Accueil | Actualités | Médias | Les émissions de témoignages sociétaux en voie d’extinction
Pub­lié le 22 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Les émissions de témoignages sociétaux en voie d’extinction

M6, la dernière chaîne qui proposait encore une émission de témoignage sociétal, a stoppé ce format diffusé depuis 2008.

L'arrêt de l'émission « C'est ma vie », produite par l'ancienne collaboratrice de Delarue, Maria Roche, marque la fin d'une époque. Dans les années 2000, ce genre de programmes avait connu son heure de gloire avec notamment « Ça se discute » sur France 2 et « Confessions intimes » sur TF1.

Désormais, « Confessions intimes » est relégué à 1h25 du matin le samedi sur la première chaîne alors qu'elle pouvait réunir, il y a quelques années, jusqu'à 3,5 millions de téléspectateurs. « Ce n'est pas toujours un problème d'audience. Les grandes chaînes n'assument plus ces émissions toujours plus trash, elles préfèrent des magazines plus positifs », analyse un journaliste réalisateur de nombreux sujets.

Aussi, la TNT aurait désormais « tué ce format » selon un ex-producteur, qui ajoute : « Les budgets sont tellement ric rac que le genre est devenu totalement cheap. » Seule NRJ 12 persiste en inondant sa chaîne de programmes tels que « Tellement vrai », leur permettant de remplir leur quota de diffusion d'« œuvres françaises ». Cependant, usées jusqu'à la corde, les émissions s’essoufflent et ne réunissent guère plus de 500 000 téléspectateurs. La fin d'une époque que l’on ne regrettera pas.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This