Accueil | Actualités | Médias | Florian Philippot va poursuivre le « torchon » Closer
Pub­lié le 15 décembre 2014 | Éti­quettes :

Florian Philippot va poursuivre le « torchon » Closer

Florian Philippot va porter plainte contre Closer, a annoncé vendredi la présidente du Front National, Marine Le Pen.

« Il va porter plainte et il fera condamner ce torchon »

« Il va porter plainte et il fera condamner ce torchon »

L'hebdomadaire « people » avait publié, dans sa dernière édition, des photos du numéro 2 du FN avec son compagnon en voyage à Vienne, révélant de fait son homosexualité sur la place publique (que tout le monde au FN ou dans le milieu journalistique connaissait néanmoins). « Il va porter plainte et il fera condamner ce torchon », a déclaré Mme Le Pen lors d'une conférence de presse à Paris.

Et d'ajouter que son bras droit n'avait « pas la moindre envie qu'on fasse de la publicité » pour le magazine. « J'espère qu'il le fera condamner dans des proportions qui éviteront à cette presse de recommencer ce genre d'intrusion dans la vie privée dont j'ai été victime, dont mes enfants ont été victimes », a-t-elle poursuivi, dénonçant des « méthodes de voyous » qui « vont à l'encontre des grands principes de notre Constitution ».

Sébastien Chenu, ancien cadre UMP fondateur de GayLib désormais au Rassemblement Bleu Marine (RBM), a pour sa part jugé le comportement de Closer « absolument abominable ». « J'aurais aimé qu'on entende toutes ces associations, qui sont toujours si promptes à donner des leçons tout au long de l'année, dire quelque chose sur ce qui arrive à Florian Philippot », a-t-il commenté.

Et celui-ci d'estimer que « si les juges se disciplinent à sanctionner cette presse à la hauteur des bénéfices qu'elle encaisse avec ce genre de papier malsain, on en serait certainement pas là ».

Par ailleurs malgré le tollé quasi-général provoqué par les révélations de Closer, l'Association des journalistes LGBT (Lesbiennes, Gay, Trans et Bi) a défendu la position du magazine et a estimé que le fait de dévoiler l'homosexualité d'une personnalité publique pouvait se révéler utile.

Rappelant tout d'abord son « respect de la vie privée » (sic), l'association a plaidé pour que « l'homosexualité ne soit pas automatiquement reléguée à la sphère privée (quand l'hétérosexualité, elle, est toujours publique), et que la conception parfois très restrictive de 'vie privée' ne serve pas d'excuse pour entraver la liberté d'informer ».

Reste à savoir si sa réaction aurait été la même si, au hasard, Minute avait révélé l'homosexualité d'un élu socialiste !

De son côté, la patronne de Closer, Laurence Pieau, a joué l'étonnée dans un entretien à Puremedias.com. Celle-ci a estimé que « c'est quand même dingue de constater qu'alors que le mariage pour tous a été adopté il y a plus d'un an, il y a encore des différences entre les couples homosexuels et les couples hétérosexuels ! » Et de confier qu'elle avait « du mal à comprendre la virulence des réactions » suite à cette publication.

« On a dit les révélations de mon magazine "indignes" et "immondes". Je suis peut-être très naïve mais je ne vois pas en quoi ces photos seraient plus choquantes que celles montrant Emmanuel Macron et sa femme qui a 20 ans de plus que lui que nous avons publiées il y a quelques semaines... Aujourd'hui encore, c'est comme si l'homosexualité était perçue comme quelque chose d'anormal et honteux au point qu'il faudrait s'interdire d'en parler », a-t-elle ajouté.

S’interdire d’en parler, peut-être pas. Mais laisser aux principaux intéressés le choix de le faire, certainement.

Crédit photo : blandinelc via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This