin­ven­ter, c’est parce que je reste con­va­in­cu qu’il manque dans l’u­nivers de la presse française, sur Inter­net, où tout le monde se copie et se duplique, un vrai jour­nal d’ex­pli­ca­tions et de com­men­taires. Or la force de frappe des équipes de Libé per­met d’imag­in­er qu’un tel pro­jet est possible. »

Un nou­veau Libé devrait paraître dès 2015. Mais d’i­ci-là, les change­ments vont être majeurs, à com­mencer par la refonte totale de l’im­meu­ble de la rédac­tion et, surtout, par la réduc­tion de la masse salar­i­ale. D’ailleurs, Fraiden­raich a tranché la ques­tion sans sour­ciller : « Trop de per­son­nes ont une pro­duc­tiv­ité trop faible dans cette mai­son. Cela, nous ne pou­vons plus nous le permettre. » 

Depuis juil­let, il a ouvert une clause de ces­sion per­me­t­tant aux jour­nal­istes qui le souhaitaient de quit­ter le jour­nal. « C’est toute la com­plex­ité du pro­jet dans lequel Lau­rent Jof­frin et moi nous sommes engagés : nous n’avons aucune vis­i­bil­ité à court terme, ne sachant pas com­bi­en de per­son­nes quit­teront ce jour­nal d’i­ci à la fin de l’an­née », con­fesse-t-il.

Quant à Jof­frin, même s’il fait le pari que « la rai­son devra l’emporter », il admet un « cli­mat dif­fi­cile ». Tou­jours plus direct, Fraiden­raich con­clut : « Que ceux qui n’ad­hèrent pas à notre pro­jet n’aient pas de remords : nous les invi­tons vive­ment à quit­ter Libé. » On ne peut être plus clair.

Voir notre infographie de Libération ainsi que notre portrait de Laurent Joffrin

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.