Accueil | Actualités | Médias | La directrice de Sciences-Po journalisme prise en flagrant délit de plagiat
Pub­lié le 18 novembre 2014 | Éti­quettes : , ,

La directrice de Sciences-Po journalisme prise en flagrant délit de plagiat

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais » : ce vieux dicton semble avoir encore de beaux jours devant lui.

C'est en tout cas ce que doivent penser les étudiants en journalisme de Sciences-Po qui sont invités à signer au début de leur cursus une charte de déontologie précisant que « tout étudiant ne commet aucun plagiat, ne fait pas passer la pensée d’autrui pour la sienne, et cite explicitement les confrères dont il reproduit un texte ou même un fragment de texte de quelques mots ».

Leur directrice, Agnès Chauveau, vient en effet d'être suspendue de ses fonctions après avoir été mise en cause pour plagiat par le site Arrêt sur images.

Elle est accusée d'avoir repris, sans les citer, de nombreuses phrases de ses confrères dans plus de la moitié des quelques vingt chroniques qu'elle a donné au Huffington Post. Face à cette mise en cause, Agnès Chauveau a évoqué un « manque de temps » qui la contraindrait à ne pas « citer toutes ses sources » et s'est engagée à « rectifier chaque fois que cela pose problème ». Sa hiérarchie, quant à elle, a décidé de la mettre temporairement en congé de ses fonctions et de lancer une évaluation indépendante des faits qui lui sont reprochés.

Crédit photo : livatlantis via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This