Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Culture : un éditorialiste écarté pour avoir critiqué les sondages ?
Publié le 

19 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France Culture : un éditorialiste écarté pour avoir critiqué les sondages ?

France Culture : un éditorialiste écarté pour avoir critiqué les sondages ?

Après la décision prise par la direction de France Culture, début janvier, d’arrêter la chronique de Stéphane Robert, la Société des Journalistes (SDJ) de Radio France a dénoncé une « décision brutale » tout en évoquant des raisons politiques à l’origine de cette décision.

Depuis fin août 2015, Stéphane Robert tenait, sur les ondes de la sta­tion, un bil­let poli­tique chaque matin à 7h15 du lun­di au ven­dre­di. Le 16 décem­bre, la direc­tion de la rédac­tion de France Cul­ture lui a annon­cé l’ar­rêt de sa chronique dès la ren­trée de jan­vi­er, au motif vague que celle-ci n’é­tait « pas assez aboutie ».

Dans un com­mu­niqué pub­liée le mar­di 12 jan­vi­er, la Société des jour­nal­istes du groupe pub­lic a dénon­cé une méth­ode « bru­tale et impré­parée ». Et d’in­sis­ter sur le fait que « rien n’a pu réelle­ment alert­er le jour­nal­iste » sur ce qui était reproché à ses bil­lets, mis à part « une remar­que néga­tive for­mulée par le directeur de la rédac­tion il y a quelques jours au sujet d’une chronique (25/11/2015) qui cri­ti­quait les sondages com­mandés par Radio France et les sondages en général ».

En effet, le 25 novem­bre 2015, Stéphane Robert cri­ti­quait, sur le ton de l’ironie, les sondages com­mandés par Radio France au sujet des élec­tions régionales avec un bil­let inti­t­ulé : « Et si on se payait une bonne tranche de sondage ? ». Des sondages « que nous sommes gen­ti­ment invités à relay­er auprès de nos audi­teurs » notait-il. « Ils auraient donc d’au­tant plus de valeur ces sondages que c’est l’ar­gent dont nous sommes déposi­taires via la rede­vance audio­vi­suelle qui les a financés. C’est assez curieux », avait-il pour­suivi, qual­i­fi­ant les sondages en général « d’outils d’in­flu­ence » per­me­t­tant « au mieux que de dégager des ten­dances à moyen et long terme ».

Et de con­clure : « On peut bien se pay­er de sondages et se pay­er de mots, mais n’al­lons pas jusqu’à se pay­er notre tête en pré­ten­dant prédire le résul­tat d’une élec­tion. » Un bil­let qui n’au­rait pas plu à la direc­tion de France Cul­ture.

Cette chronique, et la remar­que néga­tive du directeur de la rédac­tion seraient-elle à l’o­rig­ine de l’ar­rêt défini­tif du bil­let quo­ti­di­en de Stéphane Robert ? Dans son com­mu­niqué, la SDJ n’ose « ni imag­in­er une forme de cen­sure, ni une réponse à une éventuelle pres­sion ».

Selon la société des jour­nal­istes, la déci­sion de stop­per net la par­tic­i­pa­tion de M. Robert est peu judi­cieuse. En effet, « le cœur du prob­lème est le défaut d’accompagnement, l’absence d’un débrief­ing réguli­er et d’un éventuel recadrage de la chronique. Tout cela aurait pu éviter une déci­sion qui appa­raît in fine tar­dive, soudaine, sur­prenante, injus­ti­fiée et impré­parée ». Aujour­d’hui, « aucune solu­tion n’est pro­posée pour la suite dans 3 semaines » et tout ceci ne va faire que créer inutile­ment « du trou­ble et du désor­dre au sein du ser­vice poli­tique ».

« Il y avait d’autres façons de ter­min­er l’année 2015 à la rédac­tion de France Cul­ture », con­clut la SDJ avant de souhaiter, pour 2016, « un man­age­ment plus apaisé où soient réaf­fir­més les mots “dia­logue” et “empathie” ».

Voir notre infographie de Radio France

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision