Accueil | Actualités | Médias | Le CSA dans la ligne de mire des journalistes et chaînes
Pub­lié le 19 juillet 2013 | Éti­quettes : , ,

Le CSA dans la ligne de mire des journalistes et chaînes

Le projet de recommandation du CSA sur le traitement médiatique des guerres met en alerte les organisations de journalistes et les chaînes.

Le Syndicat des agences de presse télévisée (Satev), qui regroupe plusieurs sociétés de production et agences de presse, « pointe du doigt les risques que constitue un projet de recommandation » dans un communiqué publié ce lundi. Reporters Sans Frontières s’est également positionné au début du mois pour « contester la légitimité et la pertinence » de ce projet, jugé « inutile et dangereux ».

De son côté, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a « condamné ce projet de recommandation » qu’il trouve, tout comme RSF, « inutile, dangereux et liberticide ». Enfin les chaînes de télévision ont fait de même en envoyant au CSA un texte amendé en espérant une rencontre en septembre.

Photo : Journée internationale de mobilisation contre la guerre et les occupations. Crédit : ericconstantineau via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This