Accueil | Actualités | Médias | La crise publicitaire devrait se poursuivre en 2013
Pub­lié le 16 janvier 2013 | Éti­quettes :

La crise publicitaire devrait se poursuivre en 2013

Malgré une augmentation du temps passé devant la télévision (3h50 par jour et par individu en 2012), le secteur publicitaire connaîtra une nouvelle année difficile.

« 2013 sera au mieux stable par rapport à 2012 qui finira sur une baisse de 3 % net tous médias confondus », estime Thierry Jadot, président de l’agence de communication Aegis France. En ce qui concerne précisément la télévision, « nous attendons un recul de 2,7 % des recettes publicitaires toutes télévisions confondues en 2013. Sachant que l'on est dans un "trend" baissier plus important que celui-ci. Mais si la consommation se maintient, beaucoup de budgets gelés pourraient être réinvestis dans l'année », a déclaré Sébastien Danet, président de VivaKi (Publicis). Du côté des annonceurs, le luxe est toujours une valeur sûre, alors que l’automobile, l’alimentaire et l’hygiène-beauté devraient rester prudents.

Les chaînes historiques devraient également voir leur chiffre d’affaire baisser de 6 %, selon Sebastien Danet, à cause de la montée de la TNT et la diversification des chaînes. « S'il y a une reprise en télévision, seul le prime time pourra voir ses prix remonter », prédit le patron de VivaKi à propos des recettes publicitaires. « Aujourd'hui, les chaînes ont les moyens d'adapter en temps réel leurs prix et les annonceurs sont à le recherche de flexibilité. Les grands rendez-vous d'audience peuvent être vendus plus cher que par le passé. On va vers une plus grande adéquation avec les audiences », ajoute Thierry Jadot.

Aussi, l’essor de la vidéo à la demande (VoD) devrait venir perturber les schémas actuels, les annonceurs se dirigeant de plus en plus vers des plateformes comme Youtube. Le président de VivaKi pense que « les annonceurs peuvent mettre entre 5 % et 10 % de leurs budgets en VoD. On peut imaginer que d'ici à cinq ans, on aura une répartition de 80 % pour la télé et 20 % pour la VoD ».

Autant de facteurs qui vont jouer sur l’année 2013. En pleine crise économique et publicitaire, les grandes chaînes vont devoir innover.

Crédit photo : THEfunkyman via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This