Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La nomination d’Urvoas à la Justice inquiète les défenseurs des libertés numériques

29 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La nomination d’Urvoas à la Justice inquiète les défenseurs des libertés numériques

La nomination d’Urvoas à la Justice inquiète les défenseurs des libertés numériques

À peine les applaudissements consécutifs à la démission de Christiane Taubira étaient-ils terminés que les sourires se crispaient.

En lieu et place de l’ar­chi­tecte de la loi sur le mariage pour tous, François Hol­lande a nom­mé Jean-Jacques Urvoas au min­istère de la Jus­tice. De quoi inquiéter les défenseurs des lib­ertés publiques et numériques. Aus­sitôt cette nom­i­na­tion ren­due publique, Twit­ter s’est ain­si agité en rap­pelant le par­cours du tout nou­veau garde des sceaux.

C’est qu’une solide répu­ta­tion le précède. Arti­san du « Big Broth­er français », Urvoas est l’in­car­na­tion de la ten­dance lourde du sécu­ri­taire. En 2014, il a soutenu corps et âme la loi antiter­ror­iste insti­tu­ant le blocage de sites inter­net sans recours à un juge. De même pour la loi de pro­gram­ma­tion mil­i­taire de la même année, qui a éten­du le pou­voir de sur­veil­lance. Surtout, il a été le rap­por­teur de la loi Ren­seigne­ment de juil­let 2015 et de la loi sur l’é­tat d’ur­gence de novem­bre 2015 qui a, d’après Numera­ma, « divers­es impli­ca­tions pour Inter­net, dont la pos­si­bil­ité d’accéder aux don­nées sur le Cloud depuis le domi­cile de per­son­nes perqui­si­tion­nées, sans con­trôle d’un juge ».

Un CV évo­ca­teur auquel il faut ajouter la mise en place de valis­es espi­onnes, les « Imsi-catch­ers », capa­bles d’in­ter­cepter les échanges télé­phoniques. Tou­jours d’après le site spé­cial­isé Numera­ma, il est « un homme de la police, des ser­vices de ren­seigne­ment, qui s’est fait le bras par­lemen­taire armé des réformes sécu­ri­taires depuis plusieurs années ». S’il a tou­jours lorgné sur le min­istère de l’In­térieur, Jean-Jacques Urvoas pré­con­i­sait, dans un livre paru en 2011, la fusion des min­istères de la Jus­tice et de l’In­térieur au sein d’un « grand min­istère de la Règle et du Droit »…

Pour Adri­enne Charmet-Alix, respon­s­able de l’or­gan­i­sa­tion La Quad­ra­ture du Net, cette nom­i­na­tion n’est pas ras­sur­ante. « Jean-Jacques Urvoas est un fin juriste, très habile poli­tique­ment, tout le monde le recon­naît. Mais à moins que la voca­tion lui vienne avec la fonc­tion, il y a peu de chance de voir s’inverser cette ten­dance lourde au des­sai­sisse­ment de la jus­tice, du juge judi­ci­aire, au prof­it du juge admin­is­tratif et de la police », explique-t-elle. Pour celle-ci, Urvoas est « un fidèle sol­dat du min­istère de l’Intérieur à l’Assemblée nationale, défen­dant bec et ongles ses posi­tions. Ce n’est pas ras­sur­ant pour l’équilibre des pou­voirs ».

De plus, avec sa com­mis­sion de con­trôle sur l’é­tat d’ur­gence, « il a paralysé toute cri­tique par­lemen­taire de l’é­tat d’ur­gence en faisant croire qu’il con­trôlait alors qu’il est main dans la main avec le min­istère de l’In­térieur », ajoute-t-elle.

Pour Numera­ma, Jean-Claude Urvoas au min­istère de la Jus­tice c’est tout sim­ple­ment le loup qui entre dans la berg­erie. Ain­si, « la dan­gereuse glis­sade de la France vers la vio­la­tion des lib­ertés au nom de la sécu­rité n’est sans doute pas prête (sic) de s’inverser ».

Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision