Accueil | Actualités | Médias | Quenelle : JSS News dénonce par erreur un jeune journaliste
Pub­lié le 17 janvier 2014 | Éti­quettes : , ,

Quenelle : JSS News dénonce par erreur un jeune journaliste

Le site ultra-sioniste JSS News s’est lancé, depuis quelques jours, dans une « chasse aux nazillons » visant ni plus ni moins qu’à établir des listes de personnes ayant fait le geste de la quenelle dans des endroits symboliques juifs.

Le site, dirigé depuis Israël par le journaliste et homme politique Jonathan-Simon Sellem (JSS) va plus loin : il livre au public les nom, prénom, courriel, compte Facebook et Twitter, et même parfois l’adresse des personnes listées ! Mieux : il les dénonce à leurs employeurs et aux autorités, même si ces personnes vivent à l’étranger…

Problème : dans sa chasse aveugle à ceux qu’il appelle volontiers des « nazillons », JSS News a commis une bourde en publiant à tort les informations de Guillaume Champeau, fondateur du site Numérama, alors que celui-ci n’était pas la personne figurant sur la photo publiée en dessous de son nom et n’a même jamais fait la moindre quenelle.

Dans un article publié à la première personne sur son site, Guillaume Champeau se défend et relève que « la paranoïa conduit à un comportement irresponsable et inacceptable ». Mais pourquoi JSS News l’a-t-il accusé d’être l’auteur d’un « salut nazi inversé » ? « Je fais partie de ceux (rares, c'est vrai) à avoir publiquement critiqué la censure du spectacle, et avoir surtout modéré les accusations portées contre Dieudonné et son public », explique ce jeune journaliste.

Néanmoins, celui-ci relativise : « J'ai la chance d'avoir une présence en ligne suffisamment forte pour que l'association de mon nom à un listing de prétendus nazis sur un site israélien ne porte pas (pas trop) préjudice à ma réputation. J'ai aussi la chance d'être mon propre employeur, grâce au succès que vous accordez à Numerama, et donc ne pas avoir à craindre qu'un recruteur "googlise" mon nom et croit à ces infamies. » Et de conclure, pour celles et ceux qui n’auraient pas sa chance : « Si j'ai été dénoncé à tort, combien d'autres le sont pour qui le préjudice sera bien plus important ? Combien vont craindre pour leur intégrité physique, à être ainsi dénoncés à la vindicte populaire (que ce soit à tort ou pas, d'ailleurs, peu importe) ? »

De son côté, le site israélien a présenté (tardivement) ses excuses et a assuré qu’il s’agissait d’un homonyme. « Depuis le début de notre chasse aux nazillons, c’est notre première erreur, ce qui fait une marge de 0.50% d’erreur sur un peu plus de 150 personnes identifiées », se justifie-t-il. Une erreur donc, mais qui ne suffira pas à stopper cette vaste campagne de délation qui, selon une formule en vogue parmi ce genre de sites, nous rappelle « les heures les plus sombres de notre histoire ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux