L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les socialistes envisagent de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles

15 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Les socialistes envisagent de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles

Les socialistes envisagent de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles

15 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute

Mercredi 13 janvier 2016, l’amendement socialiste visant à sanctionner plus lourdement la diffusion d’informations mensongères sur internet était examiné à l’Assemblée nationale.

C’est dans le cadre de l’examen du pro­jet de loi pour une « République numérique » du député Axelle Lemaire que les mem­bres du groupe social­iste ont signé l’a­mende­ment n°CL387. Celui-ci, exam­iné en com­mis­sion des lois, entend alour­dir les sanc­tions con­cer­nant les fauss­es infor­ma­tions à car­ac­tère poli­tique, aus­si appelées « hoax », qui feraient le buzz sur inter­net, trompant ain­si le citoyen.

Un arti­cle de loi existe déjà pour con­damn­er la dif­fu­sion d’in­for­ma­tions men­songères (Loi sur la lib­erté de la presse de 1881, arti­cle 27), cepen­dant, il s’a­gi­ra ici de pré­cis­er que seront égale­ment sanc­tion­nés de 135 000 euros d’a­mende les partages de fauss­es nou­velles « lorsque la pub­li­ca­tion, la dif­fu­sion ou la repro­duc­tion faite de mau­vaise foi aura pris une dimen­sion virale telle qu’elle en aggrave l’ampleur ».

Pour les députés social­istes, ces can­u­lars « revê­tent un car­ac­tère de par­ti­c­ulière grav­ité lorsqu’ils visent à dif­fuser, à grande échelle, une infor­ma­tion erronée sur le con­tenu d’une poli­tique publique » et con­stituent « une véri­ta­ble men­ace pour le bon fonc­tion­nement de notre démoc­ra­tie ». Un amende­ment qui tombe donc à point nom­mé à l’ap­proche de l’élec­tion prési­den­tielle de 2017.

Comme le fait remar­quer juste­ment le site Numera­ma, qui relaie l’in­for­ma­tion, « aucune sanc­tion n’est en revanche pro­posée pour la dif­fu­sion de fauss­es promess­es élec­torales, qui ne sont pas perçues comme une men­ace pour la démocratie ».

Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr (cc)

Mots-clefs :

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés