Accueil | Actualités | Médias | Le premier groupe de presse espagnol creuse ses pertes
Pub­lié le 17 mai 2014 | Éti­quettes : , ,

Le premier groupe de presse espagnol creuse ses pertes

À l'image de la situation économique du pays, la presse espagnole est à la peine comme l'illustre les difficultés du premier groupe national, Prisa.

Celui-ci, qui édite le premier quotidien espagnol El País et vient d'annoncer la vente de sa branche télévision, a encore creusé ses pertes. D'après Les Échos, celles-ci s'élèvent aujourd'hui à 47,57 millions d'euros au premier trimestre. L'année dernière, Prisa avait déjà enregistré une perte de 12,03 millions d'euros. Au total, ses dettes sont aujourd'hui de 3,2 milliards d'euros.

Le 4 mai dernier, Antonio Cano avait pris les rennes du quotidien, remplaçant ainsi Javier Moreno qui était en poste depuis 2006 et dont le mandat avait été marqué par une forte crise conduisant à un plan social qui a réduit les effectifs de 27% (129 des 466 salariés du journal).

Par ailleurs, le 30 avril, un journaliste avait démissionné, accusant sa direction d’avoir cédé aux pressions du roi du Maroc. Sur son blog personnel, il avait publié une vidéo de terroristes d'Al-Qaïda, critiquant vivement le Maroc. Dans la foulée, le gouvernement marocain avait porté plainte contre El Pais, qui avait, dans l'urgence, changé son journaliste de poste.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This