Accueil | Actualités | Médias | De l’impartialité des journalistes pendant la campagne
Pub­lié le 24 mai 2017 | Éti­quettes : , , ,

De l’impartialité des journalistes pendant la campagne

Un fait relativement passé inaperçu mais qui mérite le détour : lors de l'entre-deux-tours, Sarah Frikh, collaboratrice de RTL, s'est permis d'insulter violemment Marion Maréchal-Le Pen sur le réseau social Snapchat.

Alors qu'elle regardait une intervention de la jeune députée sur Europe 1, la journaliste a filmé une séquence la montrant devant sa télé et réagissant à l'entretien. On l'entend insulter la députée à plusieurs reprises. « Connasse », « Je te déteste », « Va mourir », lance-t-elle.

La vidéo a rapidement été reprise sur les réseaux sociaux, les internautes dénonçant le manque évident de neutralité de celle qui se présente, sur son compte Twitter, comme « journaliste à RTL ». Dans la foulée, la station a précisé que Sarah Frikh n'était pas une journaliste de la maison, mais simplement une collaboratrice de l'émission de Julien Courbet.

Ainsi, RTL s'est désolidarisée de ces propos qu'elle « condamne fermement, de même qu'elle condamne les messages injurieux publiés sur les réseaux sociaux en réaction à ce premier message ».

Une anecdote, certes, mais qui en dit long sur la partialité des journalistes durant cette campagne, et particulièrement durant l'entre-deux-tours. Dans le même registre, Nathalie André, directrice des programmes d'Europe 1, n'avait pas hésité à remplacer sa photo de profil Twitter par une image montrant Marine Le Pen barrée de la mention « #LePenNon ».

Déontologie, quand tu nous tiens...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This