L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google tient la PQR française par la barbichette

4 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Google tient la PQR française par la barbichette

Google tient la PQR française par la barbichette

4 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Le titre aurait pu être un peu plus anatomique, mais la pudeur nous a interdit un intitulé plus viril, les lecteurs aventureux complèteront d’eux mêmes.

Journalisme de données et Google

C’est la mode du data jour­nal­isme, alias jour­nal­isme de don­nées. Les don­nées, vous con­nais­sez ? Ce que Google accu­mule sur vous tous les jours avec son algo­rithme et bien­tôt avec son enceinte con­nec­tée Home que vous aurez payée 140 euros pour pou­voir être espi­onné chez vous.

Com­ment faire pour que les jour­nal­istes récoltent ces pré­cieuses don­nées ? Google est là pour les « aider». Ain­si une pre­mière réu­nion de respon­s­ables de la presse quo­ti­di­enne régionale sur ce sujet s’est elle tenue à Paris à la mi-juin 2018. Et en dehors des jour­nal­istes intéressés Qui y assis­tait ? Vous avez dev­iné ! Google News Lab en la per­son­ne de son respon­s­able en France, David Dieudon­né (pas de par­en­té avec le comique) nous apprend la Let­tre A.

La corde qui soutient le pendu

Nous vous avions déjà par­lé en mars 2018 du pro­gramme Dig­i­tal News Inno­va­tion devenu Dig­i­tal News ini­tia­tive de Google. Nous écriv­ions à l’époque :

Avec son pro­jet européen DIN (Dig­i­tal News Ini­tia­tive) le loup veut aider les petits jour­nal­istes chap­er­ons rouges à sur­vivre. Com­ment ? En « facil­i­tant les abon­nements et la fidéli­sa­tion des abon­nés ». Pour une mod­ique com­mis­sion (on par­le de 5 à 10%) la société améri­caine met­tra à dis­po­si­tion ses puis­sants out­ils tech­nologiques. Google suscribe per­me­t­trait une hausse des souscrip­tions et une meilleure ges­tion des abonnements.

Bien enten­du Google con­naî­tra dans le détail les nou­veaux abon­nés recrutés par ce moyen. Bien enten­du Google suiv­ra les con­tenus des nou­veaux abon­nés afin qu’ils béné­fi­cient d’un fil de résul­tats per­son­nal­isés. Toutes ces pré­cieuses don­nées ren­forceront la banque de don­nées du géant cal­i­fornien, qui pour­ra les utilis­er pour les ven­dre à ses clients dans le déroule­ment de leurs straté­gies commerciales.

Une stratégie de la dépendance

Le pro­gramme DIN a déjà financé les syco­phantes du Decodex pour une somme incon­nue dans des con­di­tions incon­nues. Le petit DIN aurait dis­tribué selon son rap­port annuel 2018, plus de 90M€ en quelques années aux médias européens. Ce sou­tien per­met à la société cal­i­forni­enne de fer­mer le marché des inno­va­tions tech­nologiques pour les médias papiers ou dig­i­taux, en faveur des solu­tions mai­son. Google finance aus­si les con­grès inter­na­tionaux de jour­nal­isme comme à Peru­gia en Ital­ie ou des ini­tia­tives comme celles du Glob­al Edi­tors Net­work ou du Euro­pean Jour­nal­ism Cen­ter. La stratégie du bais­er qui tue.

Mots-clefs :

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés