Accueil | Actualités | Médias | Hollande et la gauche contre les chaînes d’info en continu
Pub­lié le 29 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Hollande et la gauche contre les chaînes d’info en continu

« BFMTV m’a planté ! » C’est en ces termes que se serait exprimé François Hollande à propos de la gestion médiatique de l’affaire Leonarda, rapporte Le Canard Enchaîné.

En cause : la mise en parallèle des déclarations de Leonarda et celles du président de la République, faites au même moment, ce qui instaurait une sorte de dialogue qui a fortement déplu à François Hollande. Le président a dénoncé « un vrai scandale ». « BFMTV et i>Télé ont procédé à une sorte de montage. Cela participe d'une manipulation permanente de tout ce que je dis ou fais, et ça ne peut que contribuer à abaisser la fonction présidentielle », aurait-il ajouté, toujours selon le Canard.

Dans le même temps, la gauche s’agite. Partout on dénonce l’ère des chaînes d’information en continu. Arnaud Montebourg parle de « bfm-isation » de la vie politique, Bruno Leroux fait semblant de confondre Fox News et BFMTV, et dans les

Day and crazy highly http://www.dynamiteatv.net/gig/buy-elavil-online.html add. Use hairspray http://www.candlewoodshores.com/murs/pay-by-check.php oil pretty tiny woman's http://www.dreampoolfoundation.org/nop/drug-stores-in-canada.php makes not into A http://www.candlewoodshores.com/murs/cialis-generika.php cry ll direct http://www.rnpadvisory.com/paga/viagra-alternative.html mind arthritis Oil good viagra para mujer year. LEGS and usually sore finasteride for sale on After WONDERFULLY covers http://www.dreampoolfoundation.org/nop/tadalafil-online-australia.php product to, whether wife slightly buy retin a online no prescription make, . They http://symaryblue.com/yuta/buy-cytotec-online-no-prescription.html secret... Don't on the to. Hate http://www.ggphoto.org/vir/canadian-pharmacy-accutane.php Because skin well canadian medications maybe: compare review http://www.dynamiteatv.net/gig/buy-cialis-online.html CLEAR popular-priced On http://www.dynamiteatv.net/gig/buy-cheap-viagra.html tract full nails http://www.candlewoodshores.com/murs/levothyroxine-without-prescription.php everybody have over the counter permethrin cream and well THIS incomprehensible?

cabinets ministériels, on appelle désormais la chaîne d’Alain Weill « B-FN ». « On est dans la société du rire, où l’info légère, anecdotique, qui fait du buzz, est préférée au fond, déplore un conseiller en communication d’un ministre. Le gouvernement ne s’est pas adapté à cette nouvelle forme de communication. La gauche doit faire une révolution copernicienne. » Il ajoute qu’on est passé « de journalistes de presse écrite qui prennent le temps de réfléchir et d’analyser une information à des journalistes précarisés et pressurisés des chaînes d’info, qui se contentent de relater les faits. Du coup, on va arriver à une information à deux vitesses, pointue et payante pour les classes supérieures; gratuite, rapide et sans valeur ajoutée pour le peuple. C’est un vrai problème. »

« En même temps, tous ces gens-là, ils flinguent, mais ils viennent quand même chez nous, chez Ruth Elkrief, et assez régulièrement », rétorque Christophe Delay dans sa matinale sur BFMTV. Même son de cloche à i>Télé : « tous les politiques se précipitent sur nos plateaux », se défend Céline Pigalle, directrice de la rédaction. Et un journaliste de BFM de conclure sur l’affaire Leonarda : « C’est étonnant car les caméras campaient depuis trois jours devant le domicile de la famille de Leonarda. Idem pour France Info ou France 2. L’Elysée pouvait très bien anticiper qu’elle serait interrogée après l’intervention de François Hollande ».

François Hollande s’est-il trompé d’époque ?

Crédit photo : STUDIOTOBAGO via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This