Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le CRIF envoie des étudiants en journalisme en Israël

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

6 novembre 2012

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le CRIF envoie des étudiants en journalisme en Israël

Le CRIF envoie des étudiants en journalisme en Israël

Temps de lecture : 2 minutes

L’affaire est révélée par Rue89 : dans une semaine, une soix­an­taine de jour­nal­istes de l’ESJ de Lille s’envoleront pour neuf jours en Israël, une par­tie de leurs frais étant prise en charge par leur école et une autre par le CRIF.

Objec­tif du CRIF : faire enten­dre « tous les sons de cloche », don­ner une image plus favor­able du pays que celle qui pré­vaut générale­ment, le CRIF dénonçant le « prisme » pro-pales­tinien des médias français en général et de France Télévi­sions en particulier.

L’ESJ de son côté, qui paye tout de même une par­tie du voy­age, a organ­isé des ren­con­tres des­tinées à équili­br­er le point de vue pro-israélien défendu par le CRIF, notam­ment une ren­con­tre avec le jour­nal­iste Charles Ender­lin, de France Télévisions.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’une école de jour­nal­isme prof­ite de la générosité intéressée d’un pays qui cherche à amélior­er son image. En 2009, les étu­di­ants du CFJ avaient pu prof­iter d’un voy­age lux­ueux financé par Taïwan. Enfin, cela fait longtemps que les États-Unis organ­isent des séjours d’étude pour les Young Lead­ers et autres bour­siers Ful­bright. La seule dif­férence dans le cas qui nous occupe étant que cette diplo­matie de l’influence en faveur d’Israël s’exerce par l’intermédiaire du CRIF, une insti­tu­tion française et non pas israélienne.

Source : Rue89