L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook veut influencer les élections européennes

11 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook veut influencer les élections européennes

Facebook veut influencer les élections européennes

11 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Vous connaissez l’histoire du pompier pyromane ? Qui dans un premier temps allume un feu pour avoir l’occasion de l’éteindre et, dans un deuxième temps, voit que le feu a détruit tout un quartier. C’est un peu l’histoire de Facebook avec les infox/fake news. Sous prétexte de recherche de la vérité, Facebook s’aligne sur le politiquement correct.

Le vice et la vertu

Quand le vice veut soutenir la ver­tu, il se grime. Face­book vit de l’exploitation de don­nées fournies aimable­ment (et sou­vent étour­di­ment) par ses util­isa­teurs. Ce qui per­met au réseau social de ven­dre des https://www.ojim.fr/facebook-nouveaux-ennuis-en-perspective/ fichiers ren­seignés pour de la pub­lic­ité ciblée.

La société de Mark Zucker­berg vient d’écoper d’une amende de deux mil­liards de dol­lars aux États-Unis pour sol­der l’affaire Cam­bridge Ana­lyt­i­ca, que nous avions évo­quée en mai 2018. De même avec son ami/ennemi Google, le réseau veut-il « aider le jour­nal­isme » par de menues aumônes tout en récupérant la majorité de la pub­lic­ité en ligne de la presse sous sa forme dig­i­tale, appau­vris­sant ain­si les médias.

Surveiller et punir, 1984 en 2019

Pour se refaire une ver­tu, Face­book lance une offen­sive de charme avec une sec­tion cen­sure. Cha­cun a pu voir les annonces sur le réseau : trans­parence affichée sur la pub­lic­ité poli­tique, lutte con­tre les « faux comptes », recours à l’intelligence arti­fi­cielle etc. En pre­mier rideau l’intelligence arti­fi­cielle est cen­sée sup­primer 99 % des faux comptes. Enten­dez par là égale­ment des vrais comptes, comme ceux de l’alt-right améri­caine qui vien­nent d’être sup­primés. La lutte con­tre les comptes bidons a bon dos. Mais, en deux­ième rideau, le réseau a mis en place une équipe d’une quar­an­taine de per­son­nes à Dublin pour com­bat­tre les infox lors de la cam­pagne des élec­tions européennes de mai 2019.

Cette équipe de néo-censeurs est sup­posée par­ler les 24 langues de l’Union Européenne et net­toy­er ce que les algo­rithmes auraient pu laiss­er pass­er.  Comme le dit plaisam­ment Richard Allan, vice-prési­dent de la société « Le jour­nal­isme et l’activisme seront néces­saires pour soutenir les efforts de l’entreprise. » Le camp du Bien sait par­ler la novlangue chère à 1984 d’Orwell.

Voir aussi

Élec­tions européennes : quand les médias et l’Union européenne font campagne

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés