Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Hoog veut créer un Conseil des médias

6 avril 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Emmanuel Hoog veut créer un Conseil des médias

Emmanuel Hoog veut créer un Conseil des médias

Quand on exfiltre un peu brutalement un haut fonctionnaire comme Emmanuel Hoog, chassé de la tête de l’AFP, on lui donne une mission rémunérée. C’est ce qui fût fait avec Hoog, nommé en octobre 2018 par le ministère de la Culture « ambassadeur pour le numérique », ambassade transformée en rapport sur la création d’un conseil de déontologie des médias. Un rapport publié fin mars 2019.

Autorégulation et non déontologie

L’aspect un peu vieil­lot voire moral­isant du terme déon­tolo­gie a été aban­don­né au prof­it « d’autorégulation et de médi­a­tion des médias ». Ce comité Théo­d­ule serait com­posé de représen­tants des jour­nal­istes, des édi­teurs et de la « société civile ». Des sanc­tions pour­raient être émis­es sous forme d’obligation de pub­li­er une déci­sion du con­seil sur une infox. A titre d’exemple, les men­songes du Monde sur le Pacte de Mar­rakech pour­raient faire l’objet d’une remon­trance pub­liée en même place et en même car­ac­tères dans le jour­nal dans ses ver­sions papi­er et numérique. Cer­tains diront que nous nous avançons un peu…

Signalements positifs de Google et Facebook

L’adhésion d’un média au Con­seil ne serait pas oblig­a­toire, oh que non ! Mais les réseaux soci­aux pour­raient adopter une « sig­nalé­tique par­ti­c­ulière » ou bien « posi­tion­ner favor­able­ment » les con­tenus pub­liés par les adhérents. C’est le retour par­tiel déguisé des Décodeurs du Monde dans sa ver­sion ini­tiale. Et en pire car les con­tenus des non-adhérents seraient remisés dans les abysses des réseaux soci­aux.

Peu d’enthousiasme

Une par­tie des syn­di­cats de jour­nal­istes sont favor­ables, d’autres, à titre indi­vidu­el, très hos­tiles. Les édi­teurs sont franche­ment con­tre. La lib­erté d’expression est déjà men­acée de toutes parts par des ini­tia­tives publiques (l’État, la nou­velle loi en pré­pa­ra­tion sur les « dis­cours de haine ») et privées (les GAFAM). Est il indis­pens­able d’en rajouter une couche sous pré­texte de pro­téger le pub­lic ? Comme dis­ait ma grand-mère, l’enfer est pavé de bonnes inten­tions.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.